Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n° 2
juin 2000

Éditorial
Marcel Poznanski

Le mépris de l'OTAN pour le Traité de Non Prolifération (TNP)
Pierre Piérart

Quand l’Otan fait de la recherche scientifique…
Jean Pestiau

Exit et Dixit Wesley Clark

Les mensonges de Jamie Shea
Michel Collon


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017
n°65 : juillet 2017
n°66 : octobre 2017

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Les mensonges de Jamie Shea

1. Avant la guerre

1 «Le but de l'Otan: rétablir la paix au Kosovo.»

Faux! Depuis plus d'un an, les services secrets allemands du Bnd armaient les séparatistes albanais, a révélé la TV allemande ARD. La Cia a fait pareil. Ainsi, cette Uck que l'envoyé spécial US, Robert Gelbard, qualifiait publiquement de «terroriste» en février 98, a été secrètement encouragée à assassiner des policiers et civils serbes et des Albanais loyaux à la Yougoslavie.

2 «Intransigeants, les Serbes ont refusé nos propositions de paix.»

Faux! A la «négociation» de Rambouillet (début 99), l'Otan a voulu imposer l'occupation militaire de toute la Yougoslavie et la colonisation du Kosovo par les multinationales. Elle a même empêché Serbes et Albanais de se parler. But de ces provocations? Déclencher la guerre afin d'installer ses bases militaires dans les Balkans.

3 «C'est la faute à Milosevic. Nous voulons libérer les Yougoslaves.»

Faux! De nombreux Yougoslaves critiquent Milosevic. Mais ce peuple est unanime pour refuser l'éclatement de la Yougoslavie et une occupation par l'Otan. C'est pourquoi l'opposition que les Etats-Unis financent par des millions de dollars n'arrive à rien. Ni le chantage d'un embargo cruel, qui bloque médicaments, mazout et vivres.

4 «La police yougoslave a massacré des civils à Racak en janvier 99.»

Faux! C'étaient les victimes d'un affrontement entre deux armées. Cette manipulation a été orchestrée par un agent américain, William Walker, qui fut complice des escadrons de la mort au Salvador et au Nicaragua (années 80). Chaque guerre commence par un grand médiamensonge: des images truquées pour manipuler l'opinion.

5 «Les Serbes pratiquaient la purification ethnique.»

Faux! Des crimes ont certes été commis - par les armées des DEUX camps (cfr rapports de l'OSCE), mais on ne peut parler de purification ethnique systématique. Quinze jours encore avant la guerre, un rapport officiel du ministère allemand des Affaires étrangères (dirigé par le Vert Joschka Fisher) déclare: «Il n'y a pas de persécution ethnique contre les Albanais en tant que groupe. Seulement des affrontements entre deux armées.»

2. Pendant la guerre

6 «Nos bombardements épargnent les civils.»

Faux! Le chef d'état-major belge Herteleer l'a reconnu : «Faisons mal à la population serbe elle-même. Infligeons-lui des pertes.» (De Standaard, 17.4.99). Résultat: 2.000 civils tués, 5.000 blessés, une génération d'enfants traumatisés, 147 hôpitaux touchés, l'économie détruite. But: mettre à genoux le peuple lui-même. Et éliminer toute entrave à l'invasion des multinationales.

7 «Nous menons une guerre "propre".»

Faux! L'Otan a employé des armes interdites par les Conventions de Genève: 1. Bombes à fragmentation lancées notamment sur le marché et l'hôpital de Nis, tuant ou mutilant de nombreux civils. 2. Bombes au graphite paralysant l'électricité (donc les hôpitaux). 3. Armes à uranium appauvri provoquant cancers et mutations génétiques, y compris chez des soldats US.

8 «C'est par erreur que l'Otan a bombardé un convoi de réfugiés albanais (73 tués).»

Faux! Vous avez d'abord prétendu qu'ils avaient été bombardés par les Serbes. Puis que vos pilotes les avaient pris pour un convoi militaire. Or, ces pilotes sont revenus les bombarder à huit reprises! En réalité, ces réfugiés rentraient au Kosovo, mais vous vouliez vider celui-ci et «prouver» qu'il était impossible pour les Albanais d'y vivre.

9 «C'est par erreur que l'Otan a bombardé un train arrivant sur un pont.»

Faux! Pour tenter de démontrer que le pilote avait vu trop tard ce train roulant très vite, vous avez truqué les vidéos enregistrées par vos avions. En les passant trois fois trop vite: ce train aurait fait du 300 à l'heure! En réalité, là aussi, ce pilote était revenu bombarder à nouveau un wagon. L'Otan ne respecte pas les civils.

10 «C'est par erreur que l'Otan a bombardé l'ambassade chinoise.»

Faux! Vous avez d'abord raconté qu'elle visait le building d'en face. Il n'y en a pas! Puis que les services US n'avaient pas de plan récent de Belgrade indiquant le nouveau site de l’ambassade. Vous prenez les gens pour des imbéciles! En réalité, ce bombardier, venu spécialement des USA, a lancé un avertissement très clair à la Chine, solidaire de la Yougoslavie.

Michel Collon
Autres textes de Michel Collon sur le site du CSO