Comité de Surveillance OTAN

Syrie

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer

Le prix à payer pour rester "un allié fiable au sein de l'Otan"

1 octobre 2015

Le prix à payer pour que la Belgique garde son rang de "partenaire fiable de l'Otan" est décidément bien lourd! L'Ambassadrice des Etats-Unis à Bruxelles en personne nous le rappelle sans aucune précaution diplomatique. Selon elle, il faut que le budget de la Défense, non seulement cesse de diminuer, mais atteigne au plus vite les 2% du PIB réclamés par l'Otan lors de son dernier Sommet au pays de Galles en 2014. Selon Mme Campbell, il faut aussi que la Belgique se décide au plus vite quant au renouvellement de sa flotte d'avions de combat porteurs et lanceurs de bombes atomiques. En fait, elle sous-entend que la Belgique devrait opter pour les F35. Est-elle représentante des Etats-Unis ou commis voyageur de Lockheed?
Il est vrai que l'opposition à ces dépenses militaires – 6 à 8 milliards pour les F-35 et triplement du budget de la Défense – grandit dans notre pays. La crise économique et financière continue à produire ses effets dévastateurs sur la majorité de la population en Belgique, et les guerres auxquelles la Belgique prend part chassent des centaines de milliers de gens de leurs pays pour se réfugier en Europe. Les gens comprennent que ce n'est pas dans leur intérêt que ces dépenses militaires se réalisent, ils voient bien que les moyens financiers dédiés à la Défense et donc aux politiques belliqueuses de l'OTAN, pourraient servir utilement à régler les problèmes de logement, de santé, d'éducation, d'accueil des réfugiés, d'emploi, qui deviennent de plus en plus angoissants en Belgique. C'est pour contrer cela que l'Alliance Atlantique agite à la fois la carotte et le bâton, comme l'indique cette missive de l'ambassade américaine.
Le prix à payer pour rester "un partenaire fiable de l'OTAN" consiste aussi dans le retour de la Belgique dans la Coalition dite des volontaires contre l'Etat Islamique en Irak et en Syrie. Notre gouvernement 100% atlantiste s'y emploie et prépare la population à s'y résigner en exagérant la "menace terroriste" sur notre pays, en maintenant les soldats dans la rue.
Il est nécessaire pour les puissants du monde capitaliste occidental, d'entretenir les peurs dans la population, d'agiter le danger du terrorisme caché au sein de nos quartiers, la menace de l'invasion des barbares traversant la Méditerranée, pour justifier leurs extorsions et leurs militarisme. Ces mêmes dirigeants ressortent l'épouvantail d'une soi-disant menace de guerre représentée par la Russie. De la Syrie à la Mer Baltique, nous serions en danger à cause de l'expansionnisme russe et l'OTAN ne ferait que se défendre et la Belgique n'aurait qu'à lui obéir.
L'ingérence de l'ambassadrice des Etats-Unis dans la prise de positions politiques de notre pays est un fait intolérable. C'est une atteinte grave à la souveraineté et à la démocratie de la Belgique. Le mouvement de la paix, les partis progressistes sont restés bien silencieux sur cette question. Au lieu de se laisser influencer par la propagande anti-russe de notre gouvernement, ils devraient être bien plus vigilants sur les agissements dictatoriaux de l'Alliance Atlantique!

Derniers textes publiés :

Syrie : La longue guerre par procuration de l’Otan
Roland Marounek

Les États-Unis, la Turquie, l'Etat islamique, Al-Qaïda et les talibans forment une famille heureuse
M K Bhadrakumar
INDIAN PUNCHLINE

Dix ans plus tard, la Syrie est presque détruite. Qui est responsable?
M K Bhadrakumar
INDIAN PUNCHLINE

SYRIE – Les USA ne peuvent imaginer la défaite de leur agression

Syrie : Al-Tanf, contrôlé par les États-Unis, sert-il de base à «l’ISIS» – vérité ou propagande ?
Hegwig Kuijpers

Stop aux odieuses sanctions des pays de l’Otan contre la Syrie
Claudine Pôlet

La Belgique collabore à l’étranglement humanitaire de la Syrie
Roland Marounek

Les États-Unis intensifient leur lutte géopolitique en Syrie
M K Bhadrakumar
INDIAN PUNCHLINE

Syrie : Derrière l’alibi kurde
Roland Marounek

La logique déroutante derrière le retrait de Trump en Syrie
M K Bhadrakumar
Asia Times

L'humanitaire, le faux-nez de l'impérialisme
Roland Marounek

Gaz toxiques en Syrie: Des ONG portent plainte contre des entreprises belges
Roland Marounek