Comité de Surveillance OTAN

Belgique

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer

Rue sans soldats : montrez votre désaccord face à la présence de militaires dans les rues

Campagne de la CNAPD
1 juillet 2015

La CNAPD, la Ligue des droits de l'Homme, de Liga voor Mensenrechten et Vrede vzw, conseillés et soutenus par le Progress Lawyers Network, lancent une procédure de plainte contre la présence des militaires dans les rues et appellent les associations de la société civile à soutenir leur action.

Le 9 mars dernier, malgré la décision de l'OCAM (organe de coordination pour l'analyse de la menace) de ramener le niveau de menace terroriste de 3 (grave) à 2 (moyen), le gouvernement a décidé de maintenir les soldats dans les rues . Cette décision, on le voit aujourd'hui, a entraîné une normalisation de leur présence (qui se vérifie depuis dans la plupart des déclarations des Ministres de l'Intérieur et de la Défense).

Cette présence, pourtant, est inquiétante et critiquable à différents points de vue  :

  • elle instaure un climat de peur permanent, une atmosphère sociale délétère et elle accroît le sentiment subjectif d'insécurité.
  • les militaires ne sont pas habilités à garantir l'ordre public. Ce n'est d'ailleurs pas leur objectif.
  • Cette normalisation de la présence de l'armée dans les rues fait légitimement craindre qu'il soit fait appel à l'armée durant des moments de tension sociale ou politique, pour contrer les mouvements sociaux.

En plus, cette mesure est illégale . Le déploiement de l'armée est en effet un recours ultime en démocratie. L'article 43 de la loi de 1998 organisant un service de police intégré présente dès lors une double condition pour déployer les militaires dans les rues : 1. une menace imminente et 2. la police locale et/ou fédérale n'a pas les moyens suffisants pour répondre au niveau de menace.

Or, d'une part la menace imminente correspond au niveau de menace 4, et pas au niveau de menace 3. D'autre part, la question de savoir si les moyens des polices locale et fédérale sont insuffisants n'a pas été posée.

L'armée n'est pas à sa place dans les rues de nos villes. Ce n'est tout simplement pas le rôle qui lui est assigné en démocratie. La CNAPD, la Ligue des droits de l'homme, de Liga voor Mensenrechten et Vrede vzw ont donc officiellement lancé une procédure de plainte le 5 mai.

Campagne de la CNAPD

Derniers textes publiés :

Belgique : Une nouvelle hausse des dépenses militaires se prépare

Les Américains ont débarqué à Anvers pour renforcer l’Otan
Claudine Pôlet

La campagne « Pas d'Avions de chasse » continue en 2017
Patricia Villalon

La base de Zuttendael : discrète occupation militaire américaine ?
Stéphanie Demblon
Drapeau Rouge

Continuer la lutte contre l'achat des 34 avions de combat
Naima Reguera, Présidente Cnapd

« Nous avons été victimes d'une guerre que nous n'avons pas choisie » : Paroles d'un rescapé du Métro Maelbeek
Patricia Granado

Message de solidarité du Mouvement de la Paix français

A quoi aura donc servi notre investissement dans l’armement ?
Roland Marounek

Le prix à payer pour rester "un allié fiable au sein de l'Otan"

CAMPAGNE DE LA PLATE-FORME CONTRE LE RENOUVELLEMENT DES AVIONS DE CHASSE
Guillaume Defossé, CNAPD

Le déploiement militaire dans les rues est illégal
Un point de vue de la CGSP Secteur Défense

Les Hibakushas témoignent à Bruxelles
Thibault Zaleski