Comité de Surveillance OTAN

Opinions

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

La Chine est contrariée par la présence US en Afghanistan

M K Bhadrakumar
27 mars 2021
source : INDIAN PUNCHLINE
https://www.indianpunchline.com/china-resents-us-presence-in-afghanistan/

L '«agenda caché» de la guerre contre le terrorisme en Afghanistan est un secret de polichinelle. La première indication de son caractère géopolitique a été donnée lorsqu’ il est apparu que même après l'installation d'un régime pro-US à Kaboul en 2002-2003, le Pentagone n’avait aucune intention de quitter ses bases d'Asie centrale. Finalement, le soulèvement islamiste sanglant à Andijan, dans la vallée de Fergana, en mai 2005, a incité la Russie et la Chine à orchestrer un consensus de l'Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) visant l'expulsion des États-Unis de ces bases.

Néanmoins, lors des discussions publiques, la Russie et la Chine ont été réservées sur le sujet. Moscou a parfois rompu son silence ces dernières années pour exprimer son inquiétude face au transfert des combattants de l'État islamique d'Irak et de Syrie vers l'Afghanistan. La Russie a soulevé cette question devant le Conseil de sécurité de l'ONU. Mais la Chine a largement gardé le silence.

Aussi, le sujet diffusé sur le CGTN (China Global Television Network) en novembre 2020, intitulé "Le retrait US d'Afghanistan requiert  la fin de l'ingérence dans les affaires chinoises", est venu comme une surprise. Il concluait avec une grande prescience: « Les talibans espèrent voir Biden respecter l'accord [de Doha]… mais cela ne résout toujours pas la question des objectifs réels des États-Unis en Afghanistan. Et il est clair ... que pour que les États-Unis trouvent leur chemin pour sortir d’Afghanistan, ils doivent d’abord trouver leur chemin pour sortir des affaires chinoises, et nous espérons que Biden s’engagera également à le faire. »

Alors que Biden prépare un atterrissage en douceur pour sa décision controversée de maintenir les forces US en Afghanistan même au-delà de la date limite du 1er mai stipulée dans le pacte de Doha, Pékin a des raisons de s'inquiéter. Dans des remarques jeudi, Biden n'a pas exclu la possibilité que les troupes US restent en Afghanistan jusqu'à la fin de l'année. Biden a déclaré: « Je n’ai pas l’intention de rester là-bas pendant longtemps. Nous partirons. La question est de savoir quand nous partirons. »  Lorsqu'on lui a demandé spécifiquement si les troupes US seraient toujours en Afghanistan l'année prochaine, il a esquivé : « Je ne peux pas imaginer que ce soit le cas. »  Biden aurait pu être catégorique, mais il a préféré être métaphorique.

Pendant ce temps, il y a une profusion de rapports selon lesquels un puissant courant à Washington, y compris parmi les législateurs, s'oppose à la fin de la «guerre éternelle» en Afghanistan. Divers arguments fallacieux sont avancés - que les États-Unis devraient vaincre définitivement les éléments terroristes et assurer d’abord la sécurité et la stabilité de l’Afghanistan; consolider les «acquis» de la guerre tels que les droits des femmes; veiller à ce qu’aucun groupe terroriste n’opère plus jamais hors d’Afghanistan; empêcher l’émergence d'une guerre civile, etc. Certains des alliés de l'OTAN semblent sensibles à ces arguments fallacieux.

Il est certain que la Chine perçoit la tentative de diversion, étant donné le contexte de la campagne US sur le Xinjiang qui a été en crescendo ces derniers temps. Vendredi, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères chinois, Hua Chunying, a commencé sa conférence de presse habituelle en présentant une vidéo intitulée "Génocide au Xinjiang ?", qui comprenait des extraits de certaines remarques du colonel à la retraite Lawrence Wilkerson, ancien chef d'état-major de l’ex secrétaire d'État Colin Powell, au Ron Paul Institute à Washington en août 2018, qui parlait du « triple objectif de la présence US en Afghanistan, dont l'un est de contenir la Chine. » [éclairante vidéo à voir sur http://www.ronpaulinstitute.org/archives/featured-articles/2018/august/22/what-is-the-empires-strategy-col-lawrence-wilkerson-speech-at-rpi-media-war-conference/]

Dans l’estimation de Wilkerson, l’une des principales raisons de la présence US en Afghanistan est que «la CIA voudrait déstabiliser la Chine… (et) la meilleure façon de le faire serait de fomenter des troubles au Xinjiang». Hua a demandé: « Est-ce que cela ne ressemble pas à du-déjà vu? » Elle a cité l'Irak, la Syrie et Hong Kong et a souligné que « la soi-disant question ouïghoure au Xinjiang n'est qu'une conspiration stratégique qui vise à provoquer des troubles en Chine de l'intérieur et à contenir la Chine ».

Les médias d’État chinois ont largement diffusé les propos de Hua. En effet, le Xinjiang est un centre logistique majeur pour l’ambitieuse "Belt and Road Initiative" (BRI) de la Chine et la porte d’entrée vers l’Asie centrale et occidentale, ainsi que vers les marchés européens. Les États-Unis sont profondément hostiles à la BRI et il est évident que la campagne de Washington sur le Xinjiang fait partie du "Pivot vers l'Asie" du Pentagone, au même titre que les menaces navales dans la mer de Chine méridionale et le soutien aux mouvements séparatistes à Hong Kong, à Taiwan et au Tibet.

La CIA a une longue histoire d’armement des groupes islamistes. Il cherche depuis longtemps à recruter et à former des mercenaires ouïghours et des Tchétchènes de la région du Caucase russe, prévoyant de les utiliser comme une future force terroriste en Chine, en Asie centrale et en Russie. Les deux groupes ont été intégrés à l’opération de changement de régime des États-Unis en Syrie, et ces fanatiques aguerris ont formé l’épine dorsale de l’État islamique et d’Al-Qaida.

Une grande partie de tout cela s’est déroulée sous la surveillance du président Barack Obama. Le vice-président Biden, sans aucun doute, avait une connaissance de première main du projet à long terme des États-Unis pour déstabiliser la Chine et la Russie - et pourquoi l’Afghanistan reste une plaque tournante irremplaçable dans la stratégie régionale du Pentagone.

Il reste à voir dans quelle mesure le durcissement de la position de la Chine vis-à-vis de la perspective d’une présence militaire US à long terme le long de la frontière du Xinjiang aura un impact sur le processus de paix afghan.  Il est certain que les préoccupations de sécurité de Pékin se répercuteront fortement sur  la position du Pakistan vis-à-vis du processus de paix afghan. En d'autres termes, un nouveau modèle  apparaît dans le processus complexe de paix afghan, ce qui pourrait bien avoir des conséquences.

L'Iran est également profondément conscient des dangers d'une présence militaire US à long terme en Afghanistan. L'attaque au missile à guidage laser contre un hélicoptère militaire afghan qui a tué plusieurs militaires à Wardak la semaine dernière, apparemment par une milice pro-iranienne, peut être considérée comme un avertissement opportun à l'armée US. De toute évidence, le refus de l’administration Biden de s’engager fermement sur le retrait des troupes d’Afghanistan ne peut que compliquer les choses. Les Taliban se sont opposés à la décision de Biden de reporter le retrait des troupes. L’excuse boiteuse de Biden selon laquelle les difficultés logistiques entravent le retrait des troupes ne joue pas en faveur de sa crédibilité.

Néanmoins, Biden semble convaincu qu'aucun des principaux États de la région - Chine, Russie, Pakistan, Iran - ne veut franchir le Rubicon et affronter les États-Unis. Biden peut se permettre d'être satisfait tant qu'aucun sac mortuaire ne revient des champs de bataille afghans. Ceci dit, il y a un large consensus parmi les principaux pays de la région, dont le Pakistan, la Chine, la Russie et l’Iran, sur le processus de paix afghan. Ils veulent tous un règlement politique de la guerre en Afghanistan, et reconnaissent également les talibans en tant qu’entité politique.

En effet, Moscou a timidement réagi au plan d'ajournement de Biden, laissant les choses aux mains de Washington et des Taliban. La Russie compte sur le Pakistan pour faire ce qu'il faut, et approfondit sa coopération avec les «efforts très actifs et constructifs » de ce dernier. Et la Chine a bien sûr une solide alliance avec le Pakistan.

Washington met tout en œuvre pour parvenir à un accord exclusivement avec le Pakistan et les Taliban, dévolu à la création d'un gouvernement intérimaire à Kaboul.

Deux hauts commandants britanniques sont venus à Rawalpindi en l'espace de quinze jours ce mois-ci pour discuter de l'Afghanistan avec le général pakistanais COAS Qamar Javed Bajwa, dont le chef du général de commandement stratégique Sir Patrick Sanders, qui gère les opérations secrètes et ouvertes de la Grande-Bretagne à l'étranger.

Londres est  traditionnellement l'avant-garde des opérations militaires et de renseignement US sur les territoires de l'ancien Empire britannique. Biden a reçu  un appel vendredi du Premier ministre britannique Boris Johnson, dans lequel ils ont, entre autres, «convenu de travailler en étroite collaboration sur des priorités de politique étrangère communes, y compris la Chine et l'Iran».

M K Bhadrakumar
Autres textes de M K Bhadrakumar sur le site du CSO

Derniers textes publiés :

Aux armes, l’ennemi est à nos portes
Manlio Dinucci
il manifesto

Les nouvelles armes financières de l’Occident
Manlio Dinucci
il manifesto

Ils défendent le climat pendant qu’ils préparent la fin du monde
Manlio Dinucci
il manifesto

Directive Guerini : Italie de plus en plus armée
Manlio Dinucci
il manifesto

Joe Biden apprenti-sorcier nucléaire
Manlio Dinucci
il manifesto

La loi qui donne au président USA licence de tuer
Manlio Dinucci
il manifesto

La guerre mondiale au terrorisme
Manlio Dinucci
il manifesto

Vent de tempête Atlantique en Mer Noire
Manlio Dinucci
il manifesto

Ashraf Ghani fait ses adieux à Biden
M K Bhadrakumar

Joseph Biden paladin des droits humains
Manlio Dinucci
il manifesto

Sommet Biden-Putin : la mousse est retombée
M K Bhadrakumar
INDIAN PUNCHLINE

L’empire américain d’Occident met ses troupes en rang pour la bataille
Manlio Dinucci
il manifesto