Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 4
f�vrier 2001

Éditorial

URANIUM : les victimes parlent

L'usage de l'uranium appauvri est un crime contre l'humanité
Pierre Piérart

L'uranium et les risques d'un débat appauvri
Vladimir Caller

Yougoslavie : normalisation ?
Georges Berghezan

L'enclave russe de Kaliningrad : nouvelle cible de l'OTAN ?
Claudine Pôlet

Bombes atomiques toujours présentes en Belgique
Pierre Piérart


Version pdf


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017
n°65 : juillet 2017
n°66 : octobre 2017

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Bombes atomiques toujours présentes en Belgique

L'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN), suite à des négociations secrètes en 1948 entre Bevin et Truman, a créé une alliance exclusivement défensive qui a été signée en avril 1949 à Washington. Elle stipule que, si l'un des signataires était attaqué, les cosignataires devaient, selon des modalités spécifiques, lutter contre l'agresseur.

Le 25 juin 1950, la Corée du Nord envahit la Corée du Sud où des rébellions sanglantes se sont manifestées contre le dictateur de droite. Suite à l'intervention des Nations Unies menée par les États Unis, la riposte chinoise faillit déclencher une guerre mondiale. En effet, plusieurs généraux dont MacArthur et son successeur Ridgway voulaient utiliser des dizaines de bombes atomiques principalement contre des villes chinoises et nord coréennes.

La guerre de Corée a relancé la course aux armements et le renforcement de l'OTAN qui déploya dès 1953 des quantités considérables d'armes nucléaires tactiques en Europe et qui se dota d'un commandement intégré permanent.

La mort de Staline en 1953 écarta l'éventualité d'une attaque soviétique préventive en Europe qui aurait mis un terme à l'installation de bases aériennes nucléaires visant Moscou et d'autres zones stratégiques de l'URSS.

De 1950 à 1955 la guerre froide atteignit des sommets dignes d'une schizophrénie collective. Le réarmement de l'Allemagne, autorisé par son intégration au traité de Bruxelles et à l'Otan, était devenu le cauchemar de l'Union Soviétique. La guerre froide allait connaître des hauts et des bas, mais de façon constante l'armement nucléaire tactique et stratégique continua à se développer de façon démentielle sur terre (missiles ), dans les airs (bombardiers) et les mers (sous- marins, bateaux de surface).
Aujourd'hui encore, 10 ans après la fin de la guerre froide, l'armement nucléaire demeure considérable malgré le Traité de Non Prolifération (TNP) signé et ratifié par la quasi-totalité des membres des Nations Unies (Exceptés Israël, Inde, Pakistan et Cuba), les accords START I et II et bien d'autres résolutions votées au sein d'instances internationales.

L'OTAN maintient en Europe 15 bases nucléaires munies d'abris souterrains pour environ 200 bombes B-61 équipées d'un dispositif de quatre niveaux de puissance explosive compris entre 0,3 et 170 kilotonnes de TNT (Trinitrotoluène). Kleine Brogel avec ses 11 abris souterrains doit probablement détenir une dizaine de bombes B-61, soit une puissance explosive de 170 kilotonnes correspondant à 10 Hiroshima!

Selon son nouveau concept stratégique devenu plus agressif et adopté au sommet de Washington en avril 1999, l'OTAN continue à imposer la dissuasion nucléaire sur le territoire de 7 pays membres de l'Alliance, au mépris le plus total du droit international et en particulier de l'avis de la Cour Internationale de Justice de La Haye prononcé en juillet 1996.
En outre les États Unis et la Belgique sont en infraction avec les articles 1 et 2 du TNP qui interdit à une puissance nucléaire de déployer des armes nucléaires sur le territoire d'un autre pays, nucléaire ou non, et pour ce dernier d'accepter un tel transfert.

La visite à Kleine Brogel poursuit plusieurs objectifs :

1) rappeler l'existence de la base nucléaire de l'OTAN en Belgique et confirmer la présence d'une dizaine de bombes B- 61 ainsi que de F-16 chargés de missions nucléaires que le Premier Ministre refuse de reconnaître!

2) dénoncer le non respect de l'article 2 du TNP par la Belgique : un pays non nucléaire ne peut pas accepter le déploiement d'armes nucléaires, en provenance d'une puissance nucléaire, sur son territoire.

3) dénoncer le non respect de l'article 1 du TNP par les États Unis: une puissance nucléaire ne peut pas déployer des armes nucléaires sur le territoire d'un autre pays.

4) exiger de la Belgique le respect de l'article 2 du TNP, c'est –à- dire le renvoi des bombes de Kleine Brogel aux États Unis.

5) La Belgique, siège de l'OTAN, doit réclamer de la part de l'Alliance le respect du TNP exigé également par l'avis de la Cour Internationale de Justice en juillet 1996.

6) Le gouvernement belge et plus particulièrement son premier Ministre doivent renoncer à leurs obligations vis-à-vis de l'Alliance atlantique si cette dernière persiste dans le non respect de l'article 1 du TNP.

Dans le cadre du réseau international ABOLITION 2000 qui comprend plus de 2000 associations dans le monde dont 70 en Belgique, l'Association des Étudiants pour la Prévention de la Guerre Nucléaire (AEPGN), Alerte OTAN, le MCP, l'Association des Femmes pour la Paix, la Lai, l'Association "R" et bien d'autres associations seront présentes à Kleine Brogel le 16 avril 2001. Nous espérons que le CNAPD et plusieurs partis politiques participeront à cette action dont nous attendons un impact médiatique.

Plusieurs participants franchiront les clôtures du site de Kleine Brogel pour vérifier la présence d'armes de destruction massive. Nous demandons aux magistrats belges de s'aligner sur le jugement prononcé par la Shérif Margaret Gimblet qui, le 22 septembre 1999, a acquitté les 3 activistes Ulla Roder, Ellen Moxley et Angie Zelter qui avaient occupé la péniche Maytime et neutralisé le matériel informatique contrôlant les fusées nucléaires Tridents. Dans son jugement Margaret Gimblet a invoqué l'avis de la Cour Internationale de Justice qui déclare que les armes nucléaires sont illégales. Elle incrimine donc le gouvernement britannique de recourir à la dissuasion nucléaire. En cas de jugement nous rappellerons les principes de Nuremberg qui engage les citoyens à s'insurger contre leurs gouvernements qui se comportent comme des criminels de guerre en puissance.

En conclusion les mouvements pacifistes se doivent de soutenir l'action menée depuis plusieurs années par "Forum voor Vredesaktie" et "Voor Moeder Aarde" dans le but de nous débarrasser des armes nucléaires déployées par l'OTAN.

Seule une participation massive nationale pourrait faire bouger le gouvernement qui n'ose pas faire pression sur l'OTAN et qui invoque indéfiniment ses obligations "légales" d'engagement vis-à-vis de l'Alliance.

Les candidats participant à la visite de Kleine Brogel pourraient déjà réfléchir à leur comportement le 16 avril 2001:
- Je participerai comme sympathisant,
- Je participerai activement, c'est-à-dire que je me propose de franchir les clôtures de la base,
- Je ne pourrai pas participer mais soutiens financièrement l'opération,
- Je ne pourrai pas participer mais diffuse l'invitation.

Un Comité Organisateur se propose de prévoir un service de cars pour le 16 avril 2001.

Pour tous renseignements, contacter :

Pierre Piérart,
74 avenue de Fléron, 1190 Bruxelles.
Tel. et Fax 02/3761093
ou 15, rue de la Halle, 7000 Mons au siège de l'AEPGN,
Tel 065/373733 –Fax 065/373732
ou encore :  pierre.pierart@umh.ac.be

Pierre Piérart
Autres textes de Pierre Piérart sur le site du CSO