Comité de Surveillance OTAN

Chine

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer

Comment les sous-marins nucléaires pourraient torpiller le front anti-Chine

M K Bhadrakumar
23 septembre 2021
source : INDIAN PUNCHLINE
https://www.indianpunchline.com/ruckus-over-aukus-isnt-an-edifying-sight/

La France et l’Allemagne ne peuvent ignorer que s’agissant de l’Indo-Pacifique, Washington est prêt à dépenser plus de capital politique et à investir davantage dans ses liens de sécurité et de défense avec le Royaume-Uni et l’Australie avant de se tourner vers les puissances européennes.

Déjà pour l’Afghanistan, le président Biden n’avait même pas consulté les alliés européens en annonçant en avril le retrait des troupes. À présent, l’annonce de l’AUKUS ne peut que renforcer le point de vue français selon lequel l’UE a besoin de la capacité de défendre ses intérêts dans la région indopacifique.

De même, l’AUKUS souligne que la position des États-Unis envers l’Australie au sein du QUAD est très différente de celle qu’ils adoptent envers le Japon et l’Inde.

D’ailleurs, le haut fonctionnaire de Washington qui a briefé les médias sur l’accord avec l’Australie le 15 septembre était très clair lorsqu’on lui a demandé s’il était possible que les États-Unis étendent cette coopération à d’autres pays. Il a répondu : « Je tiens à le souligner : nous considérons qu’il s’agit d’un engagement très rare entre l’Australie, la Grande-Bretagne et les États-Unis. Nous ne l’avons fait qu’une seule fois auparavant… C’était il y a presque 70 ans avec la Grande-Bretagne… Cette technologie est extrêmement sensible.  C’est, franchement, une exception dans notre politique à bien des égards.  Je ne pense pas que cela sera entrepris dans d’autres circonstances à l’avenir.  Nous considérons cela comme un cas unique. »

(...)

L’AUKUS sera certainement étudié avec attention à Tokyo et à Delhi, et il influencera leurs choix stratégiques. Beaucoup de choses restent encore dans l’ombre au sujet de ce « partenariat de sécurité trilatéral renforcé » entre trois « démocraties maritimes ». Y aura-t-il un traité directeur ? 

Il ne fait aucun doute que les États-Unis chercheront à construire une base plus solide et plus large pour leur stratégie indopacifique, l’AUKUS et le QUAD se complétant mutuellement. Toutefois, dans le cadre du QUAD, l’Australie se distingue désormais comme étant « plus égale » que le Japon et l’Inde au regard de la bonne volonté US de partager des technologies super sensibles.  Le Japon et l’Inde vont devoir digérer ce "coup psychologique".

Le ministre des Affaires étrangères, S. Jaishankar, a téléphoné à son homologue français. Jaishankar a ensuite tweeté : « J’ai discuté des récents développements dans la région indopacifique et en Afghanistan avec mon ami le ministre des Affaires étrangères @JY_LeDrian, et j’attends avec impatience notre rencontre à New York. »

(…)

Toutefois, la capacité de l’Australie à exploiter ces moyens de défense extrêmement coûteux et puissants sera toujours soumise au veto des États-Unis. Cela signifie que l’ensemble du programme conduira inévitablement à une intégration opérationnelle plus poussée avec les États-Unis. Il ne fait aucun doute que l’Australie cède une grande partie de sa souveraineté au passage.

Autrement dit, l’AUKUS est un coup de poker australien sur les politiques US. Que se passera-t-il si, dans trois ans, quelqu’un comme Donald Trump entre à la Maison-Blanche ? C’est une chose.

Mais plus important encore, comme l’a noté le professeur Hugh White, auteur australien chevronné et spécialiste de la Chine, l’AUKUS est « plein de risques », car il « change la façon dont l’Australie aborde la région. »

Il a déclaré : « Dans l’escalade de la rivalité entre les États-Unis et la Chine, nous nous rangeons du côté des États-Unis et nous parions qu’ils vont gagner. Mais le fait est que si nous nous projetons 10 ou 20 ans en avant, je ne pense pas que nous puissions supposer que les États-Unis vont réussir à repousser efficacement la Chine. »

 

Source originale: Indian Punchline (sous le titre Ruckus over AUKUS isn’t an edifying sight)

Traduit de l’anglais par Investig’Action

https://www.investigaction.net/fr/comment-les-sous-marins-nucleaires-pourraient-torpiller-le-front-anti-chine/

M K Bhadrakumar
Autres textes de M K Bhadrakumar sur le site du CSO

Derniers textes publiés :

L'hystérie de guerre US sur l'Ukraine ne prendra pas
M K Bhadrakumar
INDIAN PUNCHLINE

Les cinq cercles brisés
Manlio Dinucci
il manifesto

Les États-Unis jouent la carte tibétaine alors que l’Inde cherche un modus vivendi avec la Chine
M K Bhadrakumar
INDIAN PUNCHLINE

Une alliance militaire sino-russe est superflue (pour le moment)
M K Bhadrakumar
INDIAN PUNCHLINE

Sommet Biden-Putin : la mousse est retombée
M K Bhadrakumar
INDIAN PUNCHLINE

L’Océan Indien n’est pas l’Océan de l’Inde
M K Bhadrakumar
INDIAN PUNCHLINE

La Chine est contrariée par la présence US en Afghanistan
M K Bhadrakumar
INDIAN PUNCHLINE

L'exceptionnalisme américain fait de nouveaux bonds. Parviendra-il à voler?
M K Bhadrakumar
INDIAN PUNCHLINE

L’entente entre la Russie et la Chine s’approfondit dans l’ombre de la pandémie
M K Bhadrakumar

Métamorphose tranquille : 'The Rest of the World' passe du mode 'Rest', au mode 'World'
INDIAN PUNCHLINE

Course à la guerre par procuration contre la Syrie
M. K. Bhadrakumar
Asian Times

On voit les États-Unis partout...
Stephen Gowans