Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 63
janvier 2017

Éditorial

« Help Syria » ou le retour à la guerre humanitaire
Claudine Pôlet

Alep, Mossoul, Tel-Aviv et le rôle de la propagande de guerre
Vladimir Caller

La campagne « Pas d'Avions de chasse » continue en 2017
Patricia Villalon

L'OTAN est-elle affaiblie par le Brexit ou la présidence de Trump ?
Nicolas Bárdos-Féltoronyi

Italie : Campagne contre l'installation des nouveaux avions de chasse F35 et bombes atomiques B61-12
Comité NO GUERRA NO NATO

Non à la ratification de l'adhésion du Monténégro à l'Otan!

Le Vénézuéla rejette tout accord militaire entre la Colombie et l'Otan
Communiqué de la République Bolivarienne du Vénézuéla

Alerte sur les projets d'agression militaire des Etats-Unis contre la révolution bolivarienne
Claudine Pôlet


Version pdf


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017
n°65 : juillet 2017

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

L'OTAN est-elle affaiblie par le Brexit ou la présidence de Trump ?

Si l’OTAN n’est pas entièrement égale aux Etats-Unis d’Amérique (EUA), alors tant le Brexit que la future présidence américaine de Donald Trump affaiblissent l’Alliance atlantique. Voyons les deux cas, l’un après l’autre. Commençons par le Brexit.

Rappelons d’abord quelques dates clefs. De 1962 à 1973, le Royaume Uni (RU) pose deux fois sa  candidature à l’adhésion à ce qui devient plus tard l’Union européenne (UE) mais deux fois elle est refusée, puis une troisième tentative réussit après un referendum. A partir de 1979, avec le gouvernement de Thatcher et ses successeurs démarrent des revendications britanniques au détriment de l’intégration européenne. En 2007/8, la crise économique et bancaire éclate notamment par le biais de la Cité londonienne. Entre 2012 et 2016 est annoncé et réalisé le référendum qui ferait sortir le RU de l’UE dans les années à venir.

On a beaucoup polémiqué sur ce référendum un peu bizarre du point de vue de la politique intérieure. Constatons que parmi les causes on cite le rejet de l’élite politique et socio-économique arrogante (comme aux EUA), les sentiments et attitudes non européens et proaméricains de la majorité, des salaires réels en baisse depuis des décennies, des inégalités croissantes, etc. Les questions d’avenir se posent également quant au maintien du RU dans sa structure actuelle, au déclin socio-économique et à la pauvreté croissante, à la perte du privilège (« passeport bancaire européen ») de la Cité, etc. Par rapport à notre propos retenons que le résultat fut imprévu et qu’il n’y a pas eu de plan B disponible. Le nouveau gouvernement est dès lors considéré comme fragile et il cherche encore sa voie.

Quoi qu’il en soit, le RU y perdra en fonction des négociations avec l’UE mais il n’est guère possible d’en évaluer l’importance. L’UE y perd un pays si elle le considère comme faisant nécessairement partie de l’Europe. L’UE y est gagnante car elle échappe à l’emprise de « Five Eyes » anglo-américains et à « l’espionnage britannique » systématique en faveur de Washington dans les affaires qui relèvent de l’UE. Le Brexit pourrait favoriser des avancées politique, socio-économique, culturelle de l’intégration européenne. 

Les pays à dominante proatlantiste tels que la Belgique ou la France ou encore les pays d’Europe centrale et orientale perdent un allié proaméricain et un allié européen néolibéral. Certes, l’euro pourrait se renforcer à moyen terme et la gestion de l’immigration rendue plus aisée. Les cinq ou six pays neutres de l’UE garderaient plus facilement leur position et gagneraient en influence.

Sur le plan mondial et sans l’appui de l’UE, le RU n’est même plus une puissance régionale. Dès à présent, les ministres des affaires étrangères des pays membre de l’union se voient, sans les Britanniques, régulièrement mais « informellement ». Cependant, le RU garde une position stratégique à l’instar du Japon dans le contrôle physique de Washington à l’est et à l’ouest de l’Eurasie (bases militaires, proximité géographique, accès facile, etc.). Les « relations spéciales » avec les EUA s’affaiblissent cependant car l’utilité du RU se réduit par le fait du Brexit et du fait que, pour les EUA, le RU fut toujours la porte d’entrée à l’UE !

On peut considérer que l’OTAN en tant que telle s’affaiblira avec la sortie du RU de l’UE. 

Cet affaiblissement fait suite aux divergences croissantes parmi les pays membres de l’UE depuis les invasions américaines de ces dernières décennies. La propagande américaine russophobe et les gesticulations diplomatico-militaires de l’OTAN ne servent principalement qu'à dissimuler ces divergences. Il demeure que, diplomatiquement et militairement, Washington sans l’OTAN reste très actif au centre de l’Europe comme par exemple, en Ukraine, en Géorgie ou au Bélarus.

Passons à présent au deuxième sujet de notre investigation. Aux élections présidentielles, le candidat Trump a qualifié l’OTAN d’« obsolète » et « dépassée ». Selon lui, l’Amérique n’a plus les moyens de protéger les pays en Europe, sans une compensation financière adéquate. Il a suggéré un retrait des forces américaines des pays européens concernés si ceux-ci refusaient de payer leur juste part, en augmentant leur contribution financière. Enfin, il veut réorienter les missions de l’organisation sur la lutte contre le terrorisme plutôt que la dissuasion contre la Russie. C’est comme si Washington se réservait la tâche d’encercler la Russie pour mieux contrôler le processus comme il l'a en Ukraine en 2014.

Quelques remarques s’imposent. Il est vrai que l’OTAN a perdu sa légitimité depuis la dissolution de l’Union soviétique en 1991. Par ailleurs, Trump parle de « protéger les pays d’Europe », alors que d’aucuns suggèreraient plutôt le fait de contrôler les pays de l’Europe en tant qu’une zone d’influence des EUA. De plus, comme on le sait, les EUA ne se sont jamais engagés pour défendre automatiquement l’Europe. Selon l’expression du fameux article 5, ils assisteront « la partie ou les parties attaquées en prenant aussitôt, individuellement et d'accord avec les autres parties, telle action qu'elle jugera nécessaire » (c’est moi qui souligne). 

Du reste, si l’on croit aux enquêtes d’opinion, la majorité de la population des pays membres européen ne serait guère choquée si elle devait assister au retrait des forces américaines de leurs territoires. Enfin, certains pays membres de l’OTAN férus de l’interventionnisme militaire tels que la France ou la Belgique sont déjà impliqués dans « la guerre au terrorisme » illégale. Nonobstant, il est peu probable que l’organisation en tant que telle change de missions.

A l’instar des présidences de Reagan et de Bush II, celle de Trump fera diminuer le nombre d’Européens d’opinion proaméricaine devant les messages et les actes discutables de Trump et dès lors sera susceptible d’accroître l’autonomie de l’UE. Si ceci se vérifiait, on pourrait le tester dans trois domaines au moins : le maintien ou la remise des sanctions contre la Russie qui punissent avant tout les Européens ; la mise en place progressive d’une « armée européenne », sous une forme ou autre, peut-être même facilitée par le Brexit ; l’abandon tacite des négociations sur la création transatlantique d’une zone de « libre échange ». 

Il est remarquable qu’au lendemain même des élections en question, le président de la Commission de l’UE, Juncker, insiste sur la mise en place de mécanismes communs de défense dans l'UE, après les propos de même contenu récemment tenus par la ministre allemande de la Défense. Le 23 novembre 2016, les députés du Parlement votent enfin la résolution sur les efforts de coopération à accomplir en matière de sécurité et de défense, ouvrant la voie à une Union européenne de défense. Paris et Berlin iraient même plus loin en préconisant la création d’une "Coopération structurée permanente" réservée à la sécurité et à la défense de quelques pays membres de l’UE. Fin novembre 2016, le même Juncker énonce le principe: „pas de système de sécurité en Europe sans la Russie”.

En somme, malgré les apparences otanesques et les initiatives militaires de Washington, l’avènement de Trump à la présidence des EUA sera accompagné de la poursuite de l’ébranlement progressif de l’OTAN auquel le Brexit ne ferait que contribuer à sa façon

Nicolas Bárdos-Féltoronyi
Autres textes de Nicolas Bárdos-Féltoronyi sur le site du CSO