Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 12
novembre 2003

Éditorial

La défense de l'Atlantique Nord passe-t-elle par l'occupation du reste du monde ?
Roland Marounek

Où en est-on en 2003 avec le problème des armes nucléaires déployées sur le territoire belge ?
Pierre Piérart

Ne pas oublier Hiroshima
Pierre Piérart

Bomspotting du 25 octobre : et après ?
Claudine Pôlet

Le projet de constitution bétonne le rôle prédominant de l’OTAN en Europe
Claudine Pôlet

Guérilleros et terroristes…
Roland Marounek

Transformation de l'OTAN : un "processus qui ne finit jamais" ?
Roland Marounek


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017
n°65 : juillet 2017
n°66 : octobre 2017

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Transformation de l'OTAN : un "processus qui ne finit jamais" ?

Les modifications auxquelles nous assistons actuellement en application du Sommet de Prague 2002 comprennent également une refonte des structures de commandement à la tête de l’Organisation. Le but officiel est "d'avoir une structure plus légère, plus souple, plus efficace et mieux adaptée à la conduite de toute la gamme des missions de l'Alliance", précise la pub de l'OTAN,  mais il n’est pas facile de percevoir toutes les implications à long terme des changements opérés.

Ainsi, les responsabilités du "Commandant Allié Suprême en Europe" ou SACEUR, actuellement le général  James, ont été étendues pour inclure les domaines anciennement de la compétence du "Commandant Allié Suprême Atlantique" (SACLANT), un poste qui a désormais disparu. A la place, a été créé un nouveau titre, le "Commandement Allié Transformation". L'amiral Edmund P. Giambastiani qui en est à la tête, est également le "Commandant des forces conjointes américaines" (Joint Forces Command US) - confirmant si besoin en était encore, la mainmise absolue du gouvernement des Etats-Unis sur les plus hautes instances dirigeantes de l'OTAN.

"Le Commandement Allié Transformation façonnera l'avenir des opérations interarmées et multinationales. Il identifiera les nouveaux concepts, et les mènera à maturité. Il traduira ensuite ces concepts de transformation en réalité", selon Lord Robertson, secrétaire général de l'Organisation.

L'amiral Giambastiani quant à lui confie la vision idyllique que lui inspire sa nouvelle  fonction : "Il n'y a ni début ni fin dans 'transformation'. C'est un processus continu, à long terme. Si vous le faites convenablement, cela ne finit jamais". Ces propos font  un sinistre écho aux promesses de George W Bush "pour une guerre perpétuelle contre le terrorisme".

Une mutation qui a commencé à la chute du mur

Tous ces changements ne sont peut-être pas aussi récents et inattendus qu'ils en ont l'air. Selon les propos du chef du nouveau "Commandement Allié Transformation", "nous avons commencé à faire ça dès la chute du mur de Berlin, mais nous l'avons fait de manière beaucoup plus discrète, car nous avions un long chemin à accomplir".

Sans doute, ne fallait-il pas effaroucher les populations qui s'imaginaient bêtement être entrées dans une ère de paix, et se demandaient seulement ce que l'OTAN attendait pour imiter le défunt Pacte de Varsovie, lequel était jusque là son unique raison d'être officielle…

Roland Marounek
Autres textes de Roland Marounek sur le site du CSO