Comité de Surveillance OTAN

Opinions

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Kurdistan Iranien: Les garçons de Mariwan

Hegwig Kuijpers
2 février 2021
https://hedwigkuijpersjournalism.wordpress.com/2021/02/21/the-boys-of-mariwan/

Beaucoup a été dit et écrit sur les problèmes entre la République islamique d'Iran et l'opposition armée kurde. Connus dans le monde entier comme le plus grand peuple sans État propre, les Kurdes vivent divisés dans une zone géographique qui s'étend à travers la Turquie, l'Iran, l'Irak, la Syrie et l'Arménie. Le Kurdistan Iranien est le nom non officiel d'une partie du nord-ouest de l'Iran habitée par des Kurdes, qui borde l'Irak et la Turquie. Le Kurdistan iranien comprend les provinces iraniennes du Kurdistan, Kermanshah, Ilam et certaines parties de l'Azerbaïdjan occidental, qu'elles partagent avec d'autres minorités, telles que les Azerbaïdjanais, les Loren et les Qashqais. Sur les douze à quinze millions de Kurdes iraniens estimés, une grande proportion est chiite.

Le parti d'opposition kurde le plus récent et le plus actif du Kurdistan iranien est le PJAK (Parti pour une vie libre au Kurdistan). Ce groupe est une organisation sœur du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan), tous deux relevant de l'organe de tutelle le KCK (Groupe des communautés au Kurdistan). Sa branche armée, les Unités du Kurdistan oriental (YRK), compte environ 3 000 membres. Ceux-ci viennent d'Iran, de Turquie, d'Irak, de Syrie et de la diaspora kurde. Le groupe mène une lutte armée contre la République islamique iranienne depuis 2014, où il y a eu de nombreuses victimes des deux côtés. Le groupe mène cette lutte au Kurdistan iranien. L'objectif du groupe, selon ses propres termes, n'est pas un Kurdistan «libéré», mais selon la terminologie d'Ocalan «bratiya gelan» ou la «fraternité des peuples».

Les partis frères du PJAK, tels que les Forces démocratiques syriennes (FDS) et les Forces de défense du peuple (HPG, branche armée du PKK) ont été à plusieurs reprises appelés à rendre des comptes par les Nations Unies pour des violations des droits de l'homme, y compris l'utilisation d’enfants soldats. Cependant, en raison de l'embargo sur l'Iran et de l'opinion publique négative à l'égard de ce pays, les appels à l'aide des familles d'enfants irano-kurdes restent ignorés et sans réponse. Et même s'il y a beaucoup à dire sur la politique iranienne ou sur les objectifs pour lesquels les partis kurdes se battent, nous ne pouvons pas laisser à leur sort les enfants irano-kurdes et leurs droits fondamentaux. Après tout, le silence est un consentement. Et ils peuvent se battre autant qu'ils le veulent sans utiliser ni armer les enfants.

Parmi les nombreux rapports de mineurs enrôlés par ce parti, l'histoire de quatre garçons mineurs - dont l'un est handicapé mental - du village de Ney à Mariwan, au Kurdistan iranien. Ces adolescents auraient été amenés à rejoindre le PJAK. Après avoir passé deux jours et deux nuits dans un abri près du village, les garçons ont été envoyés dans les montagnes d'Asos pour une formation militaire et idéologique. Deux des garçons ont réussi à s'échapper. Ils sont rentrés chez eux - et bien que choqués, ils sont en bonne santé.

Les deux autres sont toujours portés disparus et auraient dû terminer leur formation il y a quelque temps. Il n'y a aucune information sur leur état de santé ou leur localisation. Les familles concernées demandent l'aide des organisations internationales de défense des droits humains pour faire pression pour le retour des garçons.

 

Sirwan Kasrayi: le jour du recrutement

Le 23 décembre 2019, les quatre garçons ont dit à leurs parents qu'ils allaient faire un pique-nique sur les hauteurs de leur village de Ney.  En été, c'est un endroit où les familles vont faire des barbecues, des pique-niques, etc. Les jours plus froids, la plupart des jeunes y vont pour traîner, jouer au football, ou faire des batailles de boules de neige

Sirwan Kasrayi (15 ans), Ramyar Kawe (16 ans, handicapé mental), Aresh Danishwar (17 ans) et Zanyar Enayati (17 ans) ont rencontré à cet endroit un petit groupe de combattants du PJAK qui s'y reposaient. Sirwan, qui est maintenant rentré, a décrit la nuit où ils ont été recrutés. Il se souvient des garçons assis ensemble sur un banc et discutant de «choses normales», des filles ou de l'avenir de leur village. Les garçons voulaient que le village devienne une attraction touristique car il a une nature d’une beauté à couper le souffle, et l'arrivée de touristes pourrait faire baisser le chômage.

Sirwan a déclaré que par la suite, deux filles du groupe sont venues et se sont jointes à la conversation. Ces filles leur ont dit que le gouvernement iranien était la raison pour laquelle leurs rêves étaient hors de portée et que le PJAK se battait pour un avenir meilleur pour le peuple kurde en Iran. Les garçons semblaient fascinés par la perspective d'une telle aventure, à l'exception de Sirwan lui-même. Une des filles l'a pris à part et a commencé une nouvelle histoire, elle a dit qu'elle venait de Syrie et lui a parlé d'aller en Europe, de trouver un bon travail et d'épouser une femme que l’on aime. Sirwan a expliqué que même alors, il savait que ce n'était que de belles histoires, mais qu'il avait juste peur d'être séparé de ses amis.

Les combattants ont emmené les garçons là où ils dormaient. C'était très primitif, une bâche en dessous et une bâche au-dessus. Et ce n'est que lorsque les garçons ont été séparés des deux jolies filles qu'ils se sont réveillés de leur rêve. Le commandant du groupe, Marwan, leur a dit de ramper sous la bâche et de se taire. Ramyar a déclaré qu’il avait menacé de les tuer s'ils faisaient du bruit. Sirwan se souvient qu'ils pleuraient pour dormir en silence, tandis que les membres de la famille au loin criaient leurs noms.

Les garçons ont passé l'hiver dans les montagnes de Qandil, où ils dormaient dans des grottes. Au printemps, ils ont été envoyés dans les montagnes d'Asos pour une formation militaire et idéologique. Ramyar et Sirwan décrivent tous deux l'installation d'entraînement comme un camp avec un tunnel, des tentes pour les commandants et une zone de couchage souterraine. Il n'y avait pas de salle de bain. Les garçons se lavaient par groupes de cinq avec de l'eau chauffée au feu, partageant un pain de savon. La plupart du temps, ils se cachaient sous de gros rochers lorsque les avions de reconnaissance turcs scrutaient la zone à la recherche de combattants du PKK.

Ramyar est tombé malade – une diarrhée prolongée - ne recevant pas les soins médicaux dont il avait besoin, mais un vétérinaire d’un village voisin lui a administré des antibiotiques.

Les autres recrues étaient des Iraniens, des Syriens et des Kurdes de Turquie, dont ils ne comprenaient pas le dialecte. Les commandants ont opposé les recrues les unes aux autres. Les garçons ne pouvaient pas critiquer leurs commandants ou l'organisation par crainte de représailles, car les recrues s'espionnaient et disaient aux commandants si quelqu'un était mécontent.

À l'automne 2020, la formation a pris fin et les recrues ont été envoyées à différents endroits. Ramyar et Sirwan ont été séparés d'Aresh et de Zanyar. Ramyar et Sirwan ont reçu l'ordre d'entrer au Kurdistan iranien avec deux combattants plus expérimentés. Là, ils commenceraient alors leurs premières missions. Sirwan a reçu les clés d'un petit camion et fut chargé de se rendre au Kurdistan iranien avec les trois autres. Alors qu'ils traversaient la frontière à seulement quelques kilomètres de Penjwen, une opportunité s'est présentée. Les deux amis ont laissé leurs armes derrière eux et se sont mis à courir. A la tombée de la nuit, ils sont parvenus à leur village, à 6 kilomètres de la frontière, et ont retrouvé leurs familles. Le lendemain, ils se sont rendus aux autorités, qui les ont interrogés et les ont relâchés. Les garçons déclarent qu'ils n'ont pas quitté la maison par peur des commérages de villageois sympathiques [au PJAK] e par peur d'éventuelles représailles du groupe.

Aresh et Zanyar sont toujours portés disparus. Il n'y a aucune information sur leur localisation. Les familles pensent qu’ils sont toujours Kurdistan irakien ou bien qu’ils ont été envoyées en Turquie pour combattre. Elles sont pleines de questionnements et d'incompréhension.

Sirwan reconnaît qu'il a eu beaucoup de chance. «Parce que je connaissais le chemin et que je sais conduire, on m'a donné les clés d'un camion, et petit à petit j'ai conçu un moyen pour en sortir de cette façon. Ils [les commandants] ont décidé que moi et Ramyar irions en Iran avec deux autres combattants. Les autres ont été séparés de nous. L'endroit où ils iraient serait déterminé plus tard. A la première occasion, en entrant au Kurdistan iranien, j'ai déposé les armes avec Ramyar et j'ai volé vers la liberté. Même si nous savions que s'ils le découvraient, nous pouvions être tués. »

J'ai également parlé avec Aziz Kaveh, le père de Ramyar, qui a déclaré: "Mon fils a un handicap mental - une sorte d'autisme. C'était un mercredi soir radieux. Lui et trois de ses amis sont sortis du village pour s'amuser un peu, mais ils ne sont pas revenus. "

« Ce soir-là, quand Ramyar est sorti avec ses camarades, j'avais déjà un sentiment étrange. Mais je ne me suis pas opposé parce que je connaissais bien l'état mental de Ramyar. Ses amis sont aussi des gars calmes et prennent soin de lui. Cela lui fait du bien de sortir. Presque tous les villageois l'aiment et connaissent son état. »

« La nuit où Ramyar a été kidnappé, je suis allé partout pendant trois jours, mais il n'y avait pas de nouvelles. Ensuite, nous avons eu des informations sur son enlèvement et nous nous sommes tournés vers le PJAK. Ils ont refusé de nous dire quoi que ce soit, mais après que sa mère ait éclaté en sanglots, ils ont dit qu'il allait à Qandil pour une formation. Nous sommes également allés à Qandil, qui n'est pas loin du tout. Là, ils ont dit qu'il était en formation et qu'il n'avait pas le droit de nous rencontrer. Nous avons demandé si nous pouvions lui parler au téléphone à ce moment-là, mais ils se sont moqués de nous. »

« Ramyar est tellement choqué qu'il n'ose pas nous dire ce qui s'est passé. Il n'arrête pas de dire:" Elle avait vingt ans. C'était une fille syrienne. " Il a dit à sa mère qu'il avait peur du noir et qu'il pleurait chaque nuit. Ses supérieurs se sont alors moqués de lui et lui ont dit qu'il apprendrait. Mais on n'apprend pas de cette façon, avec la condition de Ramyar ... »

J'ai également parlé avec Mohammed Rashid Daneshwar, le père d'Aresh, 16 ans.

« Une belle nuit dans le magnifique Kurdistan, mon fils est sorti avec ses amis et il n'est jamais revenu. Depuis cette nuit, notre monde s'est assombri jusqu'à maintenant. Le gouvernement ne fait rien. Ils [PJAK] peuvent facilement entrer dans le village et voler nos enfants, et nous ne pouvons rien faire. Si nous les suivons, allons vers eux, nous serons accusés des deux côtés. »

« J'ai encore à la maison une fille de neuf ans et un garçon de trois ans. Nous avons fui vers la ville. Aresh n'avait que 16 ans lorsqu'il a été enlevé. Nous n'avons pas entendu parler de lui ni de son sort depuis près de deux ans. Aidez nous s'il vous plaît. Sa place devrait être à l'université maintenant, pas dans les montagnes avec des armes. Je suis prêt à donner tout ce que je possède pour la liberté d'Aresh. »

J'ai également parlé avec Mohammad Ali Enayati, le père de Zanyar, qui a pleuré tout au long de la conversation.

« Quelqu'un qui est aussi un père pourrait me comprendre. J'ai un fils. Je l'ai élevé toutes ces années, je l'ai élevé et je l'ai envoyé à l'école. J'ai travaillé dur,  pour ne pas le laisser sans emploi et pauvre J'aurais aimé qu'il ait une longueur d'avance pour l'avenir.  Je pensais que personne d'autre que Dieu ne pouvait le séparer de nous. Mais PJAK a commis ce crime contre moi. C'est le plus grand crime humain: séparer un enfant de ses parents. »

« Il n'avait même pas 17 ans. Il est toujours légalement un enfant. Ils sont doués pour prendre des enfants. Pourquoi ne viennent-ils pas me parler de leurs objectifs? Parce que je suis plus âgé et plus sage, et que  je peux démasquer leurs mensonges. »

Lorsqu'on lui a demandé s'il avait recherché son fils, Muhammad Ali a répondu: «Moi, un père, je fouille sous toutes les pierres pour trouver mon enfant, mais malheureusement, ces voleurs l'ont volé et n'ont même pas avoué ce crime. J'ai suivi la trace des garçons  grâce à des amis au Kurdistan irakien, qui ont visité quelques camps à ma demande, mais malheureusement eux non plus ne savent rien de son sort».

« La maison est devenue un enfer, tous ses vêtements, sa chambre, ses photos, ses livres, ses films et ses rires nous reviennent sous nos yeux partout où nous regardons. »

« J'ai parlé aux deux garçons qui sont revenus, et ils m'ont redonné de l'espoir. Je suis heureux que lui, comme ses amis, ait le désir de quitter ce groupe, et j'espère qu'un jour il pourra également s'échapper. »

Il y a des mineurs qui se portent volontaires pour les conflits armés. Certains pensent simplement que c'est "cool". Il y a aussi souvent d'autres raisons, telles que la pauvreté, les problèmes à la maison ou le désespoir. Et parfois, les enfants sont simplement trompés, contraints ou enlevés. Il existe de nombreuses causes et des conséquences encore plus graves pour les enfants qui sont ou ont été soldats. Et personne, aussi merveilleux que soit son objectif, n'a le droit d'armer les enfants. Et si c'était votre enfant?

Hegwig Kuijpers
Autres textes de Hegwig Kuijpers sur le site du CSO

Derniers textes publiés :

Pourquoi l’Ue se met en rang contre la Chine
Manlio Dinucci
il manifesto

Afghanistan, le plan USA d’une nouvelle catastrophe
Manlio Dinucci
il manifesto

Ordre USA contre la Russie : Italie au garde-à-vous
Manlio Dinucci
il manifesto

Les États-Unis s'attendent à ce que la Russie se soumette. Le fera-t-elle?
M K Bhadrakumar
INDIAN PUNCHLINE

Ukraine, bombe USA en Europe
Manlio Dinucci
il manifesto

Un «win-win» pour les États-Unis et la Turquie dans le Hindu Kush
M K Bhadrakumar
INDIAN PUNCHLINE

L’Océan Indien n’est pas l’Océan de l’Inde
M K Bhadrakumar
INDIAN PUNCHLINE

Les États-Unis, la Turquie, l'Etat islamique, Al-Qaïda et les talibans forment une famille heureuse
M K Bhadrakumar
INDIAN PUNCHLINE

Joe Biden recrute les alliés
Manlio Dinucci
il manifesto

Ukraine : Le conflit gelé est en train de se réchauffer
M K Bhadrakumar
INDIAN PUNCHLINE

L’armée USA “défenseur” de l’Europe arrive
Manlio Dinucci
il manifesto

Les recrues du Parti Démocratique du Kurdistan d'Iran comparées à la progéniture de ses dirigeants
Hegwig Kuijpers