Comité de Surveillance OTAN

Opinions

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Les recrues du Parti Démocratique du Kurdistan d'Iran comparées à la progéniture de ses dirigeants

Hegwig Kuijpers
28 mars 2021
https://hedwigkuijpersjournalism.wordpress.com/2021/03/28/social-injustice-pdkis-recruits-compared-to-leaders-offspring/

Le 22 mars, des vidéos de combattants du Parti Démocratique du Kurdistan d'Iran   (PDKI) défilant dans les rues de la ville iranienne kurde de Shino / Oshnavieh sont apparues sur les réseaux sociaux. Le lendemain, des vidéos de la campagne de la ville frontalière de Baneh sont également apparues. Les vidéos ont suscité beaucoup de controverses. Certains Kurdes ont félicité les combattants pour leur courage, d’autres craignaient que des actions comme celles-ci ne provoquent des affrontements dans les rues et mettent en danger les civils locaux, d’autres ont qualifié l’action de «spectacle provocateur» et ont ajouté que le PDKI était militairement inactif depuis longtemps.

J'ai demandé son avis à l'un de mes contacts dans la région. Nasser (Mahabad) était un combattant du PDKI à l'époque où le groupe se révoltait contre le Shah (1977-1980). Il a quitté le PDKI lorsque le groupe s'est associé à Saddam Hussein et a commencé une insurrection armée contre la nouvelle République islamique d'Iran. Depuis, il a suivi tous les développements et n'hésite pas à partager ses réflexions.

Nasser m'a dit que le but de ces actions était d'attirer d’avantage de jeunes à les rejoindre. «Tout est question de viande fraîche. Les jeunes gens s’échauffent assez facilement. Ils voient une équipe de jeunes hommes de leur âge, tirant vers le ciel, et des gens applaudissent leur bravoure. Cela fait battre leur cœur plus vite. À mes yeux, des actions comme celles-ci montrent que le parti est prêt à sacrifier 4 hommes pour deux dizaines de nouveaux. Pensez-y. Il n’y a pas de gain militaire ici, c’est un spectacle pour attirer les gens. Un spectacle qui risque d’avoir un prix très élevé. »

Nasser a poursuivi en comparant ces actions à celle des autres partis kurdes actifs dans la région:

«Les dirigeants du PDKI sont très différents des dirigeants de votre PKK [avertissement: je me concentre principalement sur le PKK, d’où l’utilisation de« votre »]. Les dirigeants vivent dans des maisons normales; ils restent dans des campings protégés avec toutes les installations nécessaires. Ils se marient et ont des enfants. Ils n’abandonnent pas leur vie personnelle, leurs gains financiers ou leurs petits plaisirs comme le font les dirigeants du PKK. Et tout le monde sait que leurs enfants ne se battent pas. Beaucoup d’entre eux sont maintenant à l’étranger, ce sont les enfants du peuple qui sont recrutés et tués dans des actions comme celles-ci. Saleh Muslim du PYD a sacrifié son propre fils, Mohammed Haji Mahmoud du KSDP a également sacrifié un fils, mais la progéniture de ces gens ne sait même pas comment tenir une arme à feu. »

Ma conversation avec Nasser m'a incité à regarder de plus près, et ce n'est pas très joli…

 

Mustafa Hijri

Mustafa Hijri est membre du Comité central du PDKI depuis 1979, la révolution islamique d’Iran. En 2008, il a été élu secrétaire général, poste qu'il occupe depuis lors. Hijri a acquis une renommée internationale grâce à sa position dans le PDKI, et a voyagé aux États-Unis et en Israël à plusieurs reprises. On dit qu'il reçoit des revenus pétroliers de l'ancien président du Gouvernement Régional du Kurdistan Irakien (KRG) Masoud Barzani sous la forme d'une aide au PDKI. La valeur nette de Mustafa Hijri est estimée entre 1,5 et 5 millions de dollars selon plusieurs sites Web qui fournissent des informations sur les revenus des célébrités.

Son fils, nommé Chia Hijri, n'est pas un combattant du PDKI. Chia mène une vie plutôt confortable en Allemagne avec sa femme et ses deux filles, contrairement aux recrues du parti. Sur sa page Facebook, on peut trouver des photos de sa maison de luxe et de sa grande cour arrière. Il a posté des vidéos de sa rue, de sa maison et de son quartier de banlieue. D'autres membres du PDKI - qui, contrairement aux membres du PKK / PJAK sont également autorisés à avoir des femmes et des enfants - restent dans des camps de fortune au Kurdistan irakien.

Rostam Jahangiri

Rostam Jahangiri est l’un des principaux commandants militaires du parti et chef de la commission politique et militaire du PDKI. Comme on peut le voir sur sa page Facebook, il effectue régulièrement des voyages en Europe. Ces voyages - ainsi que l’immigration et l’éducation de ses enfants - sont évidemment financés par les comptes bancaires de PDKI, car il est membre du PDKI depuis des décennies et n’a donc pas eu la possibilité d’acquérir sa propre fortune. Son fils Hatam vit actuellement au Danemark, sa fille Kani reste à Paris, France. On ne sait pas où se trouve le troisième fils de Rostam, mais on peut le voir sur une photo prise au Danemark assis à côté de son père, à l’opposé de la petite amie danoise de Hatam.

Hatam Jahangiri se débrouille plutôt bien au Danemark, comme on peut le voir sur sa page Facebook. Il vit avec sa petite amie danoise à Copenhague, a étudié dans une université danoise et travaille maintenant au service de sécurité de l’armée danoise. Il se rend régulièrement à Paris. Inutile de dire que les recrues PDKI de l’âge de Hatam vivent une vie très différente.

La fille de Rostam Jahangiri, Kani, a une vie encore plus chic (Facebook). Comme on peut le voir, elle a reçu une excellente éducation. On peut trouver des images de Kani embrassant de hauts dirigeants kurdes, des personnalités kurdes de premier plan et même le «joueur de flute du changement de régime» Bernard-Henry Levi. Il est évident que la progéniture de Rostam Jahangiri est préparée pour un futur leadership. Encore une fois, sans jamais risquer leur vie en rentrant en Iran. Ça c’est pour les enfants des autres.

Je voudrais ajouter que Bernard-Henry Levy n’est pas étranger à PDKI. Il rend assez souvent visite aux dirigeants du parti. Ici vous pouvez le voir avec Khalid Azizi.

Chako Rahimi

Chako Rahimi était un membre senior du PDKI et l'un des commandants militaires du PDKI, décédé en 2016. Avant sa mort, Chako s'est assuré de fournir à ses enfants un avenir radieux. Il a envoyé son fils Akam (Facebook) à Oxford pour étudier à la très renommée (et chère!) Université d'Oxford. A la fin de ses études, il a commencé son poste actuel de représentant PDKI au Royaume-Uni.

Jamal Abdullahzadeh

La fille de Jamal Abdullahzadeh, représentant principal du PDKI, profite actuellement de la vie aux États-Unis (Facebook), adoptant un style de vie que les autres membres du PDKI de son âge ne connaîtront jamais.

 

Injustice sociale

Maintenant, pour arriver au point central de mon article. Ne vous méprenez pas, je ne porte aucun blâme sur les jeunes représentés ici. Cela ne me dérange pas qu’ils reçoivent une bonne éducation ou profitent de la vie à l'étranger. Au lieu de cela, je suis soulagé qu'une partie du financement que le parti reçoit de gouvernements étrangers - destiné aux bombes, aux armes et au changement de régime - soit utilisée pour éduquer les jeunes. Ce qui me dérange, c'est le grand contraste, l'injustice sociale qui apparaît dans ce cas.

J'ai commencé mon enquête en regardant une vidéo de jeunes combattants du PDKI défilant dans les rues d'Oshnavieh / Shino, qui - selon Nasser - était une action destinée à promouvoir le recrutement. Et en effet, Shino est un endroit où PDKI recrute beaucoup de jeunes.

Les adolescents recrutés à Shino l'année dernière posent pour une histoire très différente. Ils quittent leur famille, leur éducation et leurs chances de mener une vie normale en société. La plupart d’entre eux ne termineront jamais l’école, n’auront jamais d’enfants, devront vivre dans les montagnes du Kurdistan iranien et dans des camps de fortune au Kurdistan irakien, et un certain nombre d’entre eux seront tués au combat.

Cela vaut pour un groupe de recrues mineures: Armin Mamalnejad, 17 ans, Fawziye Muhammadi Aqdam, 14 ans, les cousins ??Diyar et Diyako Hassanpour, 15 et 16 ans, Mobin Khalifani, 17 ans, Sonya Pourmohammadi, 15 ans, et plusieurs autres (rapporté par Human Rights Watch). Il en va de même pour beaucoup d’autres adolescents, qui ont laissé leurs chances d'accéder à l'enseignement supérieur pour de bon.

Hegwig Kuijpers
Autres textes de Hegwig Kuijpers sur le site du CSO

Derniers textes publiés :

Aux armes, l’ennemi est à nos portes
Manlio Dinucci
il manifesto

Les nouvelles armes financières de l’Occident
Manlio Dinucci
il manifesto

Ils défendent le climat pendant qu’ils préparent la fin du monde
Manlio Dinucci
il manifesto

Directive Guerini : Italie de plus en plus armée
Manlio Dinucci
il manifesto

Joe Biden apprenti-sorcier nucléaire
Manlio Dinucci
il manifesto

La loi qui donne au président USA licence de tuer
Manlio Dinucci
il manifesto

La guerre mondiale au terrorisme
Manlio Dinucci
il manifesto

Vent de tempête Atlantique en Mer Noire
Manlio Dinucci
il manifesto

Ashraf Ghani fait ses adieux à Biden
M K Bhadrakumar

Joseph Biden paladin des droits humains
Manlio Dinucci
il manifesto

Sommet Biden-Putin : la mousse est retombée
M K Bhadrakumar
INDIAN PUNCHLINE

L’empire américain d’Occident met ses troupes en rang pour la bataille
Manlio Dinucci
il manifesto