Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 64
avril 2017

Appel à la mobilisation contre le Sommet de l'Otan 2017

L’Otan non « obsolète » se prépare avec Mattis à d’autres guerres
Manlio Dinucci

Faire du Nord de l'Europe une zone de paix

Montenegro : La lutte continue contre l'adhésion à l'Otan
Milko Pejovic

L'Otan aux portes de l'Amérique Latine
Luis Britto García


Version pdf


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017
n°65 : juillet 2017
n°66 : octobre 2017

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

L'Otan aux portes de l'Amérique Latine

L’ordre du jour de la droite ibéro américaine est fixé à partir de l’Espagne par la Fondation pour l’analyse et les études sociales (FAES) parrainée par Felipe González, et dédiée à « incorporer l’Amérique latine à l’Occident ». Avec «l’objectif commun de mettre en déroute par des moyens démocratiques le projet du socialisme du XXIème siècle », elle a proposé en 2007 un « Agenda pour la liberté », qui a entre autres objectifs la création d’une Internationale des droites, l’éradication de l’enseignement universitaire gratuit et l’interdiction des expropriations. Pour cela « l’Amérique latine doit coopérer en matière de sécurité et de lutte contre le terrorisme international avec l’Europe et l’Amérique du Nord, en créant un partenariat stratégique entre l’OTAN et la Colombie ». Le document est signé par Julio Borges [président actuel du parlement vénézuélien, impliqué dans la tentative de putsch contre Hugo Chavez en 2002, NdT] et Leopoldo Lopez [agitateur de droite vénézuélien, actuellement incarcéré pour divers crimes, NdT].

En 2016, le président Santos avoue qu’il prépare un partenariat stratégique entre son pays et l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord. Ce n’est pas la première fois que la République sœur [du Venezuela, NdT] subordonne ses armées à des intérêts impériaux. En 1901, elle a fourni 6.000 soldats pour permettre à Carlos Rangel Garbiras d’envahir le Venezuela  et empêcher la restauration de La Grande Colombie. A partir de 1951, elle a envoyé trois frégates et 4.750 soldats de mourir dans la guerre de Corée. Des milliers de mercenaires colombiens servent dans l’armée des Émirats Arabes Unis, à Dubaï, en Afghanistan et au Yémen …

L’association criminelle connue sous le nom d’OTAN comprend 28 États membres, 22 pays qui l’appuient dans le « Partenariat pour la paix » et 15 pays associés; elle débourse  75% des dépenses mondiales d’armement et elle a étendu ses opérations. Tant que l’Union soviétique existait, l’OTAN se bornait à faire des manœuvres militaires tapageuses, à vivre sur le dos des pays qu’elle occupait et à prétendre qu’elle défendait le monde contre les Soviétiques. Ces derniers une fois disparus, au lieu de se dissoudre, l’OTAN a profité de l’absence d’une puissance garantissant l’équilibre mondial pour déclencher une série de génocides contre la Serbie, l’Afghanistan, l’Irak, la Somalie, la Libye, le Yémen et la Syrie.

L’OTAN et les USA ont un total de 785 bases militaires dans le monde. En Argentine l’OTAN a des bases opérationnelles aux Malouines, aux Shetland du Sud et aux îles Sandwich; dans notre Atlantique Sud, à Tristan da Cunha, Sainte-Hélène et Ascension. Les USA sont membre de l’OTAN: ils disposent aussi de sept bases en Colombie et d’une bonne cinquantaine d’autres, incrustées dans notre Amérique. Le corridor stratégique du Plan Puebla-Panama prévu par son budget de défense  part des USA et pénètre en Amérique du Sud en s’appuyant sur une armée colombienne d’un demi-million d’hommes. Après la signature des Accords de paix avec les FARC-EP, cette milice surdimensionnée n’a pas de fonction, à moins de supposer que ce serait celle de débarrasser son territoire des bases étrangères qui l’occupent. Elle a passé plus d’un demi-siècle passé à combattre ses compatriotes : que l’on sache, elle n’a pas consacré une seule  journée pour lutter contre l’Empire qui a arraché le Panama à la Colombie.

Le but d’un dispositif si  coûteux est d’écraser par la force la souveraineté et les mouvements progressistes de nos pays pour s’emparer des richesses et de la main-d’œuvre de la région. Ce n’est pas rien d’avoir pour voisine l’alliance militaire la plus redoutable au monde, et de posséder des ressources propres dont  dépend justement le sort de celle-ci. Surtout que la dernière stratégie en date de l’Empire consiste à sous-traiter  ses guerres à des alliés, des mercenaires, des sicaires, des  paramilitaires ou des fantoches. Cette situation exige la réponse la plus forte de l’Alba, de l’UNASUR, de la  CELAC et du Mercosur. C’est qu’en dernière analyse cet encerclement vise aussi à anéantir le Brésil, un membre des BRICS et principal concurrent potentiel des USA dans l’hémisphère. La lutte pour notre indépendance n’a pas pris fin à Ayacucho. Une guerre dont on est averti ne peut pas tuer la souveraineté. 

Original: http://luisbrittogarcia.blogspot.com/2017/01/otan-la-puerta.html
Traduit par  Fausto Giudice

Luis Britto García