Comité de Surveillance OTAN

Opinions

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Nouveau commandement USA pour la bataille navale OTAN en Europe

Manlio Dinucci
20 octobre 2020
source : il manifesto
https://ilmanifesto.it/nuovo-comando-usa-per-la-battaglia-navale-nato-in-europa/

À Norfolk en Virginie (USA) est né un nouveau commandement OTAN : le Joint Force Command Norfolk, défini comme “Commandement Atlantique”, un clone du Joint Force Command Naples dont le quartier général est à Lago Patria (Naples). Sa constitution a été approuvée par le Conseil Atlantique Nord au niveau ministres de la Défense (pour l’Italie Elisabetta Trenta du premier Gouvernement Conte), en juin 2018.

Comme pour le commandement OTAN de Naples, sous les ordres de l’amiral qui commande les Forces navales USA en Europe dont fait partie la Sixième Flotte, le commandement OTAN de Norfolk est sous les ordres de l’amiral qui commande la Deuxième Flotte USA. L’”aire de responsabilité” de la Deuxième Flotte couvre la moitié occidentale de l’Océan Atlantique et de l’Arctique, tandis que l’autre moitié est couverte par la Sixième Flotte des Forces Navales USA. Le nouveau commandement “Allié” de Norfolk entre ainsi de fait, comme celui de Naples, dans la chaîne de commandement du Pentagone.

Avec quelle motivation le Commandement Atlantique a-t-il été créé ? Pour conduire la “Quatrième bataille de l’Atlantique”, après celle des deux guerres mondiales et de la guerre froide, contre “des sous-marins russes qui menacent les lignes de communication maritime entre États-Unis et Europe dans l’Atlantique Nord”.

Selon cette stratégie, énoncée en particulier par l’amiral Foggo qui a été à la tête du commandement OTAN de Naples, des sous-marins russes seraient prêts à couler les navires qui relient les deux rives de l’Atlantique, afin d’isoler l’Europe avant l’attaque russe.

Scénario de film hollywoodien sur la Seconde guerre mondiale, dans lequel les U-Boot allemands coulent les bateaux marchands se dirigeant des États-Unis vers l’Europe.

Scénario de politique fiction : alors que la Bataille de l’Atlantique de la Seconde guerre mondiale dura 5 ans, la “Quatrième bataille de l’Atlantique” durerait 5 minutes. Si par absurdité des sous-marins russes coulaient dans l’Atlantique des navires des États-Unis et de leurs alliés européens, ce serait le début de la guerre totale avec l’utilisation des deux côtés de missiles et bombardiers nucléaires.

Quel serait alors le rôle du Commandement Atlantique ? “L’Atlantique Nord est vitale pour la sécurité de l’Europe -déclare Stoltenbeg, secrétaire général de l’OTAN- Notre nouveau Commandement Atlantique garantira que les voies cruciales pour les renforcements et les approvisionnements par l’Amérique du Nord de l’Europe restent sûres”. Autrement dit : l’Europe, exposée à ce que les USA et l’OTAN définissent comme “agression russe”, aurait besoin, pour résister, que les États-Unis leur envoient en continu des forces militaires, armements et approvisionnements. Les forces navales des alliés européens doivent donc se placer aux côtés des forces étasuniennes et, sous les ordres du nouveau Commandement Atlantique, prendre en chasse de fantomatiques “sous-marins russes qui menacent les lignes de communication maritime entre États-Unis et Europe dans l’Atlantique Nord”.

C’est une sorte de jeu de la bataille navale. Très coûteux parce qu’il comporte l’ajout de nouvelles sommes à la dépense militaire totale des pays OTAN, qui déjà dépasse amplement les 1.000 milliards de dollars annuels en argent public soustrait aux réels besoins des citoyens. Très dangereux parce qu’il sert de mise en scène pour faire grandir dans l’opinion publique l’idée de l’ennemi, à savoir d’une Russie qui menace l’Europe et se prépare à l’isoler en coupant ses lignes de communication maritime avec les États-Unis.

En fabriquant un tel scénario, on justifie le positionnement croissant en Europe de forces et d’armes étasuniennes, y compris nucléaires, flanquées de celles des pays européens de l’OTAN, avec pour conséquence que la Russie aussi accroisse ses propres forces y compris nucléaires.

Puisque le premier gouvernement Conte a approuvé il y a deux ans la constitution du nouveau Commandement Atlantique de l’OTAN, nous voudrions savoir ce qu’en pense le second gouvernement Conte. Nous voudrions en outre savoir si au parlement quelqu’un a été consulté avant que l’Italie n’approuve la constitution du nouveau commandement OTAN, décidée par le Pentagone ; ou au moins si au parlement quelqu’un a connaissance du fait que, en plus du commandement de Naples sous les ordres d’un amiral USA, la marine italienne dépend maintenant aussi de celui de Norfolk, lui aussi sous les ordres d’un amiral USA.

Édition de mardi 20 octobre 2020 d’il manifesto
https://ilmanifesto.it/nuovo-comando-usa-per-la-battaglia-navale-nato-in-europa/ 
Traduit de l’italien par M-A P.

Manlio Dinucci
Autres textes de Manlio Dinucci sur le site du CSO

Derniers textes publiés :

Pourquoi l’Ue se met en rang contre la Chine
Manlio Dinucci
il manifesto

Afghanistan, le plan USA d’une nouvelle catastrophe
Manlio Dinucci
il manifesto

Ordre USA contre la Russie : Italie au garde-à-vous
Manlio Dinucci
il manifesto

Les États-Unis s'attendent à ce que la Russie se soumette. Le fera-t-elle?
M K Bhadrakumar
INDIAN PUNCHLINE

Ukraine, bombe USA en Europe
Manlio Dinucci
il manifesto

Un «win-win» pour les États-Unis et la Turquie dans le Hindu Kush
M K Bhadrakumar
INDIAN PUNCHLINE

L’Océan Indien n’est pas l’Océan de l’Inde
M K Bhadrakumar
INDIAN PUNCHLINE

Les États-Unis, la Turquie, l'Etat islamique, Al-Qaïda et les talibans forment une famille heureuse
M K Bhadrakumar
INDIAN PUNCHLINE

Joe Biden recrute les alliés
Manlio Dinucci
il manifesto

Ukraine : Le conflit gelé est en train de se réchauffer
M K Bhadrakumar
INDIAN PUNCHLINE

L’armée USA “défenseur” de l’Europe arrive
Manlio Dinucci
il manifesto

Les recrues du Parti Démocratique du Kurdistan d'Iran comparées à la progéniture de ses dirigeants
Hegwig Kuijpers