Comité de Surveillance OTAN

Ukraine

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer

La Russie va intervenir en Ukraine

M K Bhadrakumar
23 janvier 2022
source : INDIAN PUNCHLINE
https://www.indianpunchline.com/russia-will-intervene-in-ukraine/

Les pourparlers américano-russes à Genève au cours des deux dernières semaines consécutives n'ont pas pu produire de percée. Fondamentalement, il y a une contradiction qui ne peut pas être résolue facilement. La Russie voit en termes existentiels l'avancée de l'OTAN dans son voisinage occidental immédiat. Mais pour Washington, it’s geopolitics, stupid! , c'est juste une question de géopolitique.

La Russie ne peut plus tolérer une telle présence de l'OTAN à sa frontière occidentale. L'intégration de l'Ukraine dans le système de l'alliance occidentale signifierait que les missiles américains pourraient frapper Moscou en 5 minutes, rendant les systèmes de défense aérienne russes inefficaces et obsolètes.

Les déploiements de l'OTAN dans les régions baltique et noire privent davantage la Russie de tampon à l'ouest. Considérant que toutes les décisions majeures et la plupart des décisions mineures de l'OTAN sont prises à Washington, Moscou perçoit tout cela comme une stratégie américaine pour l'encercler, éroder son autonomie stratégique et ses politiques étrangères indépendantes.

Les États-Unis, au contraire, refusent d'approuver tout retour en arrière de l'OTAN. Il insiste sur le fait que la Russie n'a pas son mot à dire dans les décisions de l'alliance. Au mieux, Washington discuterait de certaines mesures de confiance, alors que l'élargissement de l'OTAN depuis 1997 - contrairement aux assurances données à Mikhaïl Gorbatchev par les dirigeants occidentaux en 1990 lors de la réunification de l'Allemagne - est un fait accompli avec lequel la Russie devrait vivre.

Fondamentalement, les États-Unis ont gagné du terrain grâce à des efforts soutenus au cours des trois dernières décennies depuis que l'administration de Bill Clinton a mis en œuvre une stratégie concertée en prévision d'une résurgence de la Russie en peu de temps. Maintenant que les États-Unis ont pris le dessus, ils ne veulent pas y renoncer.

Du point de vue de Washington, il s'agit d'un modèle clé de la lutte géopolitique qui se déroule autour du nouvel ordre mondial après la montée en puissance de la Chine et le déplacement de la dynamique du pouvoir de l'Ouest vers l'Est. Réduire la taille de la Russie et être capable de l'intimider est une condition préalable avant que les États-Unis ne s'attaquent à la Chine de manière globale. En bref, l'Ukraine est devenue un champ de bataille où se déroule un titanesque bras de fer.

L'Ukraine est dans tous les sens pratiques un substitut des États-Unis, et sa transformation en un État anti-russe qui a commencé après le changement de régime à Kiev en 2014 est déjà à un stade avancé. Bien que l'Ukraine ne soit pas encore membre de l'OTAN, l'alliance a établi une présence militaire et politique significative dans le pays.

Dans la guerre de l'information, les États-Unis présentent la Russie comme un agresseur contre un voisin faible. En réalité, cependant, c'est une situation de "Pile je gagne face tu perds". Si la Russie ne fait rien, elle pourrait tout aussi bien se résigner à ce que l'Ukraine soit inévitablement intronisée dans l'OTAN et que la Russie doive vivre avec l'ennemi aux portes. Bien sûr, cela modifierait l'équilibre stratégique mondial pour la première fois de l'histoire en faveur des États-Unis.

D'un autre côté, si la Russie agit militairement pour empêcher la marche de l'OTAN en Ukraine, Washington jouera le dur. Washington est prêt à mettre au pilori le président Vladimir Poutine personnellement et à imposer des "sanctions infernales" à la Russie, avec un plan de match vicieux pour blesser mortellement l'économie de ce pays et étouffer sa capacité à être un acteur mondial.

Selon les estimations américaines, Poutine devra personnellement supporter un lourd tribut politique si les conditions de vie se détériorent en Russie d'ici 2024, date de la prochaine élection présidentielle russe, et il pourrait être contraint de renoncer au pouvoir. Du point de vue américain, ce serait l’idéal si un Boris Eltsine II devait succéder à Poutine.

Ne vous y trompez pas, une partie de ce qui se passe aujourd'hui est une diabolisation de la personnalité politique de Poutine pour éroder sa popularité imposante (65%), qui empêche la montée d'un politicien pro-occidental en Russie dans un avenir prévisible. Toutes les tentatives des services de renseignement US de créer une plate-forme «libérale» dans la politique russe ont échoué jusqu'à présent. Le fait est que la majorité du peuple russe redoute le retour de l'ordre « libéral » des années 1990.

Le Washington Post, qui a des liens avec à la Défense US, a publié mercredi dernier un rapport calomnieux sous la signature d'un coquin notoire intitulé « Les républicains de la Chambre veulent des sanctions contre Poutine, sa famille et sa maîtresse ». Il y écrit: « Le mélange soigneusement élaboré de diplomatie et de menaces de sanctions supplémentaires de l'administration Biden ne semble pas dissuader le président russe Vladimir Poutine d'envahir l'Ukraine et de déclencher une guerre. Maintenant, un grand groupe de républicains de la Chambre pousse le président Biden à augmenter directement la pression sur Poutine en s'en prenant à lui et à son entourage pour leur corruption de longue date et bien établie. » De toute évidence, Washington ira jusqu'au bout pour créer des dissensions parmi l'élite russe et saper la stabilité politique du pays.

Ce qui nous attend?

Sans aucun doute, la Russie est parfaitement consciente de ses limites. Moscou a également commis de lourdes erreurs de calcul. Elle avait parié que l'Ukraine n'allait pas rejoindre l'Otan, et qu'en temps voulu, le bon sens prévaudrait à Kiev sous la direction d'un dirigeant réaliste et pragmatique qui renoncerait à l'agenda « d'ukrainisation », rétablirait les liens avec la Russie (surtout dans le domaine économique) et, surtout, répondrait aux aspirations des régions ethniques russes orientales. Mais il s'est avéré que l'ukrainisation n’a fait que se galvaniser, avec le soutien tacite des Américains. Moscou a senti que le temps n'était plus de son côté.

Moscou attend quelque chose de concret du côté américain, car ses intérêts vitaux de sécurité sont en danger. Les dirigeants du Kremlin, y compris Poutine, ont clairement décrit les «lignes rouges» de la Russie. Washington, d'autre part, est simplement attentiste. Il estime que le temps joue de toute façon pour lui. Du point de vue russe, ce n'est pas acceptable, car un point de non-retour est atteint en ce qui concerne l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN.

Vraisemblablement, le président Biden ne veut pas aller dans le sens d'une prise en compte des intérêts légitimes de la Russie, compte tenu des pressions de la scène intérieure US et des opinions divergentes parmi les alliés européens, mais principalement parce que l'encerclement de la Russie par des États pro-occidentaux a été un objectif stratégique de la politique de Washington envers la Russie sous les administrations successives depuis Bill Clinton ; et cela s'avère également opportun aujourd'hui, étant une «cause» qui bénéficie d'un rare soutien bipartite à Washington à un moment où l'opinion américaine est profondément divisée.

Dans la situation actuelle, consciemment ou non, Washington s'est également lié les mains en s'engageant à ne pas négocier par dessus de la tête de l'Ukraine. Tous facteurs pris en considération, il est donc très probable que la Russie intervienne dans l'est de l'Ukraine en vue de créer une nouvelle situation sur le terrain pour garantir ses intérêts de sécurité nationale tout en visant un règlement politique à moyen et long terme.

Qu'est-ce que cela implique?

De toute évidence, la Russie ne cherche pas l'annexion du territoire ukrainien. Sa préférence sera de limiter son intervention à l'est de l'Ukraine en grande partie aux régions peuplées de Russie et de créer une zone tampon. Certains analystes américains ont estimé que, globalement, toute intervention russe sera limitée au territoire jusqu'au fleuve Dnepr traversant la Biélorussie et l'Ukraine jusqu'à la mer Noire. Cela semble plausible.

Bien sûr, il y a des variables dans toute situation militaire émergente. La Russie réagira fermement à toute forme d'intervention occidentale en Ukraine, bien que Washington l'ait exclue. (Dans tous les cas, la capacité des États-Unis à mener une guerre continentale massive dans un délai aussi court est discutable.) Les opérations militaires russes seront décisives avec une puissance de feu énorme et des armements avancés sur plusieurs fronts, avec l'intention de réaliser l'objectif politique dans le temps le plus court possible.

Les journalistes US ont écrit sur la « résistance », mais c'est de la foutaise. L'opération russe sera courte et décisive. La fibre morale ukrainienne aujourd'hui est telle que les forces démoralisées et le peuple désabusé vont tout simplement céder. Dans tout cela, ce qu'il faut retenir, c'est que malgré les lourdes doses d'endoctrinement US, le peuple ukrainien a de profondes affinités civilisationnelles avec les Russes, qui sont simplement enfouies sous la surface.

Plus important encore, la corruption omniprésente dans ce pays donne amplement la possibilité d'acheter des loyautés – en fait, il se peut qu'il n'y ait pas beaucoup de combats réels du tout dans de nombreux secteurs. Il faut également tenir compte du fait que la situation politique à Kiev est très instable, comme en témoignent les dernières accusations de sédition contre l'ancien président Petro Porochenko.

Zelensky a remporté son mandat de président en 2019 sur la base de sa promesse de travailler au rapprochement avec la Russie. Aujourd'hui, il est une figure complètement discréditée. Les gens se sentent trahis. Une défaite militaire écrasante signifiera la fin de la route pour Zelensky.

L'agitation politique qui s'ensuivra en Ukraine est  « le facteur X » de l'intervention russe. Les analystes étatsuniens l'esquivent délibérément. En termes simples, les Russes ont une compréhension approfondie des remous de la politique ukrainienne et des éminence grises du pays en raison de l'histoire, de la culture, de la politique et des liens sociaux communs.

L'objectif ultime de la Russie sera une Ukraine fédérée par le biais d'une réforme constitutionnelle avec la souveraineté, l'unité nationale et l'intégrité territoriale du pays intactes, tandis que les régions jouissent d'une autonomie. L'Europe peut accueillir cela comme le meilleur moyen de stabiliser la situation et d'éliminer le potentiel de conflits futurs.

En effet, l’attente de la Russie est qu’une telle Ukraine ne puisse jamais faire partie de l'OTAN, une fois que les fondements constitutionnels seront mis en place pour garantir que toutes les politiques majeures poursuivies à Kiev seraient basées sur un consensus national.

L'essentiel est que, du point de vue russe, le seul moyen de sortir de cette crise est que l'Ukraine retrouve sa souveraineté nationale et cesse de regarder Washington pour conduire sa propre destinée. Cela impose que les agents étatsuniens à Kiev qui prennent les décisions pour l'Ukraine rentrent chez eux et que les Ukrainiens soient à nouveau maîtres de chez eux, ce qui a cessé d'être le cas une fois que les services de renseignement US ont usurpé le pouvoir en février 2014, en ignorant l'engagement pris par le président élu Viktor Ianoukovitch d'organiser de nouvelles élections avant de décider de l'adhésion de l'Ukraine à l'UE.

De toute évidence, tout cela ne va pas être aussi facile qu'il y paraît et le résultat peut s'avérer ne pas être meilleur qu'une tentative de démêler l'omelette. Mais ce qui est positif est qu'il y a déjà des signes que l'Europe est sceptique quant à l'idée de suivre aveuglément les États-Unis plus loin sur l'Ukraine.

La probabilité de discorde dans la relation transatlantique augmente. L'OTAN elle-même n'a jamais vraiment été l'alliance solide et unie qu'elle prétendait être. La décision du président polonais Andrzej Duda d'assister aux Jeux olympiques d'hiver de Pékin est un signe avant-coureur des choses à venir. (Soit dit en passant, Poutine sera également à Pékin à ce moment-là.) L'Allemagne s'oppose non seulement au retrait de la Russie de Swift, mais également à la fourniture d'armes par les pays de l'OTAN à l'Ukraine, ainsi qu'à la décision de la Lituanie (sous l’instigation des États-Unis) de modifier ses relations avec Taïwan.

Les États-Unis ont commis une erreur stratégique en encourageant une empreinte plus profonde de l'OTAN en Ukraine. Faire ainsi des demi-promesses à un pays non membre de l'OTAN va nuire à la crédibilité des États-Unis en aval d'une intervention russe. Mais il est impossible pour Washington de faire marche arrière maintenant, car la perte de crédibilité serait encore plus grande.

Ce qui reste à voir, également, c'est comment l'Union européenne survit à ce moment. Les fervents atlantistes de la Commission européenne à Bruxelles, dirigés par Ursula von der Leyen et Josep Borrell, qui haïssent la Russie, définissent unilatéralement l'agenda de l'UE actuellement, ignorant les divergences d'opinion flagrantes entre les États membres. Avec le départ d'Angela Merkel, un vide est apparu que ces eurocrates espèrent combler.

Mais c'est clairement insoutenable. S'adressant au Parlement européen à Strasbourg la semaine dernière, le président français Emmanuel Macron a exhorté l'Europe à investir dans son propre cadre de sécurité collective et a appelé à un dialogue "franc" entre l'UE et la Russie. Soit dit en passant, ni l'UE ni la France n'ont été impliquées dans les pourparlers directs entre les États-Unis et la Russie à Genève.

On fait grand cas de la menace de sanctions contre la Russie. Mais de telles menaces ne décourageront pas Moscou. Pour commencer, même les sanctions draconiennes se sont révélées être un outil coercitif faible. Les sanctions US ont en effet eu un piètre bilan coercitif en Corée du Nord, à Cuba, en Iran, au Venezuela, au Vietnam, etc.

La Russie est une grande puissance. Elle possède d'énormes réserves, qui s'élèvent actuellement à un record de 638,2 milliards de dollars - les quatrièmes au monde. La position de crédit de la Russie est bonne et elle détient une grande partie de ses dettes. Elle n'a pas un besoin critique d'investisseurs américains. La Russie n'a pas désespérément besoin de vendre sa monnaie.

Ayant déjà traversé quatre chocs traumatisants au cours de ses 30 ans d'histoire post-guerre froide, la Russie sait comment absorber les chocs. Par conséquent, alors que la Russie pourrait être durement touchée et qu'il pourrait y avoir une volatilité des devises provoquant une sortie de capitaux initialement après les sanctions, ses réserves constituent un gros amortisseur.

Reste à savoir jusqu'où les Européens voudront aller sur la voie des sanctions. L'Allemagne a émis des réserves sur la fameuse "option nucléaire" de Washington, à savoir l'expulsion de la Russie du système de paiement Swift. Il est clair que toute interruption de l'approvisionnement énergétique russe nuira aux économies européennes.

Un fait peu connu est que la Russie vend du gaz à des prix très bas à l'Europe, alors que tout approvisionnement en GNL des États-Unis pour compenser les approvisionnements russes se traduira par des prix exorbitants faisant grimper le coût de la production industrielle. Les pays d'Europe centrale dépendent de la Russie pour 100 % de leurs besoins énergétiques. L'Allemagne a une dépendance de 40%.

Selon les rapports, un point culminant de la prochaine visite de Poutine à Pékin sera la signature de l'accord du gigantesque projet de gazoduc Power of Siberia-2 pour construire une route supplémentaire pour envoyer du gaz vers la Chine depuis la péninsule de Yamal en Sibérie, où se situent les plus grandes réserves de gaz de Russie, via la Mongolie. La capacité du gazoduc devrait être de 60 milliards de mètres cubes de gaz naturel par an (ce qui dépasse la capacité de Nord Stream 2.)

De manière significative, le chiffre d'affaires commercial entre la Chine et la Russie a atteint un record de 146,88 milliards de dollars en 2021, en hausse de 35,8 % par rapport à l'année précédente. Très certainement, le bras de fer entre la Russie et l'Occident au sujet de l'Ukraine, qui pourrait entraîner de nouvelles sanctions contre Moscou, devrait encore resserrer les liens du Kremlin avec Pékin. Les deux pays se sont engagés à porter leur chiffre d'affaires commercial à 200 milliards de dollars d'ici 2024. Les tendances économiques récentes suggèrent à elles seules que les pays atteindront probablement cet objectif.

La montée des tensions géopolitiques ajouterait de l'élan à cet effort, en faisant du renfort tes liens commerciaux avec la Chine une nécessité pour le Kremlin. Moscou aura besoin d’augmenter ses capacités d'approvisionnement ailleurs en raison des sanctions US, et la Chine va devenir la voie majeure. La situation dans son ensemble est que, pour sa part, la Chine ne peut pas non plus se permettre de voir la Russie tomber sous la pression US.

De toute évidence, les États-Unis n'ont pas réfléchi à l'échelle d'escalade. Le Kremlin a menacé Washington de rompre complètement les relations si les choses se gâtaient. Faites confiance à Moscou pour riposter. La Russie a effectué un test anti-satellite en mai. C'était peut-être un signal que la Russie a la capacité d'interférer avec la constellation GPS  dans des domaines non militaires, ce qui peut affecter des secteurs clés de l'économie US.

Surtout, toute «sanction de l'enfer» se transformera inévitablement en «  moralité » sur la scène mondiale. Il y aura un retour de flamme croissant dans l'économie mondiale alors que les pays s'inquiètent de la militarisation du dollar par Washington. Certains peuvent même se sentir incités à durcir leur économie. Cela peut avoir un impact sur le marché financier international. Washington a fait marche arrière auparavant lorsque de telles situations se sont produites. (Washington a choisi de ne pas imposer de sanctions contre l'Inde dans le cadre de la CAATSA pour son achat du système de missiles S-400 à la Russie.)

Paradoxalement, grâce aux vagues successives de sanctions occidentales depuis 2014, la Russie est devenue beaucoup plus autarcique. Aujourd'hui, elle n'a besoin d'aucune contribution de l'Occident pour que son industrie de la défense développe de nouveaux systèmes d'armes. Les responsables du Pentagone ont admis que la Russie avait pris les devants dans les technologies de pointe telles que les missiles hypersoniques, et que le rattrapage pourrait prendre de trois à cinq ans, - ceci en supposant que l'industrie de la défense russe se repose sur ses lauriers.

M K Bhadrakumar
Autres textes de M K Bhadrakumar sur le site du CSO

Derniers textes publiés :

Jacques Baud : « Les Américains ont instrumentalisé l'Ukraine de façon perverse »
Patricia Villalon
Sud-Radio

La drôle de guerre (blague belge)
Erik Rydberg

« Le prix de la liberté »
Roland Marounek

La Belgique participe à la guerre de l’Otan contre la Russie
Claudine Pôlet

« L’Otan n’a jamais été une menace pour la Russie »
Roland Marounek

Ukraine : le Ministère de la Vérité
José Manzaneda
Cubainformación

Les forces russes redoublent d’efforts pour achever l’opération
M K Bhadrakumar
INDIAN PUNCHLINE

Ukraine, tout était écrit dans le plan de la Rand Corp
Manlio Dinucci
il manifesto

Zelensky et les fascistes : "Il sera accroché à un arbre sur Khreshchatyk"
Moon of Alabama
Moon of Alabama

Ukraine : c’est l’OTAN qui a lancé l’attaque il y a huit ans
Manlio Dinucci
il manifesto

La politique étrangère des Etats-Unis est un sport cruel
Diana Johnstone
Consortium News

Dans le Donbass la mèche est allumée
Manlio Dinucci
il manifesto