Comité de Surveillance OTAN

Alerte OTAN !

Alerte OTAN n°0

Le criminel de guerre Wesley Clark témoigne à La Haye
John Catalinotto

Le mensonge, la nausée et les sanctions
Michel Raimbaud

Lettre ouverte au ministre belge des Affaires étrangères
Père Daniel Maes, Communauté du Monastère de Mar Yakub à Qâra, Syrie

Illégalité du déploiement des armes nucléaires americaines en Europe
Pierre Piérart

Guerres sans fin
Droit international contre droit du plus fort

Diana Johnstone

Les bases nucléaires de l'OTAN en Europe
Pierre Piérart

HIROSHIMA ET LE TRAITÉ DE NON PROLIFÉRATION
Pierre Piérart

Lettre au Général Jones, commandant du SHAPE, pour réclamer le retrait des armes nucléaires des pays de l'OTAN

Mordechaï Vanunu prisonnier d'opinion

L'OTAN et l'Afrique du Nord
Rashid Khashana

OTAN : Vers une expansion planétaire
Michel Collon

OTAN : au service de qui et pour quels objectifs ?
Valérie Peclow

L' Europe de la défense aux lendemains du sommet de Prague
Jean-Sylvestre Mongrenier

Les Etats-Unis, l'Otan et l'armée européenne
Pol De Vos

Occupations militaires - La prostitution érigée en système
Richard Poulin

Les minutes les plus longues de ma vie...
Michel Collon

Les États-Unis à la conquête de l'Eurasie et du monde
Jean-Marie Chauvier

Le Tribunal Pénal de La Haye de moins en moins crédible
Edward Herman

Bush et l'OTAN

Les nouveaux rôles probables de l’Otan dans les futurs scénarios impérialistes : Comment arrêter l’Otan ?
George Havatzas

50 juristes et avocats de 12 pays lancent un appel contre l’imposition d’un conseil juridique à Slobodan Milosevic

Solidarité avec Hiroshima et Nagasaki
Pierre Piérart

Parodie de procès Milosevic : Déclaration du Comité grec pour la Détente internationale et pour la Paix (EEDYE)

Contre ces lois-là, la Loi Internationale (et Milosevic) n’ont pas l’ombre d’une chance
Stephen Gowans

Une lettre ouverte de Christopher Black, président du Comité légal de l’ICDSM
Christopher Black

L'ancien premier ministre soviétique : « Je n'irai pas témoigner à La Hague dans les circonstances actuelles»
Nikolai Ryzhkov

Refus de participer au 'procès' en tant que témoin de Léonide G. Ivachov

L’ICTY et la décimation de la Yougoslavie – Une histoire de famille
Ian Johnson

Milosevic au TPI : Celui qui doit se taire
Vladimir Caller, Georges Berghezan, Jean Bricmont, Hernn Valverde

Tribunal international ou «Chambre étoilée»?
British Helsinki Human Rights Group

Milosevic se voit refuser le droit universel d'assurer sa propre défense
Sara Flounders

Lettre d'un groupe de témoins des Etats-Unis au président Slobodan Milosevic

La défense de la patrie est-elle un acte criminel ?
Pr. Kosta Cavoski

Ramsey Clark : Le 'tribunal' saborde ses dernières prétentions à la légalité
Ramsey Clark

Le Tribunal Penal International de La Haye : Deux ans d'efforts coûteux pour aboutir a un constat d'échec
Nico Varkevisser

Justice et propagande : L'échec du procès Milosevic

Deux ans de procès Milosevic : fiasco à La Haye ?

La Haye a remplacé la jurisprudence de la paix établie à Nuremberg par une licence à l'Occident de tuer.
John Laughland

Laissez Milosevic se représenter lui-même
John Laughland

Interview de Mordechai Vanunu à la BBC du 24 Octobre 2004

Murmures nucléaires à l'ombre des canons

Vanunu : « J'ai fait ce devais faire »
Baudouin Loos

Nikolaï Ryjkov défend Milosevic et dénonce l'OTAN

La reculade du Tribunal pénal international
Louis Magnin.

Note sur le traité secret conclu entre la Belgique et les Etats-Unis en 1971
Olivier Corten, Eric David, Pierre Klein, Jean Salmon

L’OTAN et la constitution européenne nuisent gravement à la Paix

Deuxième bilan de la Campagne de Solidarité des Bourgmestres des Villes et Communes de la Communauté française de Belgique avec le Maire d'Hiroshima pour un désarmement nucléaire total. (Du 6 août 2004 au 28 février 2005)
Pierre Piérart

Premier bilan de la Campagne de Solidarité des Bourgmestres des Villes et Communes de la Communauté française de Belgique avec le Maire d'Hiroshima pour un désarmement nucléaire total.

Le chef de la mission de contrôle de l'Union Européenne au Kosovo dément toutes les affirmations de Carla Del Ponte
Compte rendu rédigé par Andy Wilcoxson

La Constitution et la Guerre
Diana Johnstone

Campagne « Mayors for Peace »
Pierre Piérart et Henri Firket

Traité constitutionnel européen : Un traité peut en cacher un autre

Soixantième anniversaire de la tragédie de Hiroshima et de Nagasaki (I)
Pierre Piérart

« Si demain, il faut à nouveau manifester pour la paix, j’irai à nouveau. Dans quel état reviendrai-je ? »
Michel Collon

« La future défense européenne est un livre ouvert pour les États-Unis »
Entretien avec le Général Henri Paris, président de la Fédération des officiers de réserve républica

Il y a 60 ans : la tragédie de Hiroshima et Nagasaki se précisait malgré l’écroulement de l’Allemagne nazie. (1e partie)
Pierre Piérart.

Il y a 60 ans : la tragédie de Hiroshima et Nagasaki (2e partie)
Pierre Piérart

Il y a 60 ans : la tragédie de Hiroshima et Nagasaki (3e partie)
Pierre Piérart

Il y a 60 ans : la tragédie de Hiroshima et Nagasaki (4e partie)
Pierre Piérart

Pianosa, le mystère du bateau de l’OTAN
Gianvito Lo Vecchio

Soixantième anniversaire de la tragédie de Hiroshima et de Nagasaki (5e partie)
Pierre Piérart

Il y a 60 ans ….. Hiroshima, après Alamogordo qui préparait Nagasaki.
Pierre Piérart

D'Hiroshima à Bagdad
Joëlle Penochet

Pourquoi le bombardement de Nagasaki ?
Pierre Piérart

Milosevic à La Haye : plus c'est intéressant, moins on en parle
Diana Johnstone

Soixantième anniversaire de la tragédie de Hiroshima et de Nagasaki (6e partie).
Pierre Piérart

Un témoignage accablant pour l'accusation
D'après les comptes rendus de Andy WILCOXSON

Armes nucléaires : une parodie politique se transforme en poursuites judiciaires.

Karel De Gucht démis de ses fonctions : Déclaration publiée par le comité intérimaire le 24 novembre 2005

Intervention sur la « perception de l'OTAN par la société civile »
Arnaud Ghys, CNAPD

L'Afghanistan et son «processus démocratique»
Latif Pedram

Guerre nucléaire contre l'Iran
Michel Chossudovsky

Une nouvelle OTAN pour un nouvel ordre mondial ?
Hans Lammerant et Fabien Rondal

Bientôt la prison pour la dénonciatrice du premier crime de guerre en Yougoslavie ?
Georges Berghezan

Deux minutes, une vie
Michel Collon

Le grand jeu des bases militaires en terre européenne
Manlio Dinucci

Déclaration de l’assemblée des mouvements sociaux – 4e Forum social européen

La désinformation en ex-Yougoslavie et au Kosovo
Jean Toschi

Kosovo : une nécessaire décentralisation
Frédéric Saillot

Europarlement • Aide au pacifisme condamnée
Pol De Vos

Feodossia: partenariat et politicaillerie
Viktor Litovkine, commentateur militaire de RIA Novosti

A propos de la réunion des parlementaires en commission sur les prochains sommets de l'OTAN (réunion du 6 juin 2006).
Claudine Pôlet

Mordechaï Vanunu condamné pour avoir pris la parole

Massacres discrets dans l'Afghanistan libéré
Roland Marounek

Interventions militaire et humanitaire?
Ludo De Brabander et Georges Spriet (Vrede), Pol De Vos (StopUSA)

Pétition: Pas de F-16 belges en Afghanistan!

Le Kosovo : une colonie de l’Otan dans le Nouvel Ordre Mondial
Diana Johnstone

Le Canada dans la guerre d’occupation en Afghanistan
Collectif Échec à la guerre

La Belgique dans la guerre en Afghanistan : L'opération de désinformation des ministres De Crem - De Gucht
Roland Marounek

Pourquoi les arguments de De Gucht et De Crem ne tiennent pas la route
Vrede, Intal, UCOS...

Commémoration du 63e anniversaire des bombardements nucléaires sur Hiroshima et Nagasaki : Message de Marcel Poznanski pour le CSO
Marcel Poznanski

Commémoration du 63e anniversaire des bombardements nucléaires sur Hiroshima et Nagasaki : Message de Roland Marounek pour StopUSA
Roland Marounek

Commémoration du 63e anniversaire des bombardements nucléaires sur Hiroshima et Nagasaki : Message de Pierre Merveilleux pour Europe for Peace
Gilles Desmet, Parti Humaniste

De Munich au Kosovo
John Laughland

Les roses fanées de la révolution géorgienne
John Laughland

Non au bouclier antimissile !
Patrice Salzenstein

Des Tchèques mobilisés contre le bouclier antimissile U.S.
Patrice Salzenstein

9 Questions sur la Déclaration de Coopération entre les secrétariats de l'ONU et de l'OTAN
Transnational Foundation for Peace and Future Research

L’accord secret entre l’ONU et l’OTAN ne répond pas aux objectifs de la communauté internationale
Karl Müller

L'accord entre les Secrétariats de l'ONU et de l'Otan viole la Charte des Nations Unies
Alfred de Zayas, fonctionnaire de l’ONU à la retraite

Israël a bien utilisé dans la bande de Gaza des armes à Uranium Appauvri

Course au réarmement : au premier rang USA et OTAN
Manlio Dinucci (Il Manifesto)

L’Otan, gardien militaire de la sécurité d’approvisionnement énergétique des pays membres

Le cercle vicieux otanien de la violence
Diana Johnstone

La criminalisation du mouvement de la paix à Strasbourg est inacceptable
Pieter Terlinck

A Strasbourg des dizaines de milliers de citoyens du monde ont osé dire leur opposition à l'Otan
Claudine Pôlet

Une grande mobilisation le 4 avril pour dire « NON à la Guerre, NON à l’OTAN » dans un contexte de répression policière et de tension.
Collectif anti Otan de Strasbourg

Pour un bilan nuancé du Contre-Sommet de Strasbourg
Roland Marounek

Mais que fait donc la Bundeswehr dans l'Hindoukouch ?
Jürgen Rose

Franz Weber : Pour un tribunal de la conscience humaine

L’Iran, la Corée du Nord… et les autres.
Henri Firket

Trafics d’organes : Vers la fin de l’impunité au Kosovo ?
Georges Berghezan

Orwell, l’OTAN et la guerre contre la Libye
Domenico Losurdo

La Libye : Est-ce qu'on nous refait le coup du Kosovo ?
Diana Johnstone

« Femmes pour la Paix » et pas « Femmes pour la guerre »
Anne Morelli

Terrorisme nucléaire
Michel Wautelet

Sept points sur la Libye
Domenico Losurdo

L’OTAN dans sa guerre des menteurs et des lâches
Mohamed Bouhamidi

200 intellectuels Africains contre l'Otan

L’OTAN et la montée en puissance des médias sociaux
Roland Marounek

Dix ans de guerre de l'information en Afghanistan
IRIS - Institut de Relations Internationales et Stratégiques

Message du Président du Venezuela, Hugo Chávez Frías devant l'Assemblée Générale des Nations Unies.

La conclusion barbare d’une guerre colonialiste barbare.
Domenico Losurdo

Des guerres de l’opium aux guerres du pétrole
Domenico Losurdo

L'oppression de Kadhafi
Stephen Gowans

Manœuvres de guerre OTAN contre l'Iran
Manlio Dinucci

En Libye, la fin de 42 ans de...
Stephen Gowans

On voit les États-Unis partout...
Stephen Gowans

Syrie : Comment on transforme un homme en un être monstrueux
Mouna Alno-Nakhal

Que se passe-t-il en Syrie ?
Domenico Losurdo

Transcription de l'interview de Françoise Wallemacq de retour de Syrie

Lettre ouverte sur les plans de l'OTAN de défense antimissile et sur le risque accru d'une guerre nucléaire
David Krieger

Les disciples de Goebbels à l’œuvre contre la Syrie
Domenico Losurdo

Course à la guerre par procuration contre la Syrie
M. K. Bhadrakumar

Al-Qaeda’s Air Force
Stephen Gowans

Les USA gardent un oeil sur la Syrie, et tissent leur toile dans le Golfe
M K Bhadrakumar

Une intervention humanitaire en Syrie, il y a 150 ans
Pascal Herren, doctorant en droit à l

Fabrice à Waterloo : L’Occident humanitaire et la Syrie
Diana Johnstone

Un autre regard sur la Syrie
Bahar Kimyongür

Yougoslavie : Quand on prend l’avenir pour le passé - Raisons pour lire : Quand "Le Monde… Décryptage des conflits yougoslaves", de Fabrice Garniron
Diana Johnstone

1. Matins de Roses
Marie-Ange Patrizio

2. Matin de lumière

3. La volière de Mar Yakub
Marie-Ange Patrizio

4. « Les gens qui ont un livre »
Marie-Ange Patrizio

5. Les gardiens
Histoires du siège de Qâra, et de quelques unes de ses conséquences

Marie-Ange Patrizio

6. Damas des étoiles
Marie-Ange Patrizio

7. Damas à bâtons rompus
Marie-Ange Patrizio

8. Au coeur de la Syrie, Générosité
Marie-Ange Patrizio

Articles de la Charte des Nations Unies et du Traité de l'OTAN violés par l'agression contre la Yougoslavie

Annexe B des Accords de Rambouillet

Accords secrets de 1971 entre la Belgique et les USA

Réunion du Comité des plans de défense et du groupe des plans nucléaires, Bruxelles le 12 juin 2003 : Communiqué final

Extension de la zone d'intervention OTAN : Communiqué de l'OTAN

Allocution prononcée par M. Jaap de Hoop Scheffer devant la Commission parlementaire pour les Affaires étrangères
Jaap de Hoop Scheffer

Jaap de Hoop Scheffer : « Un nouvel OTAN est nécessaire »

La force de réaction de l'OTAN : Au centre de la transformation de l'OTAN

Note sur le traité secret conclu entre la Belgique et les Etats-Unis en 1971

Réunion ministérielle du Conseil de l'Atlantique Nord de Madrid - Communiqué final

Discussions à la Chambre belge sur le projet de loi portant assentiment à l'adhésion des nouveaux membres à l'OTAN

Declaration du sommet de Prague sur l'Irak

Traité de Maastricht : Dispositions concernant une politique étrangère et de sécurité commune

Projet de Constitution Européenne et OTAN

Exerpt from IVth Report by the Ombudsperson Institution in Kosovo:The inadequacy of human rights protection mechanisms
Marek Nowicki

Excerpt from IVth Report by the Ombudsperson Institution in Kosovo: The situation of non-Albanian communities in Kosovo

Statut juridique de l'aéroport de Chièvres.
Demande d'explications au Ministre de la Défense

Rôle de la base aérienne de Florennes dans l'OTAN

Votes à l'ONU sur le Désarmement

Directive politique globale entérinée par les chefs d’État et de gouvernement de l’OTAN lors du sommet de Riga

Demande d'explications de M. Josy Dubié au ministre de la Défense sur «l'accroissement de la présence militaire belge en Afghanistan»

Déclaration du Sommet de Bucarest

Non-prolifération, contrôle des armements et désarmement
Note de Karel De Gucht

Ministère de la défense belge : Note d’Orientation Politique
Pieter De Crem

Déclaration commune sur la collaboration des Secrétariats des Nations Unies et de l’OTAN
Jaap de Hoop Scheffer - Ban Ki-Moon

Adresse de Tzipi Livni au Symposium OTAN-Israël, Herzliya

Discours à l'Assemblée générale des Nations unies: «Nous avons peur»
Paul-Henri Spaak

The Continuing Relevance of NATO’s Nuclear Deterrence Strategy in an Uncertain World
Guy B. Roberts, Deputy Assistant Secretary General for WMD Policy at NATO

Déclaration du Sommet de Strasbourg-Kehl

Extraits du Concept Stratégique de l'Alliance de 1999 sur les armes nucléaires

Opérations en zone urbaine en l’an 2020 - Synthèse

De la bonne coopération entre l'Otan et les ONG
Anders Fogh Rasmussen

Une Otan sans armes nucléaires
Lt Col. Michael J. Byrne, Com. Douglas L. Edson, Lt Col Andrea L. Hlosek

Traitement inhumain de personnes et trafic illicite d’organes humains au Kosovo
Commission des questions juridiques et des droits de l’homme

Annexe au rapport de Dick Marty : Carte des centres de détention du nord de l’Albanie

CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS DE BELGIQUE : Proposition de résolution concernant la situation en Libye

Mémorandum de la CNAPD dans le cadre du sommet de l’OTAN à Varsovie

Contribution du Comité Surveillance OTAN au Forum Social Européen

Bertrand Russell Peace Foundation, Conférence de Bruxelles les 26 et 27 juin 2003

Après Madrid, Bruxelles ?

Soutien à la Conférence de Paris sur l'Irak du CSO

Commémoration du 59e anniversaire de la tragédie d'Hiroshima et Nagasaki : Communiqué

Bush Not Welcome

Lever toutes les restrictions à la liberté de Mordechai Vanunu

Contribution du CSO à la Conférence sur les bases militaires dans le monde

LAS BASES MILITARES : UN ASPECTO DE LA ESTRATEGIA GLOBAL DE LA OTAN

Militar bases: An aspect of the NATO strategy

Lettre de protestation du CSO au Ministre des Affaires Étrangères face aux poursuites judiciaires d'un militant de Bombspotting

Message pour la commémoration du 61e anniversaire du lancement de la bombe atomique nord américaine sur Hiroshima et Nagasaki

Mise au point concernant l’essai nucléaire nord-coréen du 8.10.2006

Pourquoi tant de discrétion des négociateurs pour un futur gouvernement sur la politique extérieure et de défense de la Belgique ?

Lettre à l'ambassade de la Répblique tchèque en soutien à la manifestation contre les bases US

Pour un retrait immediat et inconditionnel des troupes belges d’Afghanistan !

L’Otan en Géorgie... sans attendre la Géorgie dans l’Otan ?

Dénonçons la complicité de l’Otan avec Israël !

SORTIR D'AFGHANISTAN MAINTENANT !

Décès de Pierre Piérart

Réponse au communiqué de la CNAPD annonçant son retrait de la conférence sur l’Iran
Comité Surveillance Otan

UN NON SANS EQUIVOQUE A TOUTE INTERVENTION DE L’OTAN EN LIBYE !

Libye, Iraq, Afghanistan : non à la guerre !
Non à toute participation belge !

La Belgique est entrée en guerre contre la Libye ! Stoppons l’escalade !

Non à la reconnaissance du Conseil national de Transition Libyen
Pour le retrait immédiat et inconditionnel de toutes les forces militaires belges engagées en Libye

Ne laissons pas l’Otan nous entraîner dans une nouvelle guerre froide !

L'OTAN a besoin de l'Irak !
Tom Lantos

Thomas Fiedman : plaidoyer que l'Irak, l'Egypte et Israël deviennent membres de l'OTAN...
Thomas L. Friedman

Garder un œuil sur l'ours russe
William Safire

Poutine : L'OTAN n'est plus une organisation hostile...

Aznar : « L'OTAN devrait être en train de bombarder le Liban »

Contenir l'Iran : Accueillir Israël dans l'OTAN
Ronald D. Asmus

CONTRE-SOMMET DE L'OTAN: RESISTANBUL 2004

D'anciens officiers de l'armée grèque parlent

Initiative against the NATO summit in Istanbul
Committees Against Occupation

Initiative contre le sommet de l'OTAN à Istanbul
Comités Contre l'Occupati

Appel de Resistanbul 2004

Des dizaines de milliers de signatures contre l'OTAN envoyées à Ankara
Comités Contre l'Occupation

Contribution à la conférence Anti-Otan d'Istanbul
Roland Marounek

Commémoration du 59e anniversaire de la tragédie d'Hiroshima et Nagasaki - Communiqué

Appel pour le Kosovo

Intervention à l'ONU du Maire d’Hiroshima lors de la Conférence sur la révision du TNP

Déclaration

Forum Social Européen de Londres : Appel de l'Assemblée des mouvements sociaux

Declaration

IRAK : CONTRE L'ESCALADE
Jean Bricmont

Rapport d'enquête sur la population rom au Kosovo et Metohija suite aux événements survenus du 17 au 21 mars 2004
URYD - Union des Roms exilés d’Ex-Yougoslavie en Diaspora

Projet de création a Kosovska-Mitrovica d’un bureau et d’un organisme de défense des droits des Roms
URYD - Union des Roms exilés d’Ex-Yougoslavie en Diaspora

APPEL À L'ACTION de l'ASSEMBLÉE CONTRE LA GUERRE
Forum social mondial 2005, Porto Alegre, Brésil

Plate-forme pour les actions de protestation contre la venue de Bush en Belgique

Le maire d’Hiroshima appelle à participer à la marche pour abolir les armes nucléaires
For Mother Earth

International Conference against Foreign Military Bases
FINAL DECLARATION

Conférence internationale contre les bases militaires étrangères
Déclaration finale

Report on the International Conference against Foreign Military Bases

Non à la guerre contre l'Iran
Prise de position de la plate-forme anti-guerre

Appel pour éviter une guerre nucléaire en Iran

Appel de la Plateforme anti-guerre

Paix au Moyen Orient: maintenant!
Texte de plateforme des mouvements pour la paix

Appel de Stuttgart

Forum Social Européen de Malmö : Appel à rejoindre la mobilisation contre l’Otan d’avril 2009

Appel de la World Afghan Professional Organization contre la guerre en Afghanistan

Des organisations de paix réagissent à l'expansion de la mission belge en Afghanistan
Vrede, Intal, CNAPD, CSO et MIR-IRG.

Déclaration du Comité International Non à la Guerre - Non à l'Otan

Évaluation des actions par le Comité International de Coordination
Arielle Denis et Reiner Braun

Contre-Sommet de Strasbourg du 2 au 5 avril 2009. - Évaluation des participants de Belgique

Déclaration du Conseil mondial de la paix et du Conseil portugais pour la paix et la coopération en vue du sommet de l'OTAN de Lisbonne
World Peace Concil

Communiqué de presse : « Freeze for peace in Afghanistan »
La Plate-forme Afghanistan

Communiqué de la CNAPD à propos de l’invitation à la conférence – table-ronde de ce vendredi 17 décembre « L’Iran dans la visière de l’Ouest ».

Carte Blanche : La menace nucléaire, d'Hiroshima à … Tihange

Appel à la résistance et à la protestation contre Petersberg II
No To Nato

Appel
Pas de nouvelle guerre au Moyen Orient

Commémoration du 67ème anniversaire de la Tragédie de Hiroshima et de Nagasaki

Lettre ouverte à l'occasion de l'intervention de Jamie Shea au Festival des Libertés

Camp de Pozega : «Nous n'avons besoin de rien, seulement de la liberté»

Leposavic : Visite aux réfugiés roms

Tentative d'intimidation ?

Les États-Unis et le crime organisé

A la rencontre des Croates et des Roms

La KFOR nous photographie et nous empeche de photographier

Ceux d'en haut

Prizren dévastée

Le plus sinistre ghetto du Kosovo

Entretien avec Gušani Skender, Leposavic

Entretien avec Oliver Ivanovic, Mitrovica

Entretien avec Sava Janjic, Visoki Decani

Entretien avec Marek Nowicki, Pristina

Entretien avec Momcilo Trajkovic, Caglavica

Aveux tardifs

Le calvaire des Roms au Kosovo
Marie-Pierre Lahaye

Invisibles et indésirables : les nouveaux réfugiés du Kosovo
Georges Berghezan

Faillite de l'ONU et de l'OTAN au Kosovo
Philippe Scheller

Kosovo, essai en plein champ de l'impérialisme guerrier
Manuel Grandjean

Notre film annonçait ce drame, pourquoi n’avons-nous pas été entendus?
Interview de Vanessa Stojilkovic

Rompre 5 ans de silence
Philippe Scheller

Nettoyage ethnique au Kosovo : Un voyage pour rompre cinq ans de silence
Georges Berghezan

ROMS D’EX-YOUGOSLAVIE (KOSOVO ET METOHIA) :
PEUPLE EN DANGER !

Avec la drogue, les jeunes du Kosovo oublient leurs préjugés ethniques
Tanja Matic et Tanja-Marija Vujisic

66e Commémoration du massacre de Hiroshima : Message de la COLUPA
Présenté par Pierre Debbaut

66e Commémoration du massacre de Hiroshima : Intervention de Sortir du Nucléaire
Louis Verheyden

66e Commémoration du massacre de Hiroshima : Inetrvention du Mouvement Chrétien pour la Paix
Carla Goffi

66e Commémoration du massacre de Hiroshima : Message du CSO
Marcel Poznanski


Autres numéros :

n°1 : mars 2000
n°2 : juin 2000
n°3 : novembre 2000
n°4 : février 2001
n°5 : avril 2001
n°6 : octobre 2001
n°7 : janvier 2002
n°8 : février 2003
n°9 : mars 2003
n°10 : mai 2003
n°11 : juin 2003
n°12 : novembre 2003
n°13 : mars 2004
n°14 : juin 2004
n°15 : octobre 2004
n°16 : décembre 2004
n°17 : mars 2005
n°18 : juin 2005
n°19 : septembre 2005
n°20 : décembre 2005
n°21 : mars 2006
n°22 : juin 2006
n°23 : septembre 2006
n°24 : décembre 2006
n°25 : mars 2007
n°26 : juin 2007
n°27 : septembre 2007
n°28 : décembre 2007
n°29 : mars 2008
n°30 : juin 2008
n°31 : septembre 2008
n°32 : décembre 2008
n°33 : mars 2009
n°34 : juillet 2009
n°35 : octobre 2009
n°36 : décembre 2009
n°37 : avril 2010
n°38 : juin 2010
n°39 : octobre 2010
n°40 : janvier 2011
n°41 : avril 2011
n°42 : juin 2011
n°43 : octobre 2011
n°44 : décembre 2011
n°45 : mars 2012
n°46 : juillet 2012
n°47 : octobre 2012
n°48 : janvier 2013
n°49 : avril 2013
n°50 : octobre 2013
n°51 : janvier 2014
n°52 : avril 2014
n°53 : juillet 2014
n°54 : octobre 2014
n°55 : janvier 2015
n°56 : avril 2015
n°57 : juillet 2015
n°58 : octobre 2015
n°59 : janvier 2016
n°60 : avril 2016
n°61 : juillet 2016
n°62 : octobre 2016
n°63 : janvier 2017
n°64 : avril 2017
n°65 : juillet 2017
n°66 : octobre 2017
n°67 : janvier 2018
n°68 : avril 2018

Accueil
Plate-forme du CSO
Alerte OTAN !
Communiqués du CSO

Articles

Documents officiels
Autres textes

Carte de l'Otan
L'Europe et l'Otan (2004)

Kosovo:
Fact-finding mission

Images
Archives
Liens

Contactez-nous !

imprimer 

Guerres sans fin
Droit international contre droit du plus fort

Conférence donnée par Diana Johnstone à la Sorbonne

http://www.lai-aib.org/lai/article_lai.phtml?section=A1ABCMBC&object_id=18455

Devant le Conseil de Sécurité le 14 février, le ministre français, Dominique de Villepin, a fait un discours admirable de raison et de clarté qui a été très apprécié -- sauf, vous le savez bien, par les dirigeants et la presse anglophone.

Les Etats-Unis sont dirigés actuellement par un petit groupe de mégalomanes dont les idées et les projets étaient parfaitement inconnus de l'électorat américain qui, selon la Cour Suprème choisi par son père, avait élu George Bush... par une large minorité de votes. Plus fondamentalement, l'électorat américain depuis longtemps n'a pas de vrai choix, car le processus "démocratique" au niveau national a été complètement accaparé par le complexe militaro-industriel. Une poignée d'illuminés a imposé une politique qui n'a jamais été soumise à un débat démocratique aux Etats-Unis, et ils ne veulent pas que le débat venu d'ailleurs arrive aux oreilles des citoyens américains. C'est pour cela que leurs propagandistes dans les médias ont répondu par un torrent d'invectives imbéciles versées sur la France -- dont la faute originelle n'était que de vouloir habiller la guerre à venir de quelques oripeaux de légalité internationale. Car la position de la France, jusque là, revenait à tenter de rester dans les formes du droit international, rien de plus. Mais l'équipe au pouvoir à Washington n'apprécie guère cet effort. Son but est d'impressionner le monde et de lui dicter sa loi par la force. Le droit international doit céder au droit du plus fort, c'est la base du "nouvel ordre mondial" style Bush et compagnie.

Les dirigeants américains ont l'habitude de dire de celui qu'ils veulent attaquer, qu'il "ne peut comprendre que la force". Plus exactement, ils voudraient que les autres ne comprennent que la force, car c'est le langage qu'eux, ils maîtrisent. Ils veulent que la démonstration soit faite que la force aura le dernier mot.
La crise irakienne fait ressortir une opposition dramatique entre le droit international et le droit du plus fort. Le droit international, dans la mesure où il serait universel, applicable tous de la même manière, est maintenant un obstacle que Washington préfère écraser par la loi du plus fort -- sa loi à elle.

L'Illusion de la "Communauté internationale"

Pour la vieille Europe, et surtout pour la France, cette crise autour de l'Irak devrait mettre fin à certaines illusions. La grande illusion des années quatre-vingt dix était d'imaginer que l'immense puissance militaire des Etats-Unis pouvait se laisser transformer en instrument charitable pour accomplir les interventions "humanitaires" souhaitées par les champions des droits l'homme devenus la conscience d'une vague "communauté internationale". La référence constante à cette "communauté internationale" avait deux fonctions idéologiques: de masquer la destruction de l'autorité des Nations-Unies, et de donner l'impression d'un certain multilatéralisme. Ce concept vague s'applique surtout aux nations occidentales, supposées représenter la conscience supérieure de l'humanité. En même temps, cette "communauté internationale" correspondait, en réalité, à un "condominium impérial" des puissances occidentales capitalistes qui, unies sur l'hégémonie américaine, pourrait dominer le monde ensemble sans se détruire mutuellement dans les guerres mondiales pour diviser les continents du Sud. Cette "C.I.", communauté internationale ou condominium impérial, imposerait un ordre "moral" au monde, basé sur les "valeurs", notamment les "droits de l'homme".

La Continuité

En comparaison avec l'équipe Bush, ouvertement de plus en plus criminelle, le monde risque d'éprouver une énorme nostalgie pour l'administration Clinton, et de souhaiter le retour des Démocrates comme les chrétiens de l'antiquité souhaitaient le retour du Christ. Le multilatéralisme traditionnel des Démocrates sauvaient au moins les apparences aux yeux des alliés européens, qui pouvaient jouer les seconds rôles et payer la note avec un minimum de dignité.

Mais attention, s'il est vrai que d'abord l'électorat démocrate, puis à un bien moindre degré les politiciens démocrates, sont comme on dit là-bas plus "libéraux", c'est-à-dire plus sociaux, en ce qui concerne la politique intérieure, il y a deux réserves à signaler: pour la politique intérieure, tout se situe aujourd'hui largement à la droite par rapport à la France... et deuxièmement, en ce qui concerne la politique extérieure, c'est surtout l'emballage qui change. Dans le fond, il y a une grande continuité, due à la logique d'un complexe militaro-industriel surgonflé, et assurée par la petite élite de spécialistes qui créent les projets de politique internationale dans le conforts des fondations privées, abrités des regards de la population en général mais très proches des grands médias.

Je voudrais signaler quelques indices de cette continuité. Vous avez vu le Président Bush exhorter ses troupes en proclamant que "nous avons la plus grande armée de la terre" comme si c'était une qualité morale. Mais l'ambassadrice de Clinton, Madeleine Albright, s'était exclamé, "à quoi ça sert d'avoir la plus grande force militaire du monde si l'on ne l'utilise pas!" La personnalité qui, choqué par ces mots belliqueux, les avait racontés dans ses mémoires n'était autre que le Général Colin Powell, qui depuis en a vu d'autres...

Oui, et c'était déjà Madeleine Albright qui voulait à tout pris déclencher la guerre contre la Yougoslavie sans mandat du Conseil de Sécurité. Aujourd'hui, quand le Président Chirac et son ministre des affaires étrangères insistent sur la nécessité de passer par le Conseil de Sécurité des Nations-Unies, on est presque gêné de rappeller que la France n'avait pas le même scrupule il y a quatre ans...

Mais il faut le dire.

Le Kosovo

Ici je dois aborder un sujet que beaucoup préfèrent éviter, le Kosovo, car l'illusion n'est pas encore totalement dissipée en ce qui concerne le Kosovo, dont beaucoup gardent encore une impression erronnée des causes comme des effets. Il faut y revenir parce que la "réussite" de la guerre du Kosovo est citée régulièrement aujourd'hui comme précédent heureux, comme argument irréfutable en faveur de la "guerre préventive"contre les «dictateurs» qui ne penseraieent qu'à commettre des «génocides». Si on ne brise pas cette illusion, on continuera à brandir "le Kosovo" comme la carte blanche à la guerre "juste" en permanence

Tout cela était prévisible. Justifier la guerre préventive sans mandat du Conseil de Sécurité devait créer un précédent dangereux, comme Hubert Védrine lui-même a bien reconnu peu après, dans les pages du Monde diplomatique. Je ne peux pas juger à quel point les dirigeants européens disposant de services de renseignement étaient dupes de la rhétorique du moment, mais tous ont répété la même propagande à l'époque: les mensonges les plus énormes venant de l'équipe britannique autour de Blair, qui récidive, et du ministre de la défense allemand Rudolf Scharping, qui a été démissioné depuis au milieu d'une pléthore de scandales.

En France, il existait le "lobby Sarajevo" qui réclamait cette intervention militaire comme le seul moyen de traiter les conflits yougoslaves. Beaucoup d'intellectuels français, surtout qui ont transformé la fonction de la "philosophie" de quête de savoir en étalage d'indignation contre les mécréants lointains, ont stigmatisé tout effort de comprendre et de chercher la conciliation comme une sorte de complicité avec le nouvel "Hitler". En rejettant tout réalisme en politique comme l'oeuvre du diable, ils sont préféré se tourner vers les missiles Cruises pour régler les affaires complexes.

Il fallait une naïveté volontaire pour croire que les Etats-Unis -- vu leur histoire d'ingérences ouvertes ou clandestines (parmi d'autres) au Guatemala, en Iran, au Vietnam, au Chili, en Angola, et de façon presque constante depuis un siècle dans toute l'Amérique centrale -- allaient, une fois libérés de la contrainte représentée par une superpuissance rivale, se transformer en branche armée des soeurs de la charité.

En réalité, les Etats-Unis ne se sont pas laissé entraînés dans la guerre au Kosovo à cause des arguments de Bernard-Henry Levy ou des larmes de Glucksmann. Comme pour la guerre en Iraq, ils voulaient y aller et cherchaient des prétextes, quand ils ne les créaient pas.

Les vrais causes sont visibles à partir des effets réels. Les résultats éloquents de la guerre du Kosovo sont les suivants:

* légitimer la guerre comme moyen privilégié pour résoudre les problèmes politiques, ce qui revient à délégitimer la négociation, la diplomatie, la médiation, tous les moyens pacifiques qui, on voit aujourd'hui, sont rejetés comme des formes de lâcheté.

* créer un précédent pour faire la guerre sans mandat du Conseil de Sécurité sous prétexte d'un cas d'urgence extrême, urgence évaluée par les Etats-Unis et (peut-être) leurs alliés.

* sauver l'Otan en lui dotant d'une nouvelle "mission humanitaire" hors de la zone de défense des pays de l'alliance, et en la transformant en "boite à outils" dans laquelles les Etats-Unis pourront puiser pour leurs opération plus à l'Est et au Sud. Ici se trouve la cause et l'effet les plus importants de cette aventure, ce qui explique la grande hâte avec laquelle il fallait procéder aux bombardements au moment choisi, à la veille du cinquantième anniversaire de l'Otan, ce qui permettait à Washington de présenter la nouvelle stratégie de l'Otan en forme de fait accompli, sans vrai debat.

* renforcer de façon décisive l'influence des Etats-Unis sur l'Europe par le biais de l'Otan. Cette opération a été cruciale en offrant aux pays de l'Europe ex-communiste une adhésion occidentale alternative l'Union Européenne.

* faire du Kosovo une base militaire américaine, le "Camp Bondsteel", construit immédiatement après l'occupation du Kosovo sans demander la permission à personne.

Et le Kosovo lui-même? Le problème des "deux peuples pour une terre" durait depuis longtemps, et aurait pu être traité avec patience comme d'autres problèmes du même genre. Ce qui a précipité la crise était d'abord la crise financière en Albanie en 1997, qui d'une part ouvrait une porte à la négociation (en décourageant pour l'instant les séparatistes) et d'autre inondait le Kosovo d'armes volées dans les arsenaux albanais. Un carrefour entre paix et guerre où les Etats-Unis surtout ont choisi le chemin de la guerre, tout en disant le contraire. L'UÇK, soutenu vigoureusement par un lobby à Washington comprenant un ancient candidat républicain à la présidence, Robert Dole, a pu jouer contre Milosevic le rôle des "Contras" lancés par la CIA contre le Nicaragua sandiniste, pour réduire toute la Yougoslavie à un statut comparable à celui des pays de l'Amérique centrale. Le Kosovo occupé et gouverné formellement par les Nations-Unies, en réalité par les pays de l'Otan avec quelques auxiliaires subordonnés, est devenu la plaque tournante de trafics de femmes, de drogue et d'armes. Libérés de la police serbe, les milices albanophones font la guerre les unes aux autres. Je ne dirai pas que c'est cela l'objectif américain, mais c'est le type de situation dont ils s'accommodent fort bien un peu partout là où ils cherchent n'importe quel allié contre un régime récalcitrant.

La volonté d'ingérence militaire

Dès l'ouverture de la crise yougoslave au début des années quatre-vingt-dix, l'ingérence des puissances occidentales -- sans le dire ouvertement, et dans une certaine mesure peut-être sans le penser -- avait tout fait pour entraîner leur propre intervention militaire.

1 - D'abord, il est notoire que le gouvernement allemand a insisté sur la reconnaissance de l'indépendence de la Slovénie et de la Croatie, contre tout usage diplomatique et contre l'avis de leurs propres diplomates sur place. C'est un sujet intéressant, que je traite dans mon livre, mais par déférence envers l'attitude actuelle du gouvernement allemand, je ne veux pas insister trop sur ce sujet ici. Mais il faut noter pourtant que ceux qui prônaient une reconnaissance rapide insistaient qu'elle empêcherait la guerre civile en tranchant la question de la Yougoslavie une fois pour toutes. Mais le véritable résultat de la reconnaissance rapide ne fut pas de mettre fin au conflit, mais plutôt de transformer une guerre civile en conflit international, ouvrant la voie à l'intervention internationale. En prenant parti pour les sécessionnistes, les états européens réduisaient leur possibilités de médiation neutre et contribuaient à la polarisation.

2 - Puis, la désintégration violente de la Yougoslavie fut déterminée aussi par les Etats-Unis qui, tout en se proclamant en faveur de la préservation de la Yougoslavie, par voie diplomatique interdit à l'Armée populaire yougoslave de garder l'unité du pays par la force. Ce geste de "pacifiste bêlant" revenait à donner carte blanche aux forces nationalistes et séparatistes qui s'étaient armées clandestinement et qui se sont mises à réaliser la sécession par fait accompli. Toutes ces sécessions -- celle de la Slovénie, de la Croatie, mais aussi des Serbes de Krajina qui faisaient sécession de la Croatie -- auraient pu être empêchées par l'armée yougoslave, le temps de prendre des mesures pour sauver la Fédération multinationale, ce qui était sans doute ce que souhaitait encore la majorité de la population de la Yougoslavie, qu'on n'a jamais consultée dans son ensemble et qui n'imaginait pas les désastres à venir.

L'ironie, c'est qu'à la fin les Etats-Unis, qui avait interdit l'utilisation de la force pour préserver le pays "multi-ethnique", ont fini par utiliser eux-mêmes une force bien plus dévastatrice, soi-disant pour préserver la multi-ethnicité de certains fragments de la fédération éclatée. Ce qu'ils n'ont même pas réussi à faire par leur force militaire, vu l'état des relations inter-ethniques extrêmement tendues dans les protectorats de Bosnie et du Kosovo.

Derrière la façade du multilatéralisme, dans les conflits yougoslaves, les Etats-Unis ont saboté les efforts européens de favoriser une solution négociée:

-- En Bosnie, ils ont encouragé Izetbegovic, dont le parti avait de bonnes relations aux Etats-Unis, surtout par Mohamed Sacirbey et son père.
Il faut surtout lire les mémoires de David Owen pour voir comment Washington a saboté tout accord de paix. En assimilant la guerre à un match sportif, on adoptait l'absurde slogan qu'il fallait doter la Bosnie d'un "terrain de jeu équitable" en armant la partie la plus faible... une logique déjà appliquée en fait dans la guerre Iran-Iraq, que l'Occident avait attisée pendant huit ans... mais qu'on n'applique évidemment pas à Israël et la Palestine. En réalité, avec l'Iran et d'autres pays musulmans, les Etats-Unis ont renforcé le parti d'Izetbegovic, avec pour résultat, une guerre prolongée, plus de souffrances et de morts, des intégristes islamistes venus d'ailleurs installés autour de Zenica et en fin de compte une Bosnie encore plus divisée qu'aurait été la Bosnie décidée à Lisbonne.
Loin d'être exceptionnelle, cette alliance avec le parti islamiste était en parfaite continuité avec la politique américaine au Moyen Orient, qui a constamment favorisé les Islamistes contre les régimes laïcs dans les pays musulmans. C'est ainsi que les réseaux d'anciens combattants d'Afghanistan, parfois liés à bin Laden, étaient les bien-venus. Et il est très significatif que la délégation d'Izetbegovic à Dayton fut conseillé par Richard Perle, le sinistre conseiller au Pentagone de l'administration Bush, et du champion de l'extrême droite en Israel, Netanyahou....

-- Au Kosovo, au lieu de rechercher la conciliation, Washington l'a rendu impossible en encourageant l'intransigence des Albanais. A travers la National Endowment for Democracy {"la fondation nationale pour la démocratie"), établie sous l'administration Reagan pour financer l'ingérence dans la vie politique d'autres pays, les Etats-Unis ont pu influencer la façon dont le problème du Kosovo était vu par le monde extérieur, et même par les Albanais du Kosovo eux-mêmes. Cette fondation est un exemple important du phénomène de "l'organisation non-gouvernementale" ...gouvernementale, phénomène qui joue un rôle capital dans la formation de la "politique des droits de l'homme" qui sert à justifier les interventions dites "humanitaires".

Cette aide américaine était particulièrement importante dans le domaine décisif de l'information sur les droits de l'homme. La source principale de tous les rapports diffusés dans le monde entier sur la question du traitement de la population albanaise au Kosovo était le "Conseil pour la Défense des Droits de l'Homme et des Libertés", fondé en 1989 par des militants séparatistes albanais. Cet organisme ne s'intéressait pas aux droits de tous les habitants du Kosovo, mais uniquement des Kosovars albanais, car le Conseil était l'instrument de propagande clé pour la cause, et l'exagération des faits devenait une habitude. Un don de la fondation a permis au Conseil d'embaucher un directeur à plein temps et d'établir un réseau de 27 sous-conseils, présent dans tous les villes de la province. En 1998, une publication de cette "fondation nationale pour la démocratie" se vantait de cette aide, qui a fourni aux quelques 2,000 volontaires des machines de fax et des ordinateurs. Le Conseil, selon son bienfaiteur, était "la source d'information la plus importante sur les droits de l'homme au Kosovo. Une large gamme d'organisation internationales de droits de l'homme et des agences de presse utilisent ses informations, telles que la Fédération Internationale des Droits de l'Homme, la Commission des Nations-Unies pour les Droits de l'Homme, et l'agence Associated Press."

Ainsi, une petite province censée crouler sous une oppression digne des Nazis était couverte d'un réseau de bureaux payés par l'étranger où les opposants de l'état travaillaient sans cesse pour discréditer cet état auprès des organisations et des publics du monde entier.

Etant donné la difficulté de pénétrer la société albanaise traditionnelle, et la rareté de personnes maîtrisant la langue albanaise, il n'était pas facile pour les ONG ou les agences de presse étranger de vérifier ces informations. Pourtant, en général elles les acceptaient et les diffusaient sans poser trop de questions. C'était "les victimes" a priori... Cette crédulité foncionnait comme une invitation aux deux mille Albanais du réseau à rapporter tout ce qu'ils pensaient susceptibles de servir leur cause, sans trop se soucier de ce concept abstrait "la vérité", un idéal pas nécessairement considéré comme plus honorable que la fidélité aux siens, au clan, au sang. Pendant les bombardements de l'Otan, ce même Conseil continuait à fournir l'Occident les histoires d'atrocités dont il était plus avide que jamais... pour justifier ses bombardements. Après, quand beaucoup de ces histoires se sont révélées fictives, on pensait déjà à autre chose.

-- En liaison étroite avec l'UCK, les Etats-Unis ont saboté la mission de l'OSCE (ainsi qu'en témoigne l'ambassadeur français Gabriel Keller). Ils ont transformé l'incident de l'attaque de la police serbe contre la base d'UCK à Racak en "massacre" génocidaire et en casus belli.

Ici il faut noter un autre élément de continuité dans le personnel: l'ambassadeur envoyé par l'administration Clinton pour diriger la mission de l'OSCE au Kosovo, William Walker, était un ancien de l'ingérence la plus sanglante en Amérique centrale. Ses activités liées aux "Contras" l'ont bien préparé... et sous la présidence de Reagan, Walker était un proche collaborateur d'Elliott Abrams, dont les activités criminelles liées aux ventes illégales d'armes à l'Iran pour financer les terroristes "Contra" ont été établies... et pardonnées par le premier président Bush.

Aujourd'hui ce même Elliott Abrams -- très lié à l'extrême droite sioniste -- après avoir été chargé des "droits de l'homme", est chargé des affaires du Moyen Orient par le Conseil National de Sécurité de Bush.

-- Pour revenir à l'administration Clinton, les Américains ont bloqué au lieu d'encourager les négociations entre Albanais du Kosovo et Belgrade. Enfin, ils ont empêché que les "négociations" de Rambouillet trouvent une solution pacifique. Non seulement par leur "annexe B", qui aurait transformé toute la Yougoslavie en pays d'occupation militaire, -- mais en ignorant complètement les propositions serbes et en insistant avant tout sur la présence au Kosovo, non pas d'une force de paix internationale, disons des Nations Unies, qui aurait pu être acceptable par Belgrade, mais de l'Otan. L'essentiel pour Washington c'était l'occupation par l'Otan. Et une fois sur place, ils ont construit (sans demander la permission personne) la base de Bondsteel, d'où ils encouragent l'UCK poursuivre son projet en Macédoine...

Le mythe manichéen de la Deuxième Guerre Mondiale

L'acceptation de la guerre comme seul moyen de traiter le problème du Kosovo revenait à confirmer et à renforcer le mythe manichéen de la Deuxième Guerre Mondiale comme grille de perception du monde. Ce mythe est un élément essentiel de la propagande des Etats-Unis dans sa phase actuelle de justicier universel. C'est l'antidote au supposé "syndrome du Viet-Nam", leçon d'échec. Ce mythe est un conte de fée basé sur une version simpliste des années 1933-45 transformées en unique modèle pour saisir l'identité profonde des nations et de leur relations. Ainsi, tout est réduit à quelques personnages: d'abord, Hitler, le monstre, ses victimes passives, et l'Oncle Sam qui sauve ceux-ci de celui-là. Les motivations politiques sont également réduites à quelques unes: du côté du monstre, une volonté diabolique de commettre un génocide. Du côté de l'Oncle Sam, la générosité et le courage. Le rôle de l'Armée Rouge dans la défaite de la Wehrmacht? A la trappe! Demandez aux Américains qui a libéré Auschwitz ils diront les GIs, ils ont vu le film. Mais il y a quelques figurants, dont les Français, qui viennent de découvrir leur propre place dans cette distribution: les lâches... j'arrête là, on n'a qu à consulter la presse dite de caniveau britannique. Mais cette vision simpliste trouve ses adeptes en Europe, et même en France, où l'on ajoute un raffinement: le populisme nationaliste de la populace qui risque toujours d'être exploité par le Hitler du jour ...

Ce mythe a ses utilisations. La plus évidente est de justifier, dans les cas bien choisis, l'utilisation de la force américaine contre toute négociation, la "capitulation inconditionnelle" de l'adversaire restant la seule issue de toute guerre entamée par les Etats-Unis.

Contre l'ancienne sagesse qui cherche à laisser une porte de sortie l'autre, le Yankee n'accepte que l'humiliation totale de l'autre. Dès que les Etats-Unis veulent s'y ingérer, tout dirigeant mal-aimé devient "Hitler" et chaque répression d'une rébellion locale devient "génocide". Si ce sont nos amis, il s'agit plutôt de lutte légitime contre le terrorisme.

Mais il y a une autre utilisation de ce mythe, plus subtile: il sert d'instrument d'intimidation morale envers l'Europe, surtout l'Allemagne et -- plus encore -- la France. Car par une étrange déformation, qui n'est pas le sujet de cette conférence, la France est la cible privilégiée de l'accusation d' "anti-sémitisme"... vaste sujet que je laisse de côté.

Affronter la réalité du vingt-et-unième siècle

Le Pentagone a trouvé que le "multilatéralisme" était une gêne dans la guerre du Kosovo. Les Européens ont pu apprendre qu'ils étaient là pour partager les frais et faire le ménage après... cette leçon s'est répétée en Afghanistan. La leçon n'a pas encore été totalement assimilée, mais l'élève fait des progrès sous la férule du maître Rumsfeld. L'illusion de l'unité européenne et atlantique a été brisée par le mépris manifeste des dirigeants anglo-américains et de leurs médias envers leurs chers alliés une fois que ceux-ci osent prendre une position indépendante.

Il faut démystifier les fameuses "valeurs communes". On peut penser que les Américains dans leur grande majorité chérissent toujours la liberté et la démocratie. Tout comme les Européens, et tout comme, peut-être, la plupart des gens de par le monde d'une manière ou d'une autre. Pourtant, le capitalisme néo-libéral déchainé, un complexe militaro-industriel dominant, un lavage de cerveau quotidien de la part des médias possédés par ces puissances-là, un système électoral soumis à l'argent, ont fini par éliminer la démocratie des sphères dominantes de la sociét américaine.

Il serait sans doute souhaitable d'apporter la démocratie en Bosnie-Herzégovine, au Kosovo, en Iraq ou au Tibet... Il est beaucoup plus essentiel pour l'avenir du monde de la restaurer aux Etats-Unis. Vous ne serez peut-être pas d'accord, mais ces puissances néfastes qui dominent la vie politique américaine n'ont pas encore étouffé la démocratie de la "vieille Europe". On essaie: la "nouvelle Europe" proclamée par le Secrétaire à la défense Donald Rumsfield est celle où les chefs de gouvernements suivent les ordres de Washington sans respecter ni le droit, ni la morale, ni leur opinion publique. C'est un échantillon significatif de la "démocratie" que Washington veut imposer en guise de "nouvel ordre mondial".

La France a sombré, comme le reste de l'Occident, dans la dépolitisation du néo-libéralisme, mais il y reste des "valeurs" qui ne sont pas celles de l'Amérique de Bush. La liberté, pour les Bushites, c'est le "marché libre", qui n'est même pas libre, mais ordonné selon les intérêts des plus forts, qui interdisent aux faibles de protéger leurs propres productions, populations et environnement... L'égalité est totalement balayée... Je suis d'accord avec Emmanuel Todd que les Etats-Unis impériaux ne peuvent plus prétendre l'universalisme, tant leur système aggrave de façon dramatique toutes les inégalités.

Quant à la fraternité, une société dans laquelle les hommes se sentent obligés de s'armer jusqu'aux dents pour se protéger de leur voisin, elle bat de l'aile...

Donc parler d'une "communauté de valeurs" entre la France et les Etats-Unis de Bush n'a plus -- je l'espère -- aucun sens. Les "valeurs" que Washington veut imposer par la force sonneraient le glas des valeurs de gauche issues de la révolution française.

Certains en France rêvent d'une "Europe" superpuissance pour contrer la superpuissance américaine. Mais la crise actuelle a déjà montré qu'il est trop tard pour cela ... Dans le domaine de la technologie militaire, les choses sont tellement imbriquées que "l'Europe" comme entité politique indépendante ne peut pas rattraper les Etats-Unis, par ailleurs cette puissance militaire n'est conçue que pour les "guerres" unilatérales contre les adversaires faibles. Si l'Europe abandonnait, comme les Etats-Unis, ses avancées sociales pour financer une gigantesque machine militaire, elle finirait par faire une politique semblable ou identique.

L'alternative n'est pas de retourner aux rivalités entre grandes puissances impérialistes occidentales qui ont produit les deux grandes guerres du vingtième siècle.

Il est vain de riposter à l'arrogance américaine par l'imitation. Il faut une voie opposée, dont on a vu un premier espoir avec le discours de Dominique de Villepin devant le Conseil de Sécurité. Ce discours a reçu une ovation qui montre la voie. Evidemment M. de Villepin n'apporte pas la révolution, ni l'altermondialisation qu'on peut estimer nécessaire pour sauver la planète. Mais au point où nous sommes, la première nécessité est de résister à la guerre de conquête, de faire respecter un minimum de droit international, et enfin de désarmer la seule grande puissance prête à lâcher ses armes de destruction massive sur les terres et les peuples du monde entier.

En l'absence d'une politique possible d'égalité économique, les peuples tournent vers l'affirmation des identités, car la politique identitaire -- nationale ou religieuse -- promets au moins certains avantages dans une communauté qui exclut les autres. C'est une tendance très répandue, tout à fait compréhensible, mais qu'il ne faut pas encourager. C'est un pas vers la guerre de tous contre tous, qui sera maitrisée par le plus fort.

L'auto-détermination digne de soutien n'est pas l'affirmation d'une identité, mais la volonté de développement visant l'égalité de droits politiques dans un ordre économique qui conserve l'environnement naturel et social: l'école, la santé, et d'autres services publics.

La France et la "vieille Europe" doivent chercher une nouvelle solidarité avec le monde entier, et surtout avec les peuples du Sud... non pas en tant que "victimes" à sauver mais en tant qu'acteurs capables de régler leurs propres affaires... mal, peut-être, mais mieux que si on le fait à leur place. C'est cela les "valeurs communes" de liberté, d'égalité et de fraternité.

La crise actuelle a révélé la seule voie pour l'Europe, indiquée presque par hasard (élections allemandes, jeu français à l'Onu): de se joindre au reste du monde -- y compris la Chine et la Russie -- en exigeant un vrai multilatéralisme mondial, qui oblige les Etats-Unis de devenir un grand pays comme un autre, et non pas le centre d'un Empire féroce.

D. Johnstone
auteur de "Fools' Crusade: Yugoslavia, Nato and Western Delusions" Pluto Press 2002

Diana Johnstone
Autres textes de Diana Johnstone sur le site du CSO