Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

La Chine passe à la vitesse supérieure pour la médiation en Ukraine

M K Bhadrakumar
28 avril 2023
source : INDIAN PUNCHLINE
https://lesakerfrancophone.fr/la-chine-passe-a-la-vitesse-superieure-pour-la-mediation-en-ukraine

Malgré tout le tintouin que fait Washington, de plus en plus de pays intègrent leurs chaînes d’approvisionnement avec la Chine. Même le ministre britannique des affaires étrangères fait des ouvertures à la Chine, tandis que Zelensky a eu un appel téléphonique « long et significatif » avec Xi Jinping mercredi. La position de Washington, sanctions et tout le reste, est en train de se désintégrer.

Il est trop tôt pour prédire ce qui ressortira du discours prononcé mardi à Mansion House par le ministre britannique des affaires étrangères, James Cleverly, pour exposer la position du gouvernement à l’égard de la Chine. Le Global Times a réservé un accueil prudent à ce discours.

 

Il est clair que la Grande-Bretagne ressent l’urgence de sortir du trou dans lequel elle s’est retrouvée après l’échec de la tentative des « Five Eyes » d’enflammer les manifestations de Hong Kong. La Grande-Bretagne ne peut pas être loin derrière, alors que les intérêts généraux des pays européens, qui entretiennent des liens économiques profonds et mutuellement bénéfiques avec la deuxième économie mondiale, se manifestent par une réticence à être entraînés à devenir l’avant-garde de la lutte contre la Chine. (Voir mon article intitulé « Qui a intérêt à ce que la guerre en Ukraine s’éternise ? »)

Cela dit, le moment est intéressant. Le discours de Cleverly a été prononcé à la veille de la conversation téléphonique entre le président chinois Xi Jinping et le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy (à la demande de ce dernier). Depuis sa position unique sur l’axe transatlantique, la Grande-Bretagne peut percevoir les secousses qui ont un impact sur la géopolitique de l’Indo-Pacifique et le conflit ukrainien, qui sont, d’une certaine manière, interconnectées. La Grande-Bretagne se positionne.

Le contenu des conversations au niveau des hauts dirigeants n’est jamais divulgué publiquement et la masse écrasante reste submergée, comme des icebergs qui se détachent des glaciers. Mais le compte-rendu chinois de la conversation entre Xi et Zelensky, mardi, est positif.

Xi a salué les relations sino-ukrainiennes comme un « partenariat stratégique qui stimule le développement et la revitalisation des deux pays » et a fait une référence flatteuse au rôle personnel de Zelensky. Xi a également affirmé la position constante de la Chine selon laquelle « le respect mutuel de la souveraineté et de l’intégrité territoriale est le fondement politique des relations sino-ukrainiennes« . Xi s’est montré prêt à faire progresser le partenariat stratégique entre les deux pays dans une perspective à long terme.

Sur la question de l’Ukraine, Xi a soulevé trois points essentiels :  La « position fondamentale de la Chine est de faciliter les pourparlers pour la paix« , comme indiqué dans son document de position du 24 février ; Pékin a l’intention d’être proactif ; et le dialogue et la négociation sont la seule façon d’aller de l’avant.

L’intérêt réside dans la référence de Xi à la « pensée rationnelle et aux voix qui s’élèvent » ces derniers temps et dans le fait que Kiev devrait « saisir l’occasion et créer des conditions favorables à un règlement politique« .

Xi a gardé les yeux rivés sur le ballon et a peut-être laissé entendre que Zelensky pouvait encore l’emporter d’une courte tête si l’idée risquée et insensée d’une « contre-offensive« , dont les germes ont été plantés dans son esprit par Washington et Londres, était mise de côté.

Sentant peut-être la réceptivité de Zelensky, Xi a proposé que la Chine « fasse des efforts pour un cessez-le-feu rapide et la restauration de la paix« . Plus précisément, « la Chine enverra le représentant spécial du gouvernement chinois pour les affaires eurasiennes en Ukraine et dans d’autres pays afin d’avoir une communication approfondie avec toutes les parties sur le règlement politique de la crise ukrainienne« .

Mais aucun calendrier n’a été mentionné. Néanmoins, Xi a pris les devants. Quel pourrait être le calcul ? À l’évidence, Xi vient d’avoir une série d’interactions avec des dirigeants européens en visite à Pékin, ce qui l’a convaincu que « la crise ukrainienne évolue de manière complexe et a des répercussions majeures sur le paysage international« , comme il l’a déclaré à Zelensky.

Entre-temps, la fuite de documents du Pentagone a révélé que la désunion, la méfiance et les divergences entre les États-Unis, l’Europe et l’Ukraine sont sérieuses et ne cessent de s’aggraver. Par ailleurs, Washington n’est pas seulement le principal obstacle à un cessez-le-feu et à des pourparlers de paix, mais il incite les alliés occidentaux à se rallier à sa stratégie indo-pacifique pour contenir la Chine.

C’est là que l’extraordinaire emportement du président français Emmanuel Macron dans son interview à Politico, à bord de Cotam Unité (l’avion français Air Force One), alors qu’il rentrait de Chine après avoir passé environ six heures avec Xi, devient un moment décisif.

Il est certain que l’appel vibrant de Macron à l’Europe pour qu’elle évite de « s’enfermer dans une logique de bloc contre bloc » a trouvé un écho à Zhongnanhai – à savoir l’aspiration de l’Europe à l’autonomie stratégique, les doutes persistants de l’Europe et sa lassitude d’être un « vassal« , les multiples défis de l’Europe en matière de gouvernance sociale et sa priorité au développement et à la prospérité, qui ne lui laissent finalement d’autre choix que d’embrasser l’Eurasie avec une plus grande connectivité, de développer des relations économiques et commerciales bilatérales avec la Chine et de reconstruire les liens avec la Russie. Une avalanche de commentaires chinois a suivi les remarques de Macron. (iciiciiciiciici )

La fuite récente de documents classifiés des États-Unis et de l’OTAN sur l’armée ukrainienne et la « contre-offensive de printemps » tant attendue par Kiev (sur laquelle le ministère américain de la justice a depuis ouvert une enquête) aurait toutefois constitué un élément décisif.

Ces documents ont mis en évidence les nombreux désavantages et lacunes de l’armée ukrainienne et ont confirmé l’évaluation top secrète de Washington selon laquelle l’armée ukrainienne est en grande difficulté après les récents revers subis. En effet, un climat d’incertitude et de perte d’estime de soi s’est installé à Kiev, qui doute de plus en plus de la constance et de la fiabilité du soutien occidental.

Ces complexes ont été aggravés par la fuite d’informations selon lesquelles les États-Unis « espionnent également les principaux dirigeants militaires et politiques de l’Ukraine, ce qui témoigne de la difficulté pour Washington d’avoir une vision claire des stratégies de combat de l’Ukraine« . (New York Times) Un peu comme Edward Snowden – c’est ainsi que les États-Unis maintiennent leur hégémonie !

Néanmoins, un éditorial du Global Times remarque : « Au fil du temps, la communauté internationale s’est engagée dans une réflexion plus froide sur ce conflit brûlant. En particulier, la volonté de négocier entre toutes les parties s’accroît, et des voix plus rationnelles émergent dans divers pays européens. D’une certaine manière, la possibilité de promouvoir une solution politique à la crise ukrainienne est apparue.  »

Xi a rapidement donné suite à sa conversation avec Zelensky en nommant Li Hui, directeur général adjoint du département de l’Eurasie du ministère des affaires étrangères, à la tête de la délégation chinoise pour le règlement de la crise en Ukraine. Il s’agit d’une décision intelligente.

Li Hui, l’un des meilleurs spécialistes chinois de l’Eurasie, a déjà été envoyé au Kremlin pendant une période extraordinairement longue de dix ans (2009-2019). Il connaît très bien la situation ukrainienne et russe, comprend la psychologie des peuples slaves et, bien sûr, parle russe.

La nomination d’un représentant spécial est une tentative sérieuse d’activer les fonctions de médiation pour construire des ponts. Mais il y a de formidables défis à relever. La Russie accueille favorablement tout ce qui pourrait rapprocher la fin du conflit ukrainien, mais elle doit aussi atteindre les objectifs de son opération militaire spéciale en Ukraine.

Par ailleurs, la Russie ne voit pas l’Occident se préparer à un règlement pacifique. Il y a des raisons valables à cela, car Washington compte entièrement sur une solution militaire et une victoire totale.

Des négociations sous l’égide de la Chine porteraient un coup terrible à la stratégie américaine en Ukraine et, si elles gagnent du terrain, elles mettraient les États-Unis en porte-à-faux dans la région indo-pacifique également. À court terme, donc, la pression ne peut que s’accroître sur Zelensky pour qu’il lance sa "contre-offensive"

M K Bhadrakumar
Autres textes de M K Bhadrakumar sur le site du CSO