Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n°0

Le criminel de guerre Wesley Clark témoigne à La Haye
John Catalinotto

Le mensonge, la nausée et les sanctions
Michel Raimbaud

Lettre ouverte au ministre belge des Affaires étrangères
Père Daniel Maes, Communauté du Monastère de Mar Yakub à Qâra, Syrie

Illégalité du déploiement des armes nucléaires americaines en Europe
Pierre Piérart

Guerres sans fin
Droit international contre droit du plus fort

Diana Johnstone

Les bases nucléaires de l'OTAN en Europe
Pierre Piérart

HIROSHIMA ET LE TRAITÉ DE NON PROLIFÉRATION
Pierre Piérart

Lettre au Général Jones, commandant du SHAPE, pour réclamer le retrait des armes nucléaires des pays de l'OTAN

Mordechaï Vanunu prisonnier d'opinion

L'OTAN et l'Afrique du Nord
Rashid Khashana

OTAN : Vers une expansion planétaire
Michel Collon

OTAN : au service de qui et pour quels objectifs ?
Valérie Peclow

L' Europe de la défense aux lendemains du sommet de Prague
Jean-Sylvestre Mongrenier

Les Etats-Unis, l'Otan et l'armée européenne
Pol De Vos

Occupations militaires - La prostitution érigée en système
Richard Poulin

Les minutes les plus longues de ma vie...
Michel Collon

Les États-Unis à la conquête de l'Eurasie et du monde
Jean-Marie Chauvier

Le Tribunal Pénal de La Haye de moins en moins crédible
Edward Herman

Bush et l'OTAN

Les nouveaux rôles probables de l’Otan dans les futurs scénarios impérialistes : Comment arrêter l’Otan ?
George Havatzas

50 juristes et avocats de 12 pays lancent un appel contre l’imposition d’un conseil juridique à Slobodan Milosevic

Solidarité avec Hiroshima et Nagasaki
Pierre Piérart

Parodie de procès Milosevic : Déclaration du Comité grec pour la Détente internationale et pour la Paix (EEDYE)

Contre ces lois-là, la Loi Internationale (et Milosevic) n’ont pas l’ombre d’une chance
Stephen Gowans

Une lettre ouverte de Christopher Black, président du Comité légal de l’ICDSM
Christopher Black

L'ancien premier ministre soviétique : « Je n'irai pas témoigner à La Hague dans les circonstances actuelles»
Nikolai Ryzhkov

Refus de participer au 'procès' en tant que témoin de Léonide G. Ivachov

L’ICTY et la décimation de la Yougoslavie – Une histoire de famille
Ian Johnson

Milosevic au TPI : Celui qui doit se taire
Vladimir Caller, Georges Berghezan, Jean Bricmont, Hernn Valverde

Tribunal international ou «Chambre étoilée»?
British Helsinki Human Rights Group

Milosevic se voit refuser le droit universel d'assurer sa propre défense
Sara Flounders

Lettre d'un groupe de témoins des Etats-Unis au président Slobodan Milosevic

La défense de la patrie est-elle un acte criminel ?
Pr. Kosta Cavoski

Ramsey Clark : Le 'tribunal' saborde ses dernières prétentions à la légalité
Ramsey Clark

Le Tribunal Penal International de La Haye : Deux ans d'efforts coûteux pour aboutir a un constat d'échec
Nico Varkevisser

Justice et propagande : L'échec du procès Milosevic

Deux ans de procès Milosevic : fiasco à La Haye ?

La Haye a remplacé la jurisprudence de la paix établie à Nuremberg par une licence à l'Occident de tuer.
John Laughland

Laissez Milosevic se représenter lui-même
John Laughland

Interview de Mordechai Vanunu à la BBC du 24 Octobre 2004

Murmures nucléaires à l'ombre des canons

Vanunu : « J'ai fait ce devais faire »
Baudouin Loos

Nikolaï Ryjkov défend Milosevic et dénonce l'OTAN

La reculade du Tribunal pénal international
Louis Magnin.

Note sur le traité secret conclu entre la Belgique et les Etats-Unis en 1971
Olivier Corten, Eric David, Pierre Klein, Jean Salmon

L’OTAN et la constitution européenne nuisent gravement à la Paix

Deuxième bilan de la Campagne de Solidarité des Bourgmestres des Villes et Communes de la Communauté française de Belgique avec le Maire d'Hiroshima pour un désarmement nucléaire total. (Du 6 août 2004 au 28 février 2005)
Pierre Piérart

Premier bilan de la Campagne de Solidarité des Bourgmestres des Villes et Communes de la Communauté française de Belgique avec le Maire d'Hiroshima pour un désarmement nucléaire total.

Le chef de la mission de contrôle de l'Union Européenne au Kosovo dément toutes les affirmations de Carla Del Ponte
Compte rendu rédigé par Andy Wilcoxson

La Constitution et la Guerre
Diana Johnstone

Campagne « Mayors for Peace »
Pierre Piérart et Henri Firket

Traité constitutionnel européen : Un traité peut en cacher un autre

Soixantième anniversaire de la tragédie de Hiroshima et de Nagasaki (I)
Pierre Piérart

« Si demain, il faut à nouveau manifester pour la paix, j’irai à nouveau. Dans quel état reviendrai-je ? »
Michel Collon

« La future défense européenne est un livre ouvert pour les États-Unis »
Entretien avec le Général Henri Paris, président de la Fédération des officiers de réserve républica

Il y a 60 ans : la tragédie de Hiroshima et Nagasaki se précisait malgré l’écroulement de l’Allemagne nazie. (1e partie)
Pierre Piérart.

Il y a 60 ans : la tragédie de Hiroshima et Nagasaki (2e partie)
Pierre Piérart

Il y a 60 ans : la tragédie de Hiroshima et Nagasaki (3e partie)
Pierre Piérart

Il y a 60 ans : la tragédie de Hiroshima et Nagasaki (4e partie)
Pierre Piérart

Pianosa, le mystère du bateau de l’OTAN
Gianvito Lo Vecchio

Soixantième anniversaire de la tragédie de Hiroshima et de Nagasaki (5e partie)
Pierre Piérart

Il y a 60 ans ….. Hiroshima, après Alamogordo qui préparait Nagasaki.
Pierre Piérart

D'Hiroshima à Bagdad
Joëlle Penochet

Pourquoi le bombardement de Nagasaki ?
Pierre Piérart

Milosevic à La Haye : plus c'est intéressant, moins on en parle
Diana Johnstone

Soixantième anniversaire de la tragédie de Hiroshima et de Nagasaki (6e partie).
Pierre Piérart

Un témoignage accablant pour l'accusation
D'après les comptes rendus de Andy WILCOXSON

Armes nucléaires : une parodie politique se transforme en poursuites judiciaires.

Karel De Gucht démis de ses fonctions : Déclaration publiée par le comité intérimaire le 24 novembre 2005

Intervention sur la « perception de l'OTAN par la société civile »
Arnaud Ghys, CNAPD

L'Afghanistan et son «processus démocratique»
Latif Pedram

Guerre nucléaire contre l'Iran
Michel Chossudovsky

Une nouvelle OTAN pour un nouvel ordre mondial ?
Hans Lammerant et Fabien Rondal

Bientôt la prison pour la dénonciatrice du premier crime de guerre en Yougoslavie ?
Georges Berghezan

Deux minutes, une vie
Michel Collon

Le grand jeu des bases militaires en terre européenne
Manlio Dinucci

Déclaration de l’assemblée des mouvements sociaux – 4e Forum social européen

La désinformation en ex-Yougoslavie et au Kosovo
Jean Toschi

Kosovo : une nécessaire décentralisation
Frédéric Saillot

Europarlement • Aide au pacifisme condamnée
Pol De Vos

Feodossia: partenariat et politicaillerie
Viktor Litovkine, commentateur militaire de RIA Novosti

A propos de la réunion des parlementaires en commission sur les prochains sommets de l'OTAN (réunion du 6 juin 2006).
Claudine Pôlet

Mordechaï Vanunu condamné pour avoir pris la parole

Massacres discrets dans l'Afghanistan libéré
Roland Marounek

Interventions militaire et humanitaire?
Ludo De Brabander et Georges Spriet (Vrede), Pol De Vos (StopUSA)

Pétition: Pas de F-16 belges en Afghanistan!

Le Kosovo : une colonie de l’Otan dans le Nouvel Ordre Mondial
Diana Johnstone

Le Canada dans la guerre d’occupation en Afghanistan
Collectif Échec à la guerre

La Belgique dans la guerre en Afghanistan : L'opération de désinformation des ministres De Crem - De Gucht
Roland Marounek

Pourquoi les arguments de De Gucht et De Crem ne tiennent pas la route
Vrede, Intal, UCOS...

Commémoration du 63e anniversaire des bombardements nucléaires sur Hiroshima et Nagasaki : Message de Marcel Poznanski pour le CSO
Marcel Poznanski

Commémoration du 63e anniversaire des bombardements nucléaires sur Hiroshima et Nagasaki : Message de Roland Marounek pour StopUSA
Roland Marounek

Commémoration du 63e anniversaire des bombardements nucléaires sur Hiroshima et Nagasaki : Message de Pierre Merveilleux pour Europe for Peace
Gilles Desmet, Parti Humaniste

De Munich au Kosovo
John Laughland

Les roses fanées de la révolution géorgienne
John Laughland

Non au bouclier antimissile !
Patrice Salzenstein

Des Tchèques mobilisés contre le bouclier antimissile U.S.
Patrice Salzenstein

9 Questions sur la Déclaration de Coopération entre les secrétariats de l'ONU et de l'OTAN
Transnational Foundation for Peace and Future Research

L’accord secret entre l’ONU et l’OTAN ne répond pas aux objectifs de la communauté internationale
Karl Müller

L'accord entre les Secrétariats de l'ONU et de l'Otan viole la Charte des Nations Unies
Alfred de Zayas, fonctionnaire de l’ONU à la retraite

Israël a bien utilisé dans la bande de Gaza des armes à Uranium Appauvri

Course au réarmement : au premier rang USA et OTAN
Manlio Dinucci (Il Manifesto)

L’Otan, gardien militaire de la sécurité d’approvisionnement énergétique des pays membres

Le cercle vicieux otanien de la violence
Diana Johnstone

La criminalisation du mouvement de la paix à Strasbourg est inacceptable
Pieter Terlinck

A Strasbourg des dizaines de milliers de citoyens du monde ont osé dire leur opposition à l'Otan
Claudine Pôlet

Une grande mobilisation le 4 avril pour dire « NON à la Guerre, NON à l’OTAN » dans un contexte de répression policière et de tension.
Collectif anti Otan de Strasbourg

Pour un bilan nuancé du Contre-Sommet de Strasbourg
Roland Marounek

Mais que fait donc la Bundeswehr dans l'Hindoukouch ?
Jürgen Rose

Franz Weber : Pour un tribunal de la conscience humaine

L’Iran, la Corée du Nord… et les autres.
Henri Firket

Trafics d’organes : Vers la fin de l’impunité au Kosovo ?
Georges Berghezan

Orwell, l’OTAN et la guerre contre la Libye
Domenico Losurdo

La Libye : Est-ce qu'on nous refait le coup du Kosovo ?
Diana Johnstone

« Femmes pour la Paix » et pas « Femmes pour la guerre »
Anne Morelli

Terrorisme nucléaire
Michel Wautelet

Sept points sur la Libye
Domenico Losurdo

L’OTAN dans sa guerre des menteurs et des lâches
Mohamed Bouhamidi

200 intellectuels Africains contre l'Otan

L’OTAN et la montée en puissance des médias sociaux
Roland Marounek

Dix ans de guerre de l'information en Afghanistan
IRIS - Institut de Relations Internationales et Stratégiques

Message du Président du Venezuela, Hugo Chávez Frías devant l'Assemblée Générale des Nations Unies.

La conclusion barbare d’une guerre colonialiste barbare.
Domenico Losurdo

Des guerres de l’opium aux guerres du pétrole
Domenico Losurdo

L'oppression de Kadhafi
Stephen Gowans

Manœuvres de guerre OTAN contre l'Iran
Manlio Dinucci

En Libye, la fin de 42 ans de...
Stephen Gowans

On voit les États-Unis partout...
Stephen Gowans

Syrie : Comment on transforme un homme en un être monstrueux
Mouna Alno-Nakhal

Que se passe-t-il en Syrie ?
Domenico Losurdo

Transcription de l'interview de Françoise Wallemacq de retour de Syrie

Lettre ouverte sur les plans de l'OTAN de défense antimissile et sur le risque accru d'une guerre nucléaire
David Krieger

Les disciples de Goebbels à l’œuvre contre la Syrie
Domenico Losurdo

Course à la guerre par procuration contre la Syrie
M. K. Bhadrakumar

Al-Qaeda’s Air Force
Stephen Gowans

Les USA gardent un oeil sur la Syrie, et tissent leur toile dans le Golfe
M K Bhadrakumar

Une intervention humanitaire en Syrie, il y a 150 ans
Pascal Herren, doctorant en droit à l

Fabrice à Waterloo : L’Occident humanitaire et la Syrie
Diana Johnstone

Un autre regard sur la Syrie
Bahar Kimyongür

Yougoslavie : Quand on prend l’avenir pour le passé - Raisons pour lire : Quand "Le Monde… Décryptage des conflits yougoslaves", de Fabrice Garniron
Diana Johnstone

1. Matins de Roses
Marie-Ange Patrizio

2. Matin de lumière

3. La volière de Mar Yakub
Marie-Ange Patrizio

4. « Les gens qui ont un livre »
Marie-Ange Patrizio

5. Les gardiens
Histoires du siège de Qâra, et de quelques unes de ses conséquences

Marie-Ange Patrizio

6. Damas des étoiles
Marie-Ange Patrizio

7. Damas à bâtons rompus
Marie-Ange Patrizio

8. Au coeur de la Syrie, Générosité
Marie-Ange Patrizio

Articles de la Charte des Nations Unies et du Traité de l'OTAN violés par l'agression contre la Yougoslavie

Annexe B des Accords de Rambouillet

Accords secrets de 1971 entre la Belgique et les USA

Réunion du Comité des plans de défense et du groupe des plans nucléaires, Bruxelles le 12 juin 2003 : Communiqué final

Extension de la zone d'intervention OTAN : Communiqué de l'OTAN

Allocution prononcée par M. Jaap de Hoop Scheffer devant la Commission parlementaire pour les Affaires étrangères
Jaap de Hoop Scheffer

Jaap de Hoop Scheffer : « Un nouvel OTAN est nécessaire »

La force de réaction de l'OTAN : Au centre de la transformation de l'OTAN

Note sur le traité secret conclu entre la Belgique et les Etats-Unis en 1971

Réunion ministérielle du Conseil de l'Atlantique Nord de Madrid - Communiqué final

Discussions à la Chambre belge sur le projet de loi portant assentiment à l'adhésion des nouveaux membres à l'OTAN

Declaration du sommet de Prague sur l'Irak

Traité de Maastricht : Dispositions concernant une politique étrangère et de sécurité commune

Projet de Constitution Européenne et OTAN

Exerpt from IVth Report by the Ombudsperson Institution in Kosovo:The inadequacy of human rights protection mechanisms
Marek Nowicki

Excerpt from IVth Report by the Ombudsperson Institution in Kosovo: The situation of non-Albanian communities in Kosovo

Statut juridique de l'aéroport de Chièvres.
Demande d'explications au Ministre de la Défense

Rôle de la base aérienne de Florennes dans l'OTAN

Votes à l'ONU sur le Désarmement

Directive politique globale entérinée par les chefs d’État et de gouvernement de l’OTAN lors du sommet de Riga

Demande d'explications de M. Josy Dubié au ministre de la Défense sur «l'accroissement de la présence militaire belge en Afghanistan»

Déclaration du Sommet de Bucarest

Non-prolifération, contrôle des armements et désarmement
Note de Karel De Gucht

Ministère de la défense belge : Note d’Orientation Politique
Pieter De Crem

Déclaration commune sur la collaboration des Secrétariats des Nations Unies et de l’OTAN
Jaap de Hoop Scheffer - Ban Ki-Moon

Adresse de Tzipi Livni au Symposium OTAN-Israël, Herzliya

Discours à l'Assemblée générale des Nations unies: «Nous avons peur»
Paul-Henri Spaak

The Continuing Relevance of NATO’s Nuclear Deterrence Strategy in an Uncertain World
Guy B. Roberts, Deputy Assistant Secretary General for WMD Policy at NATO

Déclaration du Sommet de Strasbourg-Kehl

Extraits du Concept Stratégique de l'Alliance de 1999 sur les armes nucléaires

Opérations en zone urbaine en l’an 2020 - Synthèse

De la bonne coopération entre l'Otan et les ONG
Anders Fogh Rasmussen

Une Otan sans armes nucléaires
Lt Col. Michael J. Byrne, Com. Douglas L. Edson, Lt Col Andrea L. Hlosek

Traitement inhumain de personnes et trafic illicite d’organes humains au Kosovo
Commission des questions juridiques et des droits de l’homme

Annexe au rapport de Dick Marty : Carte des centres de détention du nord de l’Albanie

CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS DE BELGIQUE : Proposition de résolution concernant la situation en Libye

Mémorandum de la CNAPD dans le cadre du sommet de l’OTAN à Varsovie

Contribution du Comité Surveillance OTAN au Forum Social Européen

Bertrand Russell Peace Foundation, Conférence de Bruxelles les 26 et 27 juin 2003

Après Madrid, Bruxelles ?

Soutien à la Conférence de Paris sur l'Irak du CSO

Commémoration du 59e anniversaire de la tragédie d'Hiroshima et Nagasaki : Communiqué

Bush Not Welcome

Lever toutes les restrictions à la liberté de Mordechai Vanunu

Contribution du CSO à la Conférence sur les bases militaires dans le monde

LAS BASES MILITARES : UN ASPECTO DE LA ESTRATEGIA GLOBAL DE LA OTAN

Militar bases: An aspect of the NATO strategy

Lettre de protestation du CSO au Ministre des Affaires Étrangères face aux poursuites judiciaires d'un militant de Bombspotting

Message pour la commémoration du 61e anniversaire du lancement de la bombe atomique nord américaine sur Hiroshima et Nagasaki

Mise au point concernant l’essai nucléaire nord-coréen du 8.10.2006

Pourquoi tant de discrétion des négociateurs pour un futur gouvernement sur la politique extérieure et de défense de la Belgique ?

Lettre à l'ambassade de la Répblique tchèque en soutien à la manifestation contre les bases US

Pour un retrait immediat et inconditionnel des troupes belges d’Afghanistan !

L’Otan en Géorgie... sans attendre la Géorgie dans l’Otan ?

Dénonçons la complicité de l’Otan avec Israël !

SORTIR D'AFGHANISTAN MAINTENANT !

Décès de Pierre Piérart

Réponse au communiqué de la CNAPD annonçant son retrait de la conférence sur l’Iran
Comité Surveillance Otan

UN NON SANS EQUIVOQUE A TOUTE INTERVENTION DE L’OTAN EN LIBYE !

Libye, Iraq, Afghanistan : non à la guerre !
Non à toute participation belge !

La Belgique est entrée en guerre contre la Libye ! Stoppons l’escalade !

Non à la reconnaissance du Conseil national de Transition Libyen
Pour le retrait immédiat et inconditionnel de toutes les forces militaires belges engagées en Libye

Ne laissons pas l’Otan nous entraîner dans une nouvelle guerre froide !

L'OTAN a besoin de l'Irak !
Tom Lantos

Thomas Fiedman : plaidoyer que l'Irak, l'Egypte et Israël deviennent membres de l'OTAN...
Thomas L. Friedman

Garder un œuil sur l'ours russe
William Safire

Poutine : L'OTAN n'est plus une organisation hostile...

Aznar : « L'OTAN devrait être en train de bombarder le Liban »

Contenir l'Iran : Accueillir Israël dans l'OTAN
Ronald D. Asmus

CONTRE-SOMMET DE L'OTAN: RESISTANBUL 2004

D'anciens officiers de l'armée grèque parlent

Initiative against the NATO summit in Istanbul
Committees Against Occupation

Initiative contre le sommet de l'OTAN à Istanbul
Comités Contre l'Occupati

Appel de Resistanbul 2004

Des dizaines de milliers de signatures contre l'OTAN envoyées à Ankara
Comités Contre l'Occupation

Contribution à la conférence Anti-Otan d'Istanbul
Roland Marounek

Commémoration du 59e anniversaire de la tragédie d'Hiroshima et Nagasaki - Communiqué

Appel pour le Kosovo

Intervention à l'ONU du Maire d’Hiroshima lors de la Conférence sur la révision du TNP

Déclaration

Forum Social Européen de Londres : Appel de l'Assemblée des mouvements sociaux

Declaration

IRAK : CONTRE L'ESCALADE
Jean Bricmont

Rapport d'enquête sur la population rom au Kosovo et Metohija suite aux événements survenus du 17 au 21 mars 2004
URYD - Union des Roms exilés d’Ex-Yougoslavie en Diaspora

Projet de création a Kosovska-Mitrovica d’un bureau et d’un organisme de défense des droits des Roms
URYD - Union des Roms exilés d’Ex-Yougoslavie en Diaspora

APPEL À L'ACTION de l'ASSEMBLÉE CONTRE LA GUERRE
Forum social mondial 2005, Porto Alegre, Brésil

Plate-forme pour les actions de protestation contre la venue de Bush en Belgique

Le maire d’Hiroshima appelle à participer à la marche pour abolir les armes nucléaires
For Mother Earth

International Conference against Foreign Military Bases
FINAL DECLARATION

Conférence internationale contre les bases militaires étrangères
Déclaration finale

Report on the International Conference against Foreign Military Bases

Non à la guerre contre l'Iran
Prise de position de la plate-forme anti-guerre

Appel pour éviter une guerre nucléaire en Iran

Appel de la Plateforme anti-guerre

Paix au Moyen Orient: maintenant!
Texte de plateforme des mouvements pour la paix

Appel de Stuttgart

Forum Social Européen de Malmö : Appel à rejoindre la mobilisation contre l’Otan d’avril 2009

Appel de la World Afghan Professional Organization contre la guerre en Afghanistan

Des organisations de paix réagissent à l'expansion de la mission belge en Afghanistan
Vrede, Intal, CNAPD, CSO et MIR-IRG.

Déclaration du Comité International Non à la Guerre - Non à l'Otan

Évaluation des actions par le Comité International de Coordination
Arielle Denis et Reiner Braun

Contre-Sommet de Strasbourg du 2 au 5 avril 2009. - Évaluation des participants de Belgique

Déclaration du Conseil mondial de la paix et du Conseil portugais pour la paix et la coopération en vue du sommet de l'OTAN de Lisbonne
World Peace Concil

Communiqué de presse : « Freeze for peace in Afghanistan »
La Plate-forme Afghanistan

Communiqué de la CNAPD à propos de l’invitation à la conférence – table-ronde de ce vendredi 17 décembre « L’Iran dans la visière de l’Ouest ».

Carte Blanche : La menace nucléaire, d'Hiroshima à … Tihange

Appel à la résistance et à la protestation contre Petersberg II
No To Nato

Appel
Pas de nouvelle guerre au Moyen Orient

Commémoration du 67ème anniversaire de la Tragédie de Hiroshima et de Nagasaki

Lettre ouverte à l'occasion de l'intervention de Jamie Shea au Festival des Libertés

Camp de Pozega : «Nous n'avons besoin de rien, seulement de la liberté»

Leposavic : Visite aux réfugiés roms

Tentative d'intimidation ?

Les États-Unis et le crime organisé

A la rencontre des Croates et des Roms

La KFOR nous photographie et nous empeche de photographier

Ceux d'en haut

Prizren dévastée

Le plus sinistre ghetto du Kosovo

Entretien avec Gušani Skender, Leposavic

Entretien avec Oliver Ivanovic, Mitrovica

Entretien avec Sava Janjic, Visoki Decani

Entretien avec Marek Nowicki, Pristina

Entretien avec Momcilo Trajkovic, Caglavica

Aveux tardifs

Le calvaire des Roms au Kosovo
Marie-Pierre Lahaye

Invisibles et indésirables : les nouveaux réfugiés du Kosovo
Georges Berghezan

Faillite de l'ONU et de l'OTAN au Kosovo
Philippe Scheller

Kosovo, essai en plein champ de l'impérialisme guerrier
Manuel Grandjean

Notre film annonçait ce drame, pourquoi n’avons-nous pas été entendus?
Interview de Vanessa Stojilkovic

Rompre 5 ans de silence
Philippe Scheller

Nettoyage ethnique au Kosovo : Un voyage pour rompre cinq ans de silence
Georges Berghezan

ROMS D’EX-YOUGOSLAVIE (KOSOVO ET METOHIA) :
PEUPLE EN DANGER !

Avec la drogue, les jeunes du Kosovo oublient leurs préjugés ethniques
Tanja Matic et Tanja-Marija Vujisic

66e Commémoration du massacre de Hiroshima : Message de la COLUPA
Présenté par Pierre Debbaut

66e Commémoration du massacre de Hiroshima : Intervention de Sortir du Nucléaire
Louis Verheyden

66e Commémoration du massacre de Hiroshima : Inetrvention du Mouvement Chrétien pour la Paix
Carla Goffi

66e Commémoration du massacre de Hiroshima : Message du CSO
Marcel Poznanski


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017
n°65 : juillet 2017
n°66 : octobre 2017
n°67 : janvier 2018
n°68 : avril 2018

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Rapport d'enquête sur la population rom au Kosovo et Metohija suite aux événements survenus du 17 au 21 mars 2004

            Depuis 1999, quelques milliers de Roms vivent encore sur le territoire de Kosovo-Metohija1. La grande majorité d’entre eux vivent à l’heure actuelle dans des camps de réfugiés, d’autres vivent encore dans leurs maisons. Tous aujourd’hui vivent dans des conditions dramatiques, ils n’ont quasiment aucune liberté de mouvement et aucune protection face aux nationalistes extrémistes albanais. Du 17 au 21 mars 2004 nous avons assisté à une série de pogroms violents de la part de ces nationalistes visant la population non-albanaise du Kosovo-Metohija, ceci sous les yeux de la communauté internationale.

Suite à ces évènements et dans le cadre de nos activités relatives aux questions des Roms d’Ex-Yougoslavie, nous avons décidé d’entreprendre une enquête sur place afin de déterminer précisément les conséquences qu’ils ont eues pour la population rom.

Notre enquête a été d’abord menée dans les villes et villages les plus directement touchés par ces évènements puis en Serbie. Vous trouverez ci-dessous les résultats de cette enquête. Malheureusement, faute de temps et de moyens, notre enquête a été limitée. Elle ne prétend pas constituer une enquête aboutie sur les conséquences des évènements survenus du 17 au 21 mars. Elle permet néanmoins de dégager des conclusions importantes, de démentir nombre d’informations inexactes diffusées à ce sujet et laisse entrevoir la nécessité d’une enquête plus approfondie.

OBILIĆ

Suite aux évènements de juin 1999, tous les Roms anciennement présents à Obilić ont été chassés. Vers la fin 1999, seulement 3 familles de Roms Burgurdjie (environ 18 personnes) sont revenues habiter dans leurs maisons. Ces maisons se situaient à proximité de maisons serbes, dans la rue Kolonija.

Le 17 mars, sous la menace des extrémistes albanais et de la soudaine vague de violence, ils ont dû, tout comme les Serbes, quitter leurs maisons pour aller se réfugier au nord de Mitrovica, dans une école. Toutes leurs maisons ont été pillées puis détruites.

Nous avons rencontré ces familles pour qu’ils nous racontent le déroulement des évènements. Aujourd’hui elles se retrouvent dans des conditions de vies déplorables et rejoignent la liste déjà immense des familles roms réfugiées. Certains membres des familles sont très âgés et à l’heure actuelle elles ne disposent d’aucune aide médicale.

Il est important de noter qu’à Obilić vivait encore seulement une petite minorité rom de 3 familles. Aujourd’hui, il n’y à plus de rom à Obilić.

PEĆ, LJIPLJAN, DJAKOVICA, UROŠEVAC, PRVI-TUNEL, SRBICA, PODUJEVO et RESNIK

Dans ces villes, depuis juin 1999 Il n’y a plus aucun rom, ils ont tous été chassés ou tués. Il reste cependant des familles ashkalis qui parfois se déclarent comme roms. (voir plus bas CONFUSIONS ENTRE LES ROMS ET LES ASHKALIS)

PRIŠTINA

Dans cette ville, depuis juin 1999 Il n’y a plus aucun rom, ils ont tous été chassés ou tués. Cependant il faut noter que récemment, au début du mois d’avril 2004, certains représentants fantômes de la cause rom ont déplacé des Roms depuis l’Albanie jusqu’à Priština, environ 50 familles. Ces soit-disant représentants avaient pour projet, en collaboration avec le ministre de l’éducation albanais de fonder une école pour les Roms à Priština. Ce projet avait également été approuvé par l’OSCE/ODHIR. Ils ont ainsi déplacé ces familles car il n’y avait plus de Roms à Priština. Elles se sont installés dans des campements au centre de la ville (à côté de l’église serbe et le local nommé Tri Šešira). Cette action rentre dans le cadre, non seulement des actions de certaines organistions totalement absurdes, injustes et catastrophiques pour la population rom mais aussi, dans le cadre de la politique extrémiste albanaise qui tend à conserver l’image artificielle de multi-ethnicité au Kosovo-Metohija.

KOSOVO POLJE

Les seuls Roms qui restaient à  Kosovo Polje sont ceux qui avaient accepté, en juin 1999, de se rallier à la cause des nacionalistes albanais (bien souvent malgré eux et de façon passive). Malgré tout, ces mêmes roms ont été la cible des récentes attaques menées par les extrémistes albanais et aujourd’hui, il n’y a plus personne à Kosovo Polje pour les défendre.

Ils restent également à Kosovo Polje quelques familles issues d’un sous-groupe rom et même eux aujourd’hui sont en grand danger.

GRAČANICA

Nous avons recensé une centaine de Roms vivant encore à Gračanica, dans une enclave serbe. Ici, grâce à l’action de la communauté internationale, par le biais de l’UMNIK et de la KFOR, les pogroms ont pu être évités, malgré les tentatives d’attaques des extrémistes albanais. Les familles roms sont donc restées là-bas. Quelques familles désirent cependant se rendre en Serbie par peur de nouvelles attaques.

ČAGLAVICA

Les Roms vivant encore à Čaglavica ont réussi, avec l’aide d’autres non-albanais, à s’opposer aux attaques violentes des extrémistes albanais. Seuls les maisons situées en première ligne du quartier rom ont été brûlées et pillées. Quelques Roms ont été blessés.

PRIZREN

Environ 5000 Roms et Ashalis vivent encore à Prizren depuis 1999 (il est actuellment impossible de savoir précisément le nombre exact de Roms et d’Ashkalis). Du 17 au 21 mars, ils n’ont subi aucune attaque physique. Ils subissent cependant de très fortes pressions psychologiques.

Il faut noter qu’à Prizren, les extrémistes albanais ont pratiqué du 17 au 21 mars des attaques organisées et très précises visant la communauté serbe. Il apparaît que la communauté rom de Prizren soit épargnée pour l’intérêt que porte les dirigeants extrémistes albanais à conserver une illusion de multi-ethnicité au Kosovo-Metohija.

Aujourd’hui, les Roms de Prizren vivent dans une terreur quotidienne, privés de toute liberté. Ils n’ont pas été attaqués lors des derniers évènements mais le scénario auquel nous avons assisté pourrait se réaliser à tout moment et, dans l’immédiat, cela ne tient uniquement qu’à la volonté des dirigeants extrémistes albanais.

MITROVICA Leposavić, camps de Češmin Lug et de Žitkovac

Depuis juin 1999, il ne reste à Mitrovica que quelques familles roms, réfugiées dans les camps de Leposavić , environ 15 familles, au camp de Češmin Lug(au Nord de Mitrovica),, 4 familles et à Žitkovac, 3 familles dont 2 nouvellement arrivée2. Il n’y a eu du 17 au 21 mars aucune attaque des extrémistes albanais, toutes les maisons roms ayant déjà été détruites depuis juin 1999.

Comme dans beaucoup d’autres villes, se trouvent également à Mitrovica des Ashkalis qui se déclarent comme Roms. Au sud de Mitrovica, quelques familles ashkalis sont rentrées des maisons du quartier Sitnicko Naselje pour venir s’installer dans des maisons vides d’où les Roms avaient été expulsés en 1999.

GNJILANE

Ils restent encore quelques Roms à Gnjilane. La majorité d’entre eux soutiennent la politique albanaise. Malgré tout, ils ont quand même été attaqués. D’après les témoignages, une grande catastrophe a été évitée par la population rom notamment grâce à l’aide de la population albanaise vivant avec eux en bon voisinage qui a empêché la foule des extrémistes de tuer les Roms. Certaines maisons roms ont tout de même été brûlées. Malgré le soutien de Hadji Merdan, beaucoup de Roms de Gnjilane envisagent de partir face à l’insécurité croissante.

PRILUŽJE

A Prilužje se trouve un village servant de camp de réfugiés à des Roms, des Serbes et des Ashkalis. Il n’y a pas eu de pogroms. De nombreuses familles, suites aux attaques dans d’autres villes sont venues se réfugier ici.

VUČITRN

Depuis 1999, il n’y a plus aucun rom à Vučitrn. Il reste seulement une femme rom mariée à un Ashkali.

Seulement, fin 1999, quelques familles Ashkalis sont revenues vivre dans leurs maisons et dans des maisons d’où les Roms avaient été expulsés. Ils vivaient auparavant en Serbie (à Belgrade et Novi Sad) et sont rentrés suite aux promesses de l’assurance de leur sécurité. Cependant, lors des derniers évènements, ces Ashkalis ont été également les cibles des attaques extrémistes albanaises. Ils comptaient environ 270 personnes. Ces personnes se déclaraient soit ashkalis, soit roms. Les attaques des groupes albanais ont été très violentes. Selon nos sources, un grand conflit a eu lieu entre les Ashkalis et les Albanais, les 2 camps ayant subi plusieurs blessés. 2 femmes d’une famille ashkali ont été violées, une personne de cette même famille est portée disparue et 2 Ashkalis ont été arrêtées par la KPS. Les Ashkalis ont été emmenés à Smrakovnica, dans une ancienne prison puis ramenés dans un lieu nommé « vieux moulin », où ils sont restés durant 2 jours. Là-bas, ils ont tous été rackettés. En même temps, leurs maisons, environ 70, ont été détruites. Aujourd’hui, toutes ces personnes, y compris les vieux, les femmes et les enfants, se trouvent dans un  camp militaire de la KFOR à Nevo Selo. Les familles entreprennent à l’heure actuelle une grève de la faim afin d’obtenir l’exil dans l’Union Européenne et ne veulent plus revenir à Vučitrn.

EN SERBIE

Nous avons profité de notre présence sur le territoire de l’Ex-Yougoslavie pour visiter les camps, plus semblables à des bidonvilles, de Novi Pazar, Kuršumlija et Belgrade.

A Bujanovac, les Roms exilés du Kosovo-Metohija ont été installés dans des baraques. Cependant en 2003, plusieurs baraques ont brûlé. Aujourd’hui ils ont été installé provisoirement dans des casernes militaires et leur avenir reste tout à fait incertain.

Les conditions de vie pour les Roms dans les camps sont absolument désastreuses. Une grande misère : manque de nourriture, pas d’eau courante, pas d’électricité et aucune aide médicale. L’obtention d’aides ou de papiers est de plus un véritable chemin de croix insurmontable pour ces familles en détresse.

De plus, les Roms présents dans ces camps semblent également menacés, étant considérés en général par les Serbes comme des alliers des Albanais, à cause des leur noms et de leur confession musulmane.

D’autres confusions de ce genre mettent également en danger les populations roms de Serbie. Par exemple, il est courrant que les Serbes, notamment les plus jeunes, confondent les Ashkalis et les Roms, or, les Ashkalis étant de langue albanaise, ils se retrouvent du même coup assimilés à des alliers des albanais. Ce genre de confusions a entraîné plusieurs accidents graves, qui ne cessent de se multiplier.

Il semble de toute nécessité que l’Etat de Serbie-Monténégro prennent des mesures rapides et efficaces d’une part afin de venir en aide aux personnes réfugiées et d’autre part afin de stopper les violences commises contre les Roms.

Par la suite, nous avons rendu visite aux Roms de Niš, Kostolac, Prokuplje et de quelques autres villes serbes. Dans ces villes, les Roms sont laissés à eux-mêmes et même si certains ont réussi à trouver des appartements ou des maisons, leurs conditions de vie restent très misérables.

Il semble que la situation des Roms au Monténégro ne soit pas plus brillante. Le sort des Roms semble le plus désastreux à Titograd (Podgorica) et à Berane (Ivangrad).

CONFUSION ENTRE LES ROMS ET LES ASHKALIS

Une grande confusion s’est installée entre les Roms et les Ashkalis (ou Egyptiens). Les Ashkalis sont un groupe ethnique qui, malgré une origine rom, présente aujourd’hui une culture radicalement différente (langue, coutumes, etc…) de celles des Roms. Il est par conséquent important de bien séparer ces deux ethnies, au même titre que l’on fait une distinction claire entre Roms et Gorans, ou Serbes et Turcs !

Cependant, dans la quasi-totalité des rapports et comptes-rendus que nous avons pu lire depuis juin 1999 relatifs aux Roms de Kosovo-Metohija, nous constatons une grande confusion entre les deux groupes et l’accumulation des amalgames et, de ce fait, la diffusion d’informations erronées.

Nous avons même constaté, dans certains rapports officiels relatifs aux récents évènements – même de certains organismes chargés des questions Roms - que les Roms étaient non seulement assimilés aux Ashkalis mais aussi à des groupes tels que « divers nomades » ! C’est une aberration totale quand on sait que les Roms vivent de façon sédentaire en Kosovo-Metohija depuis près de 5 siècles.

Les conséquences de ces confusions, que nous dénonçons depuis plusieurs années et pourtant toujours aussi récurrentes, se révèlent dramatiques pour la communauté rom, aussi bien pour celle exilée que pour celle encore présente en Kosovo-Metohija – et souvent pour la population ashkali elle-même.

La première cause de cette confusion peut tenir à une connaissance incomplète (voir méconnaissance totale) de la part des observateurs internationaux au regard de ces deux groupes ethniques.

La deuxième cause provient du fait que nombreux sont les Ashkalis qui se déclarent à l’occasion comme Roms, ceci soit de bonne foi (par ignorance), soit par intérêt (en fonction de l’interlocuteur) ou même parfois en accord avec la politique de leurs leaders. En effet, nous avons constaté que certains leaders ashkalis, de connivences avec les nationalistes albanais demandent à leur communauté encore présente en Kosovo-Metohija de se déclarer soit comme Ashkalis soit comme Roms, de manière à entretenir aux yeux des observateurs internationaux une image (évidemment artificielle) de multi-ethnicité en Kosovo-Metohija. Cependant, malgré ces accords et malgré le fait que la communauté ashkali soit de langue albanaise, lors des derniers évènements, de nombreuses familles Ashkalis ont été les victimes d’attaques des nationalistes albanais et ont subi de nombreux dommages.


CONCLUSIONS

Au regard de notre enquête, la situation des Roms en Kosovo-Metohija se révèle toujours aussi désastreuse. Non seulement du point de vue de leurs conditions de vie qu’au niveau des dangers qu’ils encourent, les derniers évènements ont prouvé que le problème des nationalistes extrémistes agissant au Kosovo-Metohija n’est toujours pas résolu, malgré la présence de forces armées internationales. Les groupes extrémistes responsables sont toujours très actifs et actuellement rien ni personne ne s'oppose à eux. Ils semblent fermement décidés à poursuivre leurs actions jusqu’à l’obtention d’une purification ethnique totale du Kosovo-Metohija – s’attaquant même aujourd’hui aux communautés non-albanaises qui avaient déclaré soutenir leur cause.

Ce territoire se révèle ainsi encore extrêmement dangereux pour les Roms, comme d'ailleurs pour les autres peuples2 non-albanais qui y sont présents. Il est à noter que cette constatation avait déjà été effectuée depuis 1999, ce qui n’a pas empêché de nouveaux incidents dramatiques, malgré la présence des forces armées internationales et malgré le fait que beaucoup d’Albanais eux-mêmes soient contre ce type de violences.

En tout cas, il semble cependant clair que les récentes attaques des nationalistes extrémistes albanais ont été menées de façon précises avec l’intention de viser les communautés serbes du Kosovo-Metohija. Il est vrai que la purification ethnique visant le peuple rom du Kosovo-Metohija est déjà quasiment achevée. Aujourd’hui déjà plus de 90% des Roms vivant anciennement au Kosovo-Metohija ont été contraint de fuir ce territoire sous la menace et la terreur. La plupart de ceux qui sont restés vivent dans des camps de réfugiés, dans une précarité extrême. Sur place, aucune organisation n’est réellement capable de défendre leurs droits. Les organisations normalement officiellment en charge de cette tâche se révèlent incompétentes. Aujourd’hui, aucun leader rom ni aucun parti – politique ou non, n’est capable de défendre les intérêts des Roms. Aujourd’hui l’avenir des Roms de Kosovo-Metohija pose une multitude de questions inquiétantes à l’heure actuelle sans aucune réponse !

Il nous est également apparu que personne, en comparaison des résultats que nous avons obtenus sur place n’a été capable de fournir des informations précises relatives aux derniers évènements et à la population rom, aussi bien au niveau local qu’international, pas même les organisations officielles en charge des ces questions. Toutes les informations que nous avons pu obtenir de la part d’autres organisations se sont révélées le plus souvent incomplètes voir erronées.

Il est absolument clair que les évènements qui se sont déroulés du 19 au 21 mars sur ce territoire risquent de se reproduire en l’état actuel des choses, risquant d’entraîner encore d’autres désastres humains. Il semble urgent que des actions concrètes soient menées au niveau des institutions internationales afin d’enrailler le processus macabre qui se déroule aujourd’hui au Kosovo-Metohija.

Rapport publié par l’U.R.Y.D., le 18/04/2004

 
Notes :

1. Suite aux évènements survenus sur le territoire du Kosovo-Metohija depuis 1999, une population rom importante (évaluée à 140000 personnes) s'est retrouvée dans l'obligation de quitter ce même territoire, là même où elle était établie et vivait depuis presque 5 siècles. Cette population, outre les dommages moraux endurés, a perdu habitations, mobilier, biens personnels, richesses patrimoniales et même des vies. L'exil a également entraîné une dévalorisation des personnes, par la perte du travail, du niveau d'étude, l'obligation d'intégrer nouvelle société, une nouvelle langue, etc, en somme tous les problèmes liés à l'exil.

A l'heure actuelle, plus de 90 % de la population rom qui vivait en Kosovo-Metohija a quitté ce territoire et se retrouve aujourd'hui disséminée à travers toute l'Europe - principalement en France, en Allemagne, en Belgique, en Italie et dans la plupart des autres pays de la Communauté Européenne. Certains ont également quitté l'Europe pour se réfugier au Canada. Beaucoup ont été reconnus comme réfugiés en France et ont vu leurs papiers régularisés, ce qui n'est pas le cas dans tous les pays européens.

Les Roms n'ont pas choisi l'exil, celui-ci leur a été imposé, sous la pression de groupes nacionalistes extrémistes albanais. Ni la KFOR, ni les Nations-Unies, pourtant témoins de ces actions racistes, ne sont intervenues. Aucun média n'a reporté ces faits aux yeux de la communauté internationale. Rien n'a été fait pour empêcher cette catastrophe humaine.

Aujourd'hui, de nombreuses questions se posent au regard de cette population encore meurtrie par cette expérience douloureuse. Voilà maintenant 5 ans qu'elle a quitté le territoire du Kosovo-Metohija et à l'heure actuelle, aucune démarche et aucune action sérieuse n'ont toujours pas été mise en œuvre pour lui venir en aide aussi bien niveau au niveau des institutions européennes qu'au niveau des ONGs. La majorité des rapports constitués autour de cette question sont non seulement superficiels mais également bourrés d'erreurs, d'amalgames et de confusions.

2. Ces 2 familles, les familles Tahiraj et Latifi, sont arrivées de Serbie il y a deux mois. Elles ne pouvaient plus payer leur loyer (environ 75 € par mois). Elles comptent 9 personnes qui vivent aujourd’hui entassées dans une petite baraque dans des conditions désastreuses.

3. Nous préférons utiliser le mot « peuple » à celui de « minorité ». En effet, nous estimons que chaque peuple doit être considéré comme tel et non comme la « minorité » d’un autre peuple, laissant ainsi la porte ouverte à divers types d’abus. Nous aimerions d’ailleurs que cette distinction soit reconnue officiellement sur le plan international.

CONTACT – INFORMATIONS

    U.R.Y.D – France
    Mr Neziri  NEDZMEDIN

tél/fax :  + (33) 3.25.75.69.30 / + (33) 6.74.27.41.08
e-mail:  diaspora_rroms@yahoo.fr
U.R.Y.D – Belgique

Association Romano Dzuvdipe
Mr Imer Kajtazi

tél/fax : + 32 3765 07 27
e-mail: romano.dzuvdipe@skynet.be

URYD - Union des Roms exilés d’Ex-Yougoslavie en Diaspora