Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 21
mars 2006

Éditorial

Bouc émissaire sacrifié à La Haye
Georges Berghezan

Le silence final de Milosevic
Vladimir Caller

Le TPIY sauvé par la mort de Milosevic
Roland Marounek

La Belgique récuse l’application du Traité de Non Prolifération
P. Piérart et H. Firket

Une nouvelle OTAN pour un nouvel ordre mondial ?
Hans Lammerant et Fabien Rondal


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017
n°65 : juillet 2017

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

La Belgique récuse l’application du Traité de Non Prolifération

L’Assemblée Générale des Nations Unies vote chaque automne, une longue série de résolutions vertueuses destinées à promouvoir des politiques de coordination internationale sur des sujets divers, allant de la paix dans le monde à l’aide à l’éducation des filles dans les pays africains les moins développés. Ces textes sont délibérément rédigés dans un style caractéristique et rébarbatif, tant dans l’exposé des motifs (l’Assemblée, prenant acte que…, consciente que…, soucieuse de…, etc.) que dans la partie plus prescriptive (prie les pays qui…, souhaite que…, en appelle à…, insiste pour…, etc.).

Chaque année, plus d’une centaine de ces résolutions sont soumises à l’Assemblée et votées en fin de session. Elles ne soulèvent aucun intérêt des médias, sauf quand elles sont – rarement - suivies d’effets majeurs. Plusieurs sont de simples variantes répétitives de celles présentées les années précédentes. Jusqu’à un certain point, c’est un exercice futile car les gouvernements, quels qu’ils soient, n’en font jamais qu’à leur tête. Les votes négatifs et les abstentions constituent cependant un baromètre utile qui indique le degré de consensus sur des problèmes sensibles.

Cette année, une douzaine de ces résolutions se référaient aux problèmes de désarmement, nucléaire ou général. Les Etats-Unis ont voté négativement sur la totalité de celles-ci, même les plus anodines. Dans au moins un cas, ils ont été quasi seuls de leurs avis. Ils refusent tout simplement que l’ONU se penche sur les problèmes de paix et de guerre. Mais alors, à quoi servirait-elle ? Un bon nombre de leurs « alliés » (on devrait plutôt dire de leurs « vassaux ») n’osent guère s’opposer trop ouvertement à eux, et votent avec eux ou se réfugient dans une abstention sans gloire.

Nous ne citerons pas toutes ces résolutions et nous centrerons surtout sur l’attitude de la Belgique. Nous sommes - paraît-il - en démocratie et les citoyens ont le droit de savoir ce que ses dirigeants disent en leur nom, et pourquoi ils le font. Que nous n’ayons pas signé quelques résolutions générales, courtes ou imprécises, sur le désarmement conventionnel, et pour lesquelles le nombre d’abstentions était d’ailleurs élevé, ne nous gène pas. Sur certains points, nous n’avons pas hésité à voter autrement que les États Unis, votant oui ou nous abstenant.

Sur deux résolutions, cependant, l’attitude officielle de la Belgique est surprenante et tout à fait inadmissible.

La résolution 60/72 (72ème de la 60ème session) évoque le suivi des obligations en matière de désarmement qui furent approuvées lors des conférences de révision du Traité de Non Prolifération en 1995 et en 2000. On avait, en 2000, adopté à l’unanimité des membres de l’ONU un programme en 13 points à mettre en œuvre pour l’élimination progressive de l’armement nucléaire. Aucun de ces points n’a progressé d’un pouce depuis lors. La Belgique a, avec d’autres membres de l’OTAN, considéré cette fois-ci que ce désarmement n’est plus d’actualité. Elle a dit non. On aimerait savoir pourquoi alors que tant le Sénat que la Chambre ont voté au printemps dernier à de très fortes majorités des textes précis demandant qu’on avance dans ces domaines et dans l’élimination des armes nucléaires illégalement entreposes sur notre sol.

Plus grave encore. La résolution 60/76 demandait qu’on donne une suite à l’avis consultatif donné par la Cour internationale de Justice de La Haye en juillet 1996, sur la licéité (sic) de l’emploi ou de la menace d’emploi des armes nucléaires. Cette Cour est la plus haute instance judiciaire au monde, et ses membres sont des juristes éminents venant de pays très divers (nucléaires ou non). La résolution rappelle que cet avis avait, à l’unanimité des juges, déclaré qu'il existe une « obligation de négociations, parvenant  sans tarder à la conclusion d’une convention interdisant (entre autres) … la menace ou l’emploi des armes nucléaires et…imposant leur élimination. » Or depuis 1996, on tarde au contraire. Aucune négociation de ce type n’est engagée.

Notre voisine et alliée, l’Allemagne n’a, fort honnêtement, pas hésité à approuver ce texte. Les autres membres subalternes de l’OTAN, dont la Belgique, ont voté NON. Ils considèrent donc qu’il ne convient pas, même en principe, d’affirmer que le désarmement nucléaire est un obligation juridique pour tous les pays. Nous n’avons même pas eu le courage de nous abstenir.

On aimerait qu’un membre du Parlement interpelle sévèrement M. de Gucht, Ministre des Affaires étrangères sur ce comportement, digne d’un laquais (je suis poli, je préférerais un terme qui évoque plus grossièrement la partie postérieure de notre anatomie) des Etats-Unis. Ce vote ne peut même pas se justifier, comme on avait essayé de faire lors d’occasions précédentes, par une concertation préalable des membres non nucléaires de l’OTAN ; ceux-ci ont en effet voté souvent en ordre dispersé.

Sur l’ensemble de ces résolutions, toutes adoptées à des majorités souvent très larges, les nouveaux membres de l’OTAN ont fait preuve, sur ce point et d’autres, de leur abjecte soumission à la superpuissance.


N.B. Un tableau citant les votes, souvent édifiants, des cinq puissances nucléaires, des alliés européens de l’OTAN et, pour comparaison, de la Suède et de l’Autriche, pays encore relativement indépendants, complète cet article. Il est disponible sur notre site www.csotan.org

Ce texte a été publié dans le Bulletin n° 93 de l’Association Médicale pour la Prévention de la Guerre Nucléaire – 1er trimestre 2006.

P. Piérart et H. Firket